Eco­no­mie : Fau­re­cia voit plus grand à Mes­sei

L'Orne Combattante (FL) - - LA UNE - M.T.

Les pro­fonds chan­ge­ments im­pul­sés depuis 2014 par le di­rec­teur Vincent Go­sat­ti ont fait évo­luer le site Fau­re­cia de Mes­sei. Spé­cia­li­sé dans la pro­duc­tion de pe­tites sé­ries et la ré­gé­né­ra­tion des filtres à par­ti­cules, 200 per­sonnes y tra­vaillent.

« Mes­sei, oh yes ! » A l’en­trée du site, la grande ban­de­role blanche ne passe pas in­aper­çue. « Après un vote des sa­la­riés, c’est le slo­gan que l’on a trou­vé ! », sou­rit une em­ployée lors de l’opé­ra­tion portes ou­vertes or­ga­ni­sée par Fau­re­cia sur son site, sa­me­di 20 mai.

Des­ti­née aux fa­milles et aux élus, elle fait par­tie de la nou­velle stra­té­gie du groupe : s’ou­vrir da­van­tage pour at­ti­rer et sur­tout re­cru­ter.

Car dans l’ombre du grand frère de Ca­li­gny, Mes­sei opère en toute dis­cré­tion. Créé en 1937, le site a com­men­cé par fa­bri­quer des pièces pour l’ar­me­ment puis pour la voi­ture dans les an­nées 50-55.

« No­tam­ment des bas de caisse de 2 CV puis nous nous sommes concen­trés sur l’échap­pe­ment », in­forme Pierre-Yves Abal­lea, res­pon­sable des res­sources humaines.

Ici, les 200 sa­la­riés pro­duisent des lignes d’échap­pe­ment pour pe­tites sé­ries pour toutes marques. « L’échap­pe­ment joue un rôle acous­tique, une fonc­tion de dé­pol­lu­tion et doit avec une bonne du­ra­bi­li­té dans le temps. »

Ac­tuel­le­ment, c’est la ligne d’échap­pe­ment pour la Peu­geot 5008 qui est réa­li­sée ici.

Par ailleurs, une zone du site est dé­diée à la ré­gé­né­ra­tion des filtres à par­ti­cules, un po­si­tion­ne­ment spé­ci­fique. « On les ré­cu­père puis sui­vant un pro­ces­sus de net­toyage com­plet, on leur re­donne une se­conde vie. »

Mes­sei est le seul site du groupe Fau­re­cia à réa­li­ser cette opé­ra­tion.

Le mar­ché du ba­teau de croi­sière

2014 cor­res­pond à l’an­née d’ar­ri­vée de Vincent Gu­sat­ti à la di­rec­tion de Mes­sei. « Il fal­lait pous­ser l’ac­ti­vi­té », ré­pond ce der­nier.

L’an­née des chan­ge­ments et des in­ves­tis­se­ments. Un in­gé­nieur du site pense et fa­brique une presse per­fo­ra­trice pour la réa­li­sa­tion des tubes.

L’or­ga­ni­sa­tion du site est re­pen­sée. Der­niè­re­ment, 500 000 € ont été in­ves­tis dans une cin­treuse à cro­chets qui servent dans la ligne d’échap­pe­ment au ni­veau du bas de caisse. « Elle sort 1 300 000 cro­chets par an », pré­cise Pierre-Yves Abal­lea

Ac­tuel­le­ment dans les mains de Vincent Gu­sat­ti, un nou­veau plan de trans­for­ma­tion pour 2017 à 2019 est en cours.

Le site veut par­faire le bie­nêtre au tra­vail no­tam­ment pour at­ti­rer les jeunes. « Une grande salle de pause avec ba­by-foot va ou­vrir en fin d’an­née. »

On veut éga­le­ment dé­ve­lop­per l’in­dus­trie 4.0 avec la di­gi­ta­li­sa­tion et des ma­chines toujours plus au­to­nomes.

Dé­but 2017, Fau­re­cia emis­sions con­trol tech­no­lo­gies a ré­orien­té sa stra­té­gie et est de­ve­nu Fau­re­cia clean mo­bi­li­ty.

« Nous avons un sa­voir­faire sur la dé­pol­lu­tion d’au­to­mo­biles. Il faut le mettre au ser­vice des trac­teurs, mo­tos etc.. », relance Vincent Gu­sat­ti.

Pour se pré­pa­rer à ce plan de trans­for­ma­tion, le site re­crute. « On cherche des per­sonnes aux com­pé­tences tech­niques. Au bu­reau, cinq postes sont à pour­voir. »

D’ici 3-4 ans, c’est le mar­ché du ba­teau de croi­sière qui va être at­ta­qué. « Il faut amé­lio­rer le sys­tème de dé­pol­lu­tion afin d’avoir un im­pact sur l’en­vi­ron­ne­ment. C’est un vrai bu­si­ness », se ré­jouit le di­rec­teur du site.

Le site Fau­re­cia de Mes­sei est di­ri­gé par Vincent Gu­sat­ti.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.