Les tombes Morts pour la France bien­tôt géo­lo­ca­li­sées

Dans le cadre d’un par­te­na­riat entre la Ville, le Sou­ve­nir fran­çais, les an­ciens com­bat­tants et le ly­cée des An­daines, les tombes de sol­dats Morts pour la France si­tuées dans le ci­me­tière fer­tois se­ront bien­tôt géo­lo­ca­li­sées grâce à l’ap­pli­ca­tion Mé­moi­red

L'Orne Combattante (FL) - - LA FERTÉ ET SON PAYS - Mi­chel Mo­ri­ceau

Dé­lé­gué or­nais du Sou­ve­nir fran­çais, le lieu­te­nant-co­lo­nel Yves Du­prez a ani­mé lun­di, cette réunion de tra­vail, en com­men­çant par pré­sen­ter le pro­jet na­tio­nal Mé­moi­redHomme. « Alors que la France cé­lèbre le cen­te­naire de la Grande Guerre, le Sou­ve­nir fran­çais a sou­hai­té mettre en oeuvre une po­li­tique de sau­ve­garde et de mise en va­leur des tombes fa­mi­liales des Morts pour la France, sous la forme d’une géo­lo­ca­li­sa­tion ».

Té­moin mé­mo­riel

Il a en­suite rap­pe­lé quelques points his­to­riques. « En 1918, la France a été confron­tée à l’obli­ga­tion d’in­hu­mer plus de 1 400 000 hommes avec des né­cro­poles et des tombes en­tre­te­nues par l’Etat. Mais, de nom­breuses fa­milles ont fait pres­sion pour ré­cu­pé­rer les corps de leurs proches. En­vi­ron 250 000 corps ont été res­ti­tués et in­hu­més dans les cimetières com­mu­naux ».

De­puis, près de 100 ans se sont écou­lés « et de nom­breuses tombes fa­mi­liales connaissent un ave­nir cer­tain ». D’où l’ac­tion du Sou­ve­nir fran­çais pour res­tau­rer les sé­pul­tures en ac­cord avec les fa­milles et les com­munes. « La tombe d’un Mort pour la France est un vé­ri­table té­moin mé­mo­riel, qui se si­tue à la conver­gence de trois his­toires : fa­mi­liale, com­mu­nale et na­tio­nale ».

Ville test

En mai 2016, c’est dans le ci­me­tière com­mu­nal du Plessis-Bel­le­ville (Oise) que les 7 pre­mières tombes géo­lo­ca­li­sées en France voyaient le jour. Au­jourd’hui, le Sou­ve­nir fran­çais lance un ap­pel aux maires à tra­vers toute le pays. « Dans chaque dé­par­te­ment, la pre­mière ville re­te­nue ver­ra son pro­jet fi­nan­cé à 100 % par notre as­so­cia­tion, et les deux sui­vantes à 50 % » a sou­li­gné Yves Du­prez.

Pour l’Orne, c’est donc La Fer­té-Ma­cé qui ser­vi­ra de ville test. Le conseil mu­ni­ci­pal ayant vo­té ce pro­jet à l’una­ni­mi­té fin mars. La coïn­ci­dence a vou­lu que de­puis sep­tembre der­nier, 14 élèves du ly­cée des An­daines en 2e MACB (construc­teur bois) tra­vaillent sur la Pre­mière Guerre Mon­diale à tra­vers le des­tin des Poi­lus fer­tois morts pour la France. A rai­son d’une heure par se­maine, à par­tir des do­cu­ments d’ar­chives, les élèves ont re­tra­cé l’his­toire de la tren­taine d’hommes dont les corps ont été en­ter­rés dans le car­ré mi­li­taire du ci­me­tière fer­tois. « Quand j’ai été sol­li­ci­té pour que le Sou­ve­nir fran­çais aide au fi­nan­ce­ment de leur dé­pla­ce­ment à Ver­dun, je me suis rap­pro­ché de leurs pro­fes­seurs afin que le ré­sul­tat de leurs re­cherches puisse ser­vir à ali­men­ter l’ap­pli­ca­tion ». La Fer­té-Ma­cé a éga­le­ment été choi­sie pour d’autres rai­sons : sa po­si­tion cen­trale dans l’Orne ; l’im­pli­ca­tion de la Ville et des écoles dans le de­voir de mé­moire ; la pré­sence d’un co­mi­té lo­cal du Sou­ve­nir fran­çais très ac­tif, pré­si­dé par Chantal Mi­clard.

59 tombes

Outre les 32 sé­pul­tures du car­ré mi­li­taire, 26 autres sont concer­nées dans le ci­me­tière : 19 tombes et 7 cé­no­taphes (sans corps à l’in­té­rieur), avec des ré­sis­tants, dé­por­tés, des sol­dats 39-45, un gen­darme mort en Al­gé­rie… « En lien avec d’autres as­so­cia­tions, des écoles, des gé­néa­lo­gistes, nous avons en­ta­mé des re­cherches qui se­ront né­ces­saires à l’écri­ture des textes de pré­sen­ta­tion ».

Con­crè­te­ment, après voir té­lé­char­gé l’ap­pli­ca­tion Mé­moirdHomme, le vi­si­teur trou­ve­ra à l’en­trée du ci­me­tière un pan­neau avec un fla­sh­code. En sui­vant son mo­bile, il pour­ra re­pé­rer les sé­pul­tures des Morts pour la France. « Pour cha­cun, l’ap­pli­ca­tion lui four­ni­ra l’état-ci­vil, le par­cours du sol­dat et les cir­cons­tances de son dé­cès, avec une pho­to si pos­sible ».

Ap­pel aux fa­milles

Mais, pas ques­tion de géo­lo­ca­li­ser ces tombes sans l’ac­cord des fa­milles. Le Sou­ve­nir fran­çais leur lance donc un ap­pel. Par la même oc­ca­sion, l’as­so­cia­tion re­cherche toute per­sonne pos­sé­dant des do­cu­ments, des lettres, des ar­ticles de presse, pho­tos ou autres, concer­nant ces Morts pour la France en­ter­rés dans le ci­me­tière fer­tois. Prendre contact avec le dé­lé­gué de l’Orne. La mise en ser­vice de l’ap­pli­ca­tion est pré­vue pour l’au­tomne.

Contact : Lieu­te­nant­co­lo­nel Yves Du­prez, La Ma­de­lai­ne­rie, 61290 Neuilly­sur-Eure, 02.33.73.92.55, 06.82.01.73.75, yves_­du­prez@orange.fr

Les dif­fé­rents par­te­naires étaient réunis lun­di der­nier 29 mai à l’Hô­tel de ville.

Les tombes en­tre­te­nues par le Sou­ve­nir fran­çais re­pé­rées par la co­carde tri­co­lore.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.