AR­NAUD GAU­TIER (CAN­DI­DAT LUTTE OU­VRIÈRE)

L'Orne Combattante (FL) - - ENTRE BOCAGE ET SUISSE NORMANDE -

Age : 43 ans Si­tua­tion de fa­mille : Pro­fes­sion : en­sei­gnant Lieu de ré­si­dence prin­ci­pale : Le Mans

Quel(s) par­ti(s) re­pré­sen­tez-vous ? Lutte Ou­vrière Pour­quoi dé­fendre les cou­leurs de ce par­ti ?

À Lutte Ou­vrière, nous mi­li­tons pour ren­ver­ser le ca­pi­ta­lisme ce sys­tème sé­nile, étouf­fant dans sa graisse fi­nan­cière, ron­gé par une crise éco­no­mique dont il ne par­vient pas à sor­tir, pour le rem­pla­cer par une so­cié­té dé­bar­ras­sée de l’ex­ploi­ta­tion, une so­cié­té com­mu­niste où les ex­ploi­tés au­ront les com­mandes de la so­cié­té et fe­ront bien mieux que les ca­pi­ta­listes et les po­li­ti­ciens à leur ser­vice. Vous de­ve­nez dé­pu­té, quelle est votre dé­ci­sion prio­ri­taire pour la 3e cir­cons­crip­tion ?

Le groupe Am­cor qui va fer­mer à la mi-juin son usine d’Ar­gen­tan, va li­cen­cier 84 sa­la­riés, les condam­nant au chô­mage dans une ville si­nis­trée qui a dé­jà connu de nom­breuses fer­me­tures d’en­tre­prises.

Pour les em­pê­cher de nuire, la seule so­lu­tion est d’in­ter­dire les li­cen­cie­ments et les plans de sup­pres­sions d’em­plois, à com­men­cer par les en­tre­prises qui font du pro­fit, sous peine de les cé­li­ba­taire ex­pro­prier. Quelle est la pre­mière loi que vous chan­ge­riez ?

Il est dans l’in­té­rêt des tra­vailleurs de sup­pri­mer les lois sur le se­cret ban­caire et le se­cret des af­faires qui per­mettent aux pa­trons de faire leurs ma­noeuvres fi­nan­cières, de pré­pa­rer leurs plans de li­cen­cie­ment sans que les sa­la­riés qui vont être li­cen­ciés puissent le sa­voir.

En ayant ac­cès aux comptes des en­tre­prises, les tra­vailleurs pour­raient da­van­tage an­ti­ci­per et s’or­ga­ni­ser pour se dé­fendre. Etes-vous Ma­cron com­pa­tible ? (Pour­riez-vous sou­te­nir l’ac­tion du pré­sident de la Ré­pu­blique)

Non, Ma­cron est au ser­vice du pa­tro­nat. Il a le sou­tien des grands pa­trons qui rêvent d’in­ten­si­fier la guerre so­ciale qu’ils mènent contre les tra­vailleurs.

Vo­ter pour les can­di­dats de Lutte Ou­vrière aux élec­tions Lé­gis­la­tives per­met­tra d’af­fir­mer la né­ces­si­té de luttes gé­né­rales, met­tant en avant les in­té­rêts com­muns des ex­ploi­tés pour se pro­té­ger des at­taques gou­ver­ne­men­tales et pa­tro­nales. Quelle(s) per­sonne(s) ad­mi­rez-vous le plus ?

Léon Trots­ki Une ci­ta­tion

« Pro­lé­taires de tous les pays, unis­sons-nous ! » Votre livre pré­fé­ré ?

« À l’Ouest rien de nou­veau », un ro­man dé­non­çant la « bou­che­rie » de la guerre 1418, ra­con­tée par un jeune sol­dat al­le­mand de­ve­nu écri­vain. Un film à conseiller ?

« L’Etat libre de Jones », sur le com­bat com­mun des es­claves noirs et des fermiers blancs pauvres pour se li­bé­rer du joug des grands pro­prié­taires de plan­ta­tion du sud des États-Unis, à la fin de la guerre de sé­ces­sion. Votre passe-temps fa­vo­ri ?

Écou­ter, jouer de la mu­sique. L’air que vous fre­don­nez le plus ?

« L’In­ter­na­tio­nale » le chant des tra­vailleurs du monde en­tier qui est une bouf­fée d’oxy­gène dans cette pé­riode de mon­tée des na­tio­na­lismes.

Nom, pré­nom, âge, pro­fes­sion, de votre sup­pléant : Del­motte Hé­lène, 51 ans, en­sei­gnante en ly­cée pro­fes­sion­nel.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.