Une me­nace bien réelle »

L'Orne Combattante (FL) - - SUISSE NORMANDE -

Il a tra­vaillé pen­dant 20 ans comme of­fi­cier au sein de la gen­dar­me­rie na­tio­nale et était en charge de la politique de sé­cu­ri­té des sys­tèmes d’in­for­ma­tion des bri­gades bas-nor­mandes. Il est dé­sor­mais au coeur de la cy­ber­cri­mi­na­li­té.

La Mai­son fa­mi­liale ru­rale La Ba­go­tière a or­ga­ni­sé jeu­di 4 mai, de 17 h à 18 h, sur son site du châ­teau des Moutiers, une réunion d’in­for­ma­tion sur la cy­ber­cri­mi­na­li­té, ani­mée par Ch­ris­tophe Gras­sin.

Ch­ris­tophe Gras­sin est le créa­teur et di­ri­geant de l’en­tre­prise Com­pé­tences in­for­ma­tiques, spé­cia­li­sée dans la ges­tion du risque cy­ber au­près des pe­tites et moyennes en­tre­prises à Évre­cy.

« La cy­ber­cri­mi­na­li­té est une me­nace bien réelle », a-t-il in­sis­té. Ces ac­ti­vi­tés cri­mi­nelles sont ef­fec­tuées avec des or­di­na­teurs ou sur In­ter­net grâce à de nom­breux ou­tils et des dif­fé­rentes mé­thodes comme l’ha­me­çon­nage, les vi­rus, les lo­gi­ciels es­pions, les lo­gi­ciels de ran­çon. Un ran­som­ware, ce lo­gi­ciel mal­veillant, peut éga­le­ment être uti­li­sé car il in­fecte le sys­tème d’in­for­ma­tion et le bloque. Une ran­çon doit en­suite être payée par l’en­tre­prise pour re­trou­ver ses don­nées et uti­li­ser des ap­pli­ca­tions. L’ob­jec­tif est bien sou­vent de vo­ler des don­nées per­son­nelles ou de frau­der.

« Des études dé­montrent, qu’en 2016, le nombre d’en­tre­prises vic­times d’at­taques in­for­ma­tiques a aug­men­té de 68 % depuis 2009… C’est un bu­si­ness très lu­cra­tif. À titre d’exemple, le coût d’un ran­çon­gi­ciel par les ha­ckers est d’en­vi­ron 5 900 € et peut leur rap­por­ter 90 000 € par mois. En vo­lant, en très grandes quan­ti­tés de pe­tits mon­tants (de 300 à 3 000 €), les pi­rates échappent à la jus­tice, qui ne peut pour­suivre tous ces dé­lits. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.