L’as­so­cia­tion prête à ac­cueillir une nou­velle fa­mille de ré­fu­giés

L'Orne Combattante (FL) - - ENTRE BOCAGE ET SUISSE NORMANDE -

Les membres de l’Apar du bo­cage, l’as­so­cia­tion pour l’ac­cueil de ré­fu­giés, ba­sée à La Lan­dePa­try, est prête à re­ce­voir une nou­velle fa­mille de de­man­deurs d’asile. La ques­tion était à l’ordre du jour de la der­nière réunion, mar­di 16 mai.

L’Apar s’est consti­tuée au prin­temps 2016 à l’ini­tia­tive d’une qua­ran­taine de per­sonnes. L’ob­jec­tif : ac­cueillir dans des condi­tions dignes une fa­mille de ré­fu­giés. Pour ce­la, l’as­so­cia­tion a en­tiè­re­ment ré­no­vé et équi­pé une mai­son qu’elle loue, à Ca­li­gny. Avec ses trois chambres, son sé­jour et son jar­din, un couple avec en­fants peut y vivre ai­sé­ment.

L’Apar, pré­si­dée par Be­noît Thi­ron, s’était mise en re­la­tion avec l’as­so­cia­tion Re­vivre qui leur avait confié une fa­mille kurde de Sy­rie qui fuyait la guerre. Les membres de l’as­so­cia­tion l’ont ai­dée dans ses dé­marches ad­mi­nis­tra­tives, l’ac­cès au soin ou en­core l’al­pha­bé­ti­sa­tion… Mal­gré la fron­tière de la langue, des mo­ments forts ont été par­ta­gés, cha­cun ap­pre­nant de l’autre comme lorsque le père de fa­mille a mon­tré aux jar­di­niers de l’as­so­cia­tion son sys­tème d’ir­ri­ga­tion du jar­din, ef­fi­cace, ou en­core lors­qu’il a dé­mon­tré qu’il était pos­sible de faire pous­ser des pois chiches dans le bo­cage. Mais voi­là la fa­mille a dû quit­ter Ca­li­gny suite à une sé­pa­ra­tion.

L’Apar qui compte au­jourd’hui en­vi­ron 80 membres, dont une tren­taine est ac­tive, a pen­sé à ar­rê­ter. « Mais nous al­lons conti­nuer. Cette ex­pé­rience a sou­dé une équipe, quelque chose s’est pas­sé au sein du groupe », re­marque Be­noît Thi­ron. « Nous avions be­soin de souf­fler un peu mais là c’est re­par­ti. Des contacts sont en cours », pour­suit Mi­chel Meu­rice, vice-pré­sident.

Les membres de l’Apar se sont rap­pro­chés d’as­so­cia­tions ba­sées à Caen, cette fois-ci, pour que celles-ci puissent leur confier une fa­mille. La mai­son est prête à l’ac­cueillir et le jar­din a été pré­pa­ré pour que les nou­veaux ha­bi­tants puissent pro­fi­ter de lé­gumes ra­pi­de­ment. Ces de­man­deurs d’asile, qui vien­draient a prio­ri de Caen, pourraient ar­ri­ver ra­pi­de­ment. « Peut-être la se­maine pro­chaine, ex­plique Be­noît Thi­ron. Les as­so­cia­tions tra­vaillent dans l’ur­gence ».

L’Apar va une nou­velle fois se mo­bi­li­ser, que ce soit sur le plan fi­nan­cier ou af­fec­tif, pour qu’une fa­mille qui a fui la mi­sère puisse se sen­tir comme chez elle.

Pour tout ren­sei­gne­ment, il faut se rendre sur le site In­ter­net de l’Apar : la­par­du­bo­cage.jim­do.com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.