Les élus de Con­dé ré­pondent

L'Orne Combattante (FL) - - CONDÉ ET SON PAYS -

Sa­muel La­haye, pre­mier ad­joint de Con­dé-en-Nor­man­die et Va­lé­rie Des­quesne, vice-pré­si­dente De la Vire au Noi­reau ré­pondent éga­le­ment dans un com­mu­ni­qué. « Les maires de Pon­té­cou­lant et de Saint-De­nis-de-Mé­ré laissent sup­po­ser un flou fi­nan­cier in­ter­com­mu­nal et une en­tente entre cer­tains élus au dé­tri­ment des com­munes iso­lées. Nous de­vons donc ap­por­ter une in­for­ma­tion vraie et dé­non­cer ces propos in­ju­rieux et non fon­dés. Les comptes évo­qués par MM. Bi­net et Mou­rice ne sont pas liés à Con­dé-en-Nor­man­die. Il s’agit des don­nées bud­gé­taires de l’ex Con­dé In­ter­com. Sur la pro­bi­té des chiffres : rap­pe­lons qu’ils sont va­li­dés à deux ni­veaux, par les élus eux-mêmes (dont MM. Bi­net et Mou­rice) et par les ser­vices de l’État. C’est, pour le dire sim­ple­ment, l’un des prin­cipes de la comp­ta­bi­li­té pu­blique. Sur la trans­pa­rence du mon­tant de la dette : la dette glo­bale est por­tée au­jourd’hui par l’In­ter­com de la Vire au Noi­reau. Son mon­tant a été pré­sen­té d’abord aux membres du bu­reau, puis à la com­mis­sion des fi­nances dont fait par­tie M. Bi­net, sans au­cune re­marque de sa part. Le con­seil com­mu­nau­taire, le 9 mars der­nier lors du dé­bat d’orien­ta­tion bud­gé­taire, a pris connais­sance de la dette ap­por­tée par l’ex Con­dé in­ter­com. En voi­ci le rap­pel non tron­qué afin de consta­ter la du­pe­rie des in­for­ma­tions : 42 % de la dette est ré­cu­pé­rable (4 079 572 € ados­sés à des paie­ments de loyers des en­tre­prises ou bâ­ti­ment d’in­té­rêt pu­blic (ex PSLA), il y a équi­libre fi­nan­cier). 16 % cor­res­pond à du fon­cier (1 542 449 € d’em­prise fon­cière afin de pou­voir ac­cueillir de nou­veaux pro­jets tant in­dus­triels que ter­tiaires). Rap­pe­lons que c’est grâce à ces in­ves­tis­se­ments im­mé­dia­te­ment dis­po­nibles que nous avons pu dé­ve­lop­per Co­tral, Trell­borg. Il s’agis­sait d’un choix politique va­li­dé par tous voi­ci quelques an­nées. 42 % sont des in­ves­tis­se­ments réa­li­sés dans le cadre de com­pé­tences de proxi­mi­té ré­tro­cé­dées aux com­munes depuis le 1er mars 2017 (4 108 750 € au bé­né­fice des écoles, des équi­pe­ments spor­tifs,…) C’est pré­ci­sé­ment sur cette der­nière part que la com­mis­sion lo­cale d’éva­lua­tion des trans­ferts de charges au­ra à se pro­non­cer pour une ré­par­ti­tion juste et équi­table. Toutes les com­munes sont re­pré­sen­tées, y com­pris Saint-De­nis-de-Mé­ré et Pon­té­cou­lant, tout comme Con­dé-en-Nor­man­die. Et nous as­su­me­rons notre part en toute ob­jec­ti­vi­té dans ce tra­vail en cours jus­qu’à fin sep­tembre 2017. Conclu­sion, la dette n’est pas « abys­sale ». MM. Bi­net et Mou­rice montrent soit beau­coup d’igno­rance, soit une mal­veillance gra­ve­ment dé­ma­go­gique et po­pu­liste. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.