Gestes qui sauvent : deux Tin­che­brayens té­moignent sur France 2

L'Orne Combattante (FL) - - TINCHEBRAY ET SON PAYS -

Il y a deux ans, De­nis Boul­lé avait été vic­time d’un ar­rêt car­dio-res­pi­ra­toire à la dé­chet­te­rie. Ra­pi­de­ment pris en charge par deux per­sonnes for­mées aux pre­miers se­cours, il avait bé­né­fi­cié d’un mas­sage car­diaque qui lui avait pro­ba­ble­ment sau­vé la vie. Il a té­moi­gné mar­di soir sur France 2.

Un pom­pier s’était éga­le­ment joint à eux. De­nis Boul­lé avait alors été hé­li­por­té au CHU de Caen, en ré­ani­ma­tion. Après cinq se­maines pas­sées dans le co­ma, le ma­lade avait été ad­mis un mois dans un centre de ré­édu­ca­tion car­dio-vas­cu­laire avant de se voir im­plan­ter un dé­fi­bril­la­teur connecté. Au­jourd’hui, le patient est gué­ri, les sau­ve­teurs ont été ré­com­pen­sés de la mé­daille de la ville. Cette si­tua­tion ex­cep­tion­nelle, elle s’est très bien ter­mi­née a in­té­res­sé la Fé­dé­ra­tion Fran­çaise de Car­dio­lo­gie pour une in­ter­ven­tion dans l’émis­sion de Mi­chel Cymes et Adria­na Ka­rem­beu.

Mar­di 6 juin, De­nis Boul­lé et Pierre Ba­zin, l’un de ses trois sau­veurs sont in­ter­ve­nus dans l’émis­sion tour­née ven­dre­di 2 juin sur France2. « Ce­la a été une jour­née très sym­pa, ex­plique De­nis Boul­lé, l’en­re­gis­tre­ment de­vait dé­bu­ter à 14 h, nous étions dans le public avec Pierre. On a pu voir com­ment se dé­rou­lait une émis­sion. Nous sommes in­ter­ve­nus quelques mi­nutes dans la sé­quence ma­laise car­diaque. On nous a fait in­ter­ve­nir car il est très rare d’aus­si bien se re­mettre d’un ma­laise car­diaque. Sans une in­ter­ven­tion ra­pide, je ne se­rais pro­ba­ble­ment pas là au­jourd’hui ».

En ce mo­ment, sur France 2, une bande-an­nonce dé­taille les gestes qui sauvent avec le par­te­na­riat de la Croix Rouge.

De­nis Boul­lé et Pierre Ba­zin ont été très bien ac­cueillis « on nous a fait vi­si­ter les stu­dios, on nous a in­vi­tés à boire et à man­ger. Il y a eu une de­mi-heure de pause pour dé­jeu­ner, le re­pas avec toute l’équipe de tour­nage était très sym­pa. J’en ai pro­fi­té pour dis­cu­ter avec le Dr Cymes de son livre sur les mé­de­cins na­zis que je pos­sède. Son ex­trême connais­sance de mon cas m’a frap­pé, il connais­sait très bien ma si­tua­tion »

L’en­re­gis­tre­ment a in­clus de nom­breux in­ter­mèdes « il y avait Va­lé­rie Da­mi­dot qui pré­sen­tait son der­nier livre, Franck Le­boeuf, un an­cien bleu qui par­lait de sa pièce de théâtre, une an­cienne Miss France pour une nou­velle émis­sion et une co­mique qui est dans l’émis­sion d’Ar­thur. Le tout était mé­lan­gé, très ani­mé, très sym­pa, on ne s’est pas en­nuyé deux mi­nutes. Pour­tant, l’en­re­gis­tre­ment ne s’est ter­mi­né qu’à deux heures du ma­tin ! Adria­na Ka­rem­beu et le Dr Cymes sont aus­si sym­pa­thiques dans les stu­dios qu’à la té­lé­vi­sion ! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.