JEAN CHATELAIS (PAR­TI COM­MU­NISTE FRAN­ÇAIS)

L'Orne Combattante (FL) - - ENTRE BOCAGE ET SUISSE NORMANDE -

Age : 64 ans Si­tua­tion de fa­mille : Ma­rié Pro­fes­sion : At­ta­ché ter­ri­to­rial re­trai­té

Lieu de ré­si­dence prin­ci­pale : Flers

Pro­fes­sion du conjoint : Aide soi­gnante

Par­ti re­pré­sen­té : Par­ti Com­mu­niste Fran­çais Pour­quoi dé­fendre les cou­leurs de ce par­ti ?

Je ne dé­fends pas les cou­leurs d’un par­ti mais ses idées, je dé­fends les in­té­rêts de ceux qui tra­vaillent contre ceux qui pro­fitent du tra­vail des autres. Je dé­fends toutes celles et tous ceux pri­vés d’em­ploi et sou­vent éga­le­ment de tous re­ve­nus, je dé­fends tous les jeunes qui avec des pe­tits bou­lots ne peuvent s’en sor­tir et en­fin tous les re­trai­tés dont les pen­sions dé­jà bien faibles n’aug­mentent ja­mais. Dé­pu­té, quelle dé­ci­sion prio­ri­taire pour la 3e cir­cons­crip­tion ?

La pre­mière dé­ci­sion qui est à prendre n’est pas une loi. Puisque Mon­sieur Ma­cron pense utile d’al­ler vite avec des or­don­nances, il se­rait bien ve­nu de ré­di­ger une or­don­nance, qui aug­mente les sa­laires et le SMIC dès le pre­mier juillet, ain­si que les mi­ni­ma so­ciaux ; qui aug­mente aus­si les al­lo­ca­tions fa­mi­liales et éga­le­ment les re­traites. Et pour fi­nan­cer ce­la une or­don­nance qui re­lève l’impôt sur la for­tune et sup­prime de cré­dit d’impôt aux en­tre­prises qui n’em­bauchent pas. Quelle est la pre­mière loi que vous chan­ge­riez ?

La loi qui vient d’être vo­tée, par ap­pli­ca­tion du 49/3, dite loi tra­vail doit être abro­gée car elle vient de mettre à bas des an­nées de conquêtes ou­vrières qui sont ins­crites dans ce Code du tra­vail. Ors, ce code est la seule dé­fense du monde du tra­vail contre le monde de l’ar­gent, une po­li­tique de pro­grès so­cial ne peut se construire contre le monde du tra­vail. Êtes-vous Ma­cron com­pa­tible ?

Non je ne sou­tien­drai pas M. Ma­cron, qui s’en­gage dans la conti­nui­té d’une po­li­tique d’aus­té­ri­té qui tourne le dos à tout pro­grès so­cial. Cette po­li­tique li­bé­rale fi­ni­ra par rem­pla­cer notre train Pa­ris Gran­ville par des bus, elle fe­ra bais­ser les re­traites des deux tiers des re­trai­tés. Com­ment peut-on qua­li­fier cette po­li­tique de pro­gres­siste, le pro­grès ce n’est pas la marche en ar­rière pour le peuple et en­core plus de ri­chesses pour quelques-uns. Quelle per­sonne ad­mi­rez­vous le plus ?

J’ad­mire et res­pecte tous ces gens plon­gés dans la mi­sère et qui es­saient de s’en sor­tir. Une ci­ta­tion ?

Le monde se­ra ce que tu le fe­ras Livre pré­fé­ré ?

L’île à hé­lice de Jules Verne Film à conseiller ?

Les Mi­sé­rables de Ro­bert Hos­sein Passe-temps fa­vo­ri ?

Pein­ture L’air que vous fre­don­nez le plus ? Ma France de Jean Fer­rat Nom, pré­nom et âge du sup­pléant : Anick Cos­ne­froy, 59 ans, Re­trai­tée de la SNCF à Ar­gen­tan

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.