Yves Goas­doué a joué de ma­nière « illé­gale »

L'Orne Combattante (FL) - - FLERS ET SON PAYS -

Le pré­sident de Flers Ag­glo se­rait-il un « dé­glin­go » (comme disent par­fois les jeunes pour qua­li­fier quel­qu’un qui fait fi des règles en vi­gueur) ? Lors de l’inau­gu­ra­tion de du ter­rain mul­ti­sport, Yves Goas­doué, maire de Flers et pré­sident de Flers Ag­glo, s’est van­té d’être ve­nu à la Cha­pelle-Biche pour jouer au ten­nis sur le ter­rain alors que ce­lui-ci était fer­mé. Il a dit, en plein mi­lieu d’un dis­cours sé­rieux : « Je suis ve­nu jouer de ma­nière to­ta­le­ment illé­gale, mais per­sonne ne m’a ja­mais rien dit, avec mes fils ». Puis, Yves Goas­doué a jus­ti­fié ce choix, ex­pli­quant qu’il ne s’agis­sait pas là d’une vo­lon­té dé­li­bé­rée d’en­freindre la loi, mais plu­tôt d’un choix afin de pou­voir jouer tran­quille­ment. « Le maire de Flers, il a quelques fois du mal à jouer à Flers parce qu’il n’ar­rive pas à fi­nir ses par­ties sans être interrompu par ses conci­toyens qui lui disent : «Ah ! Ben, je vous vois !» Donc, moi, je joue à la Selle-la-Forge… ». Ou à la Cha­pelle-Biche, dis­crè­te­ment… Et, tout en sou­riant à Syl­vie Thieulent, maire de la Selle-la-Forge, Yves Goas­doué a glis­sé : « Fran­che­ment, si on pou­vait re­faire le ter­rain de la Selle-la-Forge…»

Syl­vie Thieulent lui a, alors, cou­pé la pa­role pour dire : « On va re­voir le fi­nan­ce­ment, Yves ». Le pré­sident de Flers Ag­go a conclu cette pa­ren­thèse en di­sant, la voix riante : « Mais, c’est pour ça que j’en cause… ». L’inau­gu­ra­tion a re­pris son cours normal après cette pe­tite pa­ren­thèse. T.G.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.