Sen­si­bi­li­sa­tion aux dan­gers de la route

L'Orne Combattante (FL) - - PUTANGES ET SON PAYS -

Pu­tanges-Pont-Écre­pin.

Dans le cadre de son par­cours ave­nir et ci­toyen, le col­lège Gas­ton-Le­fa­vrais a pro­po­sé aux élèves de 5e et 3e, une jour­née dé­diée à la sé­cu­ri­té rou­tière, mar­di 9 mai.

Ré­par­tis en 5 groupes de 16 élèves, les élèves de 5e le matin et de 3e l’après-mi­di, ont par­ti­ci­pé à trois ate­liers, éner­gie, ad­dic­tion et ac­ci­den­to­lo­gie et en fin de jour­née, ont pas­sé les tests pour ob­te­nir leur ASSR (at­tes­ta­tion sco­laire de sé­cu­ri­té rou­tière).

Gla­dys Louarn, prin­ci­pale du col­lège ex­plique que « cette jour­née d’édu­ca­tion à la sé­cu­ri­té rou­tière a pour but de sen­si­bi­li­ser nos élèves aux dan­gers de la cir­cu­la­tion rou­tière. Plus on s’y prend tôt, plus on a de chances de li­mi­ter les dé­gâts. Les élèves vont aus­si dif­fu­ser les mes­sages au sein de leurs fa­milles. »

Bonne conduite et bien ré­agir

Laure Pe­ze­rik, pro­fes­seur de sciences phy­siques, ani­mait l’ate­lier éner­gie et leur a ex­pli­qué no­tam­ment les dis­tances de frei­nage. Ma­rielle Cham­pin, leur pro­fes­seur d’his­toire-géo­gra­phie, à l’ate­lier ac­ci­den­to­lo­gie, les a in­for­més sur les bonnes conduites et le bien ré­agir en cas d’ac­ci­dent, en com­men­çant par ap­pe­ler les se­cours.

Dominique Bur­lot, de l’as­so­cia­tion na­tio­nale de pré­ven­tion en al­coo­lo­gie et ad­dic­to­lo­gie, ac­com­pa­gnée de l’in­fir­mière du col­lège, Catherine Van­de­kerck­hove, ont sen­si­bi­li­sé les élèves aux ef­fets de l’al­cool pour les deux classes, et pour les 3e à ceux du can­na­bis, en­traî­nant un chan­ge­ment des per­cep­tions et du com­por­te­ment.

Des lu­nettes pour mi­mer l’ébrié­té

Dominique Bur­lot leur a fait chaus­ser, à cha­cun, des lu­nettes si­mu­lant l’état d’ébrié­té et leur a de­man­dé de faire un par­cours de quelques mètres en­com­bré de pe­tits obs­tacles. Ils ont aus­si dû mettre une clé dans une ser­rure.

« Il y a aus­si des risques d’ac­ci­dents do­mes­tiques, les per­cep­tions étant chan­gées, le champ de vi­sion se ré­tré­cit et il y a moins de vi­gi­lance », sou­ligne Dominique Bur­lot.

Paul, élève de 3e, com­mente l’ex­pé­rience en no­tant que « c’est bi­zarre, on ne voit pas les plots au même en­droit avec et sans lu­nettes. C’est comme si ce­la avait été dé­pla­cé. La tête tourne, c’est vrai­ment spécial. »

Ils ont aus­si ap­pris à re­pé­rer les doses d’al­cool, sui­vant le conte­nant et le lieu, les bars ayant des doses bien dé­fi­nies, alors qu’en pri­vé elles sont beau­coup plus im­por­tantes.

« Quand ils sont en fête, cer­tains jeunes font aus­si des jeux avec l’al­cool, par exemple, plus ils de­viennent mal­adroits, plus ils doivent boire. Au­jourd’hui, nous leur don­nons les no­tions sur les dif­fé­rents dan­gers de l’abus d’al­cool sur le com­por­te­ment et la san­té. Un mi­neur ne de­vrait pas boire », pré­cise Dominique Bur­lot.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.