Les Bou­le­dogues fran­çais en ve­dettes di­manche 28 mai

Trois ans après la pre­mière édi­tion fer­toise, l’ex­po­si­tion ré­gio­nale d’éle­vage du Club de Bou­le­dogue fran­çais est de re­tour. Bri­gitte Mouette, dé­lé­guée ré­gio­nale et Lio­nel Le­caille, membre du bu­reau na­tio­nal et or­ga­ni­sa­teur lo­cal, ont ré­pon­du à nos ques­ti

L'Orne Combattante (FL) - - LA FERTÉ ET SON PAYS -

Pou­vez-vous pré­sen­ter le club du Bou­le­dogue fran­çais ?

C’est une as­so­cia­tion loi 1901, créée en 1898, et agréée par le Mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture pour di­ri­ger l’éle­vage de la race bou­le­dogue fran­çais. Le club veille au res­pect du stan­dard qui dé­fi­nit les cri­tères de la race, tant au point de vue mor­pho­lo­gique que com­por­te­men­tal. Son ac­tion s’exerce au­près des éle­veurs à l’in­ten­tion des­quels eil dif­fuse des re­com­man­da­tions par le biais d’une lettre élec­tro­nique men­suelle et d’un site web, mais aus­si l’or­ga­ni­sa­tion de concours dans les­quels sont dé­cer­nés des qua­li­fi­ca­tifs cor­res­pon­dant à la qua­li­té du chien pré­sen­té.

Ac­tuel­le­ment, la So­cié­té Cen­trale Ca­nine, qui fé­dère les as­so­cia­tions de race, n’en af­fi­lie qu’une seule. Pour la race bou­le­dogue fran­çais, c’est donc le CBF dont l’ac­tion s’exerce au plan na­tio­nal. Le nombre d’adhé­rents os­cille entre 750 et 1000 se­lon les an­nées. Le CBF est re­pré­sen­té dans les ré­gions par des dé­lé­gués. Quelles sont les spé­ci­fi­ci­tés d’un Bou­le­dogue fran­çais ?

Le Bou­le­dogue fran­çais est un pe­tit mo­losse dont la fonc­tion est uni­que­ment l’agré­ment et la com­pa­gnie. Res­tée longtemps confi­den­tielle, la race s’est ré­pan­due au cours des 25 der­nières an­nées, les nais­sances pas­sant de 300 à 6 000, pour ce qui concerne les Bou­le­dogues fran­çais avec pe­di­gree. Des di­zaines d’ou­vrages ont été consa­crés à dé­crire ces deux races et c’est un pa­ri im­pos­sible de les ré­su­mer en quelques mots. Pour le néo­phyte, on peut dire que le Bou­le­dogue fran­çais et le Bull­dog an­glais sont ap­pa­ren­tés : ce sont tous deux des mo­losses de com­pa­gnie, mais leur poids dif­fère, 8 à 14 kg pour le fran­çais, en­vi­ron 25 kg pour l’an­glais. Deux robes ad­mises pour le fran­çais, fauve avec ou sans blanc, brin­gé, avec ou sans blanc. Toutes les robes ad­mises pour l’an­glais sauf le noir, les oreilles dres­sées, dites de chauve-sou­ris pour le fran­çais, en rose pour l’an­glais. A quoi sert une ex­po­si­tion ré­gio­nale d’éle­vage ?

Elle per­met aux éle­veurs et à leurs clients de faire ju­ger leurs bou­le­dogues, dans un lieu proche de leur do­mi­cile, afin de le si­tuer sur une échelle de va­leur qui va du qua­li­fi­ca­tif ex­cellent à as­sez bon, en pas­sant par très bon. Ce qua­li­fi­ca­tif entre dans les cri­tères qui sont exi­gés pour ob­te­nir des co­ta­tions qui vont de 2 à 6 pour les meilleurs su­jets, dont les ca­rac­té­ris­tiques mor­pho­lo­giques sont ju­gées les plus proches du stan­dard de la race. Tous les Bou­le­dogues ins­crits au Livre des Ori­gines Fran­çais (le LOF) peuvent concou­rir, de l’âge de 4 mois en classe chiot, jus­qu’à la classe vé­né­rable pour les chiens âgés Depuis quand ont lieu ces ren­contres ?

Le CBF or­ga­nise ces ex­po­si­tions ré­gio­nales d’éle­vage depuis une di­zaine d’an­nées, et depuis 1986 une ex­po­si­tion na­tio­nale d’éle­vage an­nuelle. C’est la deuxième or­ga­ni­sée à la Fer­té Ma­cé, mais la 7e édi­tion en Nor­man­die. Quel est le pro­gramme de la ma­ni­fes­ta­tion ?

Les Bou­le­dogues passent d’abord le ma­tin une sé­rie de tests (le TAN) des­ti­nés à mettre en va­leur leur so­cia­bi­li­té en­vers les hu­mains, leur équi­libre émo­tion­nel, leur at­ta­che­ment au maître et à l’oc­ca­sion du test al­lures et en­du­rance qui consiste en un dé­pla­ce­ment aux 3 al­lures, à dé­tec­ter les ano­ma­lies dans leur dé­pla­ce­ment et d’éven­tuelles dif­fi­cul­tés res­pi­ra­toires. Les chiens qui réus­si­ront le TAN et ob­tien­dront le qua­li­fi­ca­tif ex­cellent pour­ront ac­cé­der à la co­ta­tion 2 points qui est la base pour pro­gres­ser dans la grille de sélection.

Le juge est agréé par la So­cié­té Cen­trale Ca­nine. La plu­part sont qua­li­fiés pour plu­sieurs races et sont ha­bi­li­tés à of­fi­cier dans le monde en­tier. C’est le cas de M. Ar­noult in­vi­té par le CBF à ju­ger le 28 mai. Nous au­rons sur place 57 chiens pré­sen­tés par une cin­quan­taine de pro­prié­taires. Vers 11 h 30, nous au­rons l’in­ter­ven­tion d’une édu­ca­trice ca­nine sur le thème de la re­la­tion entre le maître et son chien.

Di­manche 28 mai, de 8 h 30 à 17 h, par­king de la base de loi­sirs. En­trée gra­tuite. Contact : Bri­gitte Mouette, dé­lé­guée ré­gio­nale, 06.80.15.26.02 ; www. cbf-as­so.org/

Or­ga­ni­sa­teur avec sa femme Ol­ga, et Bri­gitte Mouette, dé­lé­guée ré­gio­nale du club, Lio­nel Le­caille pré­sen­te­ra Myr­tille, sa chienne de 1 an.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.