Chauf­fards : des ri­ve­rains en co­lère

Vi­tesse ex­ces­sive, in­sultes, ac­ci­dents… Des ha­bi­tants de St-Georges-des-Gro­seillers in­ter­pellent leur maire sur le com­por­te­ment de cer­tains conduc­teurs rue de Rai­nette.

L'Orne Combattante (FL) - - LA UNE - T.G.

C’est une rue un peu étroite, si­tuée juste à la sor­tie de Flers. À Saint-Georges-des-Gro­seillers, la rue de Rai­nette est l’un des axes rou­tiers qui per­met de quit­ter Flers. Elle est uti­li­sée par de nom­breux au­to­mo­bi­listes qui, pour cer­tains, l’em­pruntent à vive al­lure.

Bor­dée de nom­breuses ha­bi­ta­tions, la rue de Rai­nette su­bit les nui­sances oc­ca­sion­nées par cette si­tua­tion.

En sep­tembre 2015, plu­sieurs ri­ve­rains ont dé­ci­dé d’aver­tir la mai­rie afin de lui de­man­der de trou­ver une so­lu­tion. Re­çus par le maire, Guy Lange, et son équipe, en jan­vier 2016, ces ri­ve­rains, qui at­ten­daient une ré­ponse de la mu­ni­ci­pa­li­té, ont dé­ci­dé de faire une pé­ti­tion pour in­ci­ter la mai­rie à ré­agir.

Dans cette pé­ti­tion, qui a été si­gnée par 17 per­sonnes, ces ha­bi­tants in­ter­pellent clai­re­ment le maire, Guy Lange : « Vous nous avez re­çus à ce su­jet en jan­vier 2016. Au­jourd’hui, la si­tua­tion ne s’est pas amé­lio­rée, elle s’est même dé­gra­dée ».

Ces ri­ve­rains parlent de vé­hi­cules qui passent en dé­pas­sant très lar­ge­ment les 30 km/h au­to­ri­sés.

Peur quo­ti­dienne

« Dans cette rue, il y a une cir­cu­la­tion trop im­por­tante et trop ra­pide. La rue n’est plus adap­tée à la cir­cu­la­tion », glisse Jean-Ma­rie Go­beaux.

« On a peur », confie Mo­nique Le­cerf. Elle vit dans la rue de Rai­nette et connaît les lieux depuis sa nais­sance. Elle dé­nonce « un pro­blème qui existe depuis longtemps ».

« Un de nos voi­sins a quit­té la rue à cause de ça. C’était très com­pli­qué pour lui de mettre ses en­fants dans leurs sièges au­to », ra­conte Na­dine Ra­cine, l’une des si­gna­taires de cette pé­ti­tion.

« On veut ré­agir avant qu’il n’y ait un gros ac­ci­dent », in­dique My­lène Le­mar­ti­nel, si­gna­taire de la pé­ti­tion. En­ceinte, elle ra­conte avoir été « frô­lée par une voi­ture ».

Outre le risque d’un ac­ci­dent, ces ri­ve­rains évoquent le com­por­te­ment très agres­sif de cer­tains conduc­teurs lors­qu’ils se croisent à l’en­droit où la rue est un peu ré­tré­cie pour per­mettre le sta­tion­ne­ment. « Sou­vent, ce­la se passe juste à cet en­droit. Les voi­tures se croisent et leurs conduc­teurs se dis­putent. Par­fois, pour pou­voir pas­ser, les gens montent sur le trot­toir avec leur voi­ture », té­moigne Na­dine Ra­cine.

Ka­dia Ri­chard, mère de deux en­fants, si­gna­taire de cette pé­ti­tion, dit vivre « dif­fi­ci­le­ment » cette si­tua­tion. « Une fois, mon ré­tro­vi­seur a été cas­sé. Une autre fois, une dame m’est ren­trée de­dans alors que j’étais en train de me ga­rer », se sou­vient Ka­dia Ri­chard avant d’ajou­ter : « Quand on fait signe aux gens de ra­len­tir, on re­çoit des doigts d’hon­neur ».

Face à l’am­pleur de ce pro­blème qui est loin d’être anec­do­tique, ces ha­bi­tants at­tendent une ré­ponse de leur mai­rie. « La mai­rie ? Ils ré­agissent mais, en fait, ils ne font pas grand chose », es­time Jé­rôme De­vaux, si­gna­taire de la pé­ti­tion. Une im­pres­sion par­ta­gée par plu­sieurs si­gna­taires…

Quelles so­lu­tions ?

Les ri­ve­rains ont des idées de so­lu­tions. Pour Jean-Ma­rie Go­beaux, il fau­drait mettre la rue en sens unique. Pour d’autres ri­ve­rains, la so­lu­tion ré­side dans l’ins­tal­la­tion de feux tri­co­lores. « Ou alors, il fau­drait peu­têtre mettre des pan­neaux 30 km/h un peu plus gros », pro­pose une ha­bi­tante.

In­ter­ro­gé, le maire de SaintGeorges-des-Gro­seillers ré­pond qu’une so­lu­tion a été trou­vée : « Il s’agit d’une route dé­par­te­men­tale. Nous avons consul­té le dé­par­te­ment et ils nous ont conseillé de mettre deux cous­sins ber­li­nois. C’est dans le bud­get et ça va pas­ser en com­mis­sion per­ma­nente ».

Des cous­sins ber­li­nois

Sur cette ré­ponse de la mai­rie, qui a été com­mu­ni­quée aux pé­ti­tion­naires par un cour­rier, les ha­bi­tants de la rue sont partagés. Cer­tains voient d’un bon oeil l’ar­ri­vée de cous­sins ber­li­nois (une sorte de dos-d’âne en plas­tique) là où d’autres ne veulent pas en en­tendre par­ler. « Les ra­len­tis­seurs, je n’en veux pas de­vant chez moi. Ce n’est pas sûr qu’ils soient ef­fi­caces contre la vi­tesse mais ils vont créer une autre nui­sance : le bruit », es­time Jean-Ma­rie Go­beaux.

Sur les autres so­lu­tions pro­po­sées par les ha­bi­tants, le maire est ca­té­go­rique. Il ré­pond : « Les feux tri­co­lores, je ne sou­haite pas en mettre. Ce­la ne me pa­raît pas ju­di­cieux. Quant à l’idée de mettre la rue en sens unique, je pense que ce n’est pas une bonne so­lu­tion à ce pro­blème. Ça pour­rait même en créer un autre ».

Gérard Colin, conseiller dé­par­te­men­tal et ad­joint au maire confie : « Nous avons le même pro­blème, et la même ré­flexion concer­nant la route de Vas­sy. Là-bas, il y a eu quatre ac­ci­dents en 4 mois ».

En théo­rie, l’ins­tal­la­tion de ces deux cous­sins ber­li­nois de­vrait in­ter­ve­nir ra­pi­de­ment. Reste à es­pé­rer que cet équi­pe­ment, re­la­ti­ve­ment peu coû­teux, au­ra pour ef­fet de ré­duire ef­fi­ca­ce­ment la vi­tesse dans cette rue. En at­ten­dant, le commissariat de Flers a fait sa­voir que des contrôles au­ront lieu pro­chai­ne­ment sur cette route.

Ces ri­ve­rains de la rue de Rai­nette à Saint-Georges-des-Gro­seillers veulent ma­ni­fes­ter leur mé­con­ten­te­ment. Ils font par­tie des si­gna­taires d’une pé­ti­tion contre la vi­tesse ex­ces­sive de cer­tains conduc­teurs sur cet axe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.