Les élec­teurs du can­ton de Mes­sei placent Jé­rôme Nu­ry en tête

L'Orne Combattante (FL) - - FLERS -

Le can­ton de Mes­sei semble, fi­na­le­ment, ai­mer la cons­tance en po­li­tique.

Lors du pre­mier tour des élec­tions lé­gis­la­tives, di­manche 11 juin, les élec­teurs qui se sont dé­pla­cés dans leurs bu­reaux de vote ont, comme en 2012, pla­cé le can­di­dat de la droite en tête.

Même si à l’échelle de la troi­sième cir­cons­crip­tion de l’Orne, Jé­rôme Nu­ry, can­di­dat Les Ré­pu­bli­cains, se re­trouve en po­si­tion de chal­len­ger, de­van­cé de quelques voix par la can­di­date La Ré­pu­blique en marche !, l’an­cien can­ton de Mes­sei a mis le maire de Tin­che­bray en tête.

Écart ser­ré

Sur 6 001 élec­teurs ins­crits dans ce sec­teur sur les listes élec­to­rales, Jé­rôme Nu­ry a réuni 1 057 des suf­frages. Isa­belle Bo­scher a ob­te­nu 977 bul­le­tins.

Le can­di­dat Les Ré­pu­bli­cains est ar­ri­vé en tête dans six com­munes de l’an­cien can­ton, à Mes­sei, Ban­vou, Bel­lou-enHoulme, la Châ­tel­lier, Dom­pierre et Saires-la-Ver­re­rie.

Isa­belle Bo­scher a été pla­cée en tête de trois com­munes : Écha­lou, La Fer­rière-aux-Etangs et Saint-An­dré-de-Mes­sei. Les deux ad­ver­saires sont ar­ri­vés ex ae­quo à la Cou­lonche. L’écart entre les deux fi­na­listes de cette élec­tion est re­la­ti­ve­ment ser­ré, à l’image de l’en­semble de la 3e cir­cons­crip­tion de l’Orne.

Le FN et la France in­sou­mise ont fon­du

Ka­tia Fré­mont, can­di­date du Front na­tio­nal, n’a ré­col­té que 468 voix sur l’en­semble du can­ton. Un score bien éloi­gné de ce­lui du pre­mier tour de l’élec­tion pré­si­den­tielle où le FN avait mo­bi­li­sé son élec­to­rat avec 1 301 voix pour Ma­rine Le Pen dans le can­ton.

Le can­di­dat de la France in­sou­mise, Clé­ment Bu­jar­ra­bal, a réuni 267 suf­frages. Au pre­mier tour de la pré­si­den­tielle, où La France in­sou­mise bé­né­fi­ciait d’une dy­na­mique forte, JeanLuc Mé­len­chon avait bé­né­fi­cié de 719 voix.

À l’is­sue de ce pre­mier tour, l’état des forces po­li­tiques en pré­sence dans les urnes de l’an­cien can­ton de Mes­sei res­semble à ce­lui consta­té à l’échelle de tout le pays. Connu des élec­teurs du can­ton, le conseiller dé­par­te­men­tal Jé­rôme Nu­ry, fait un bon score. Ce ré­sul­tat est as­sez lo­gique dans un sec­teur plu­tôt ru­ral et conser­va­teur. Isa­belle Bo­scher bé­né­fi­cie à n’en point douter de la dy­na­mique pré­si­den­tielle et des pre­miers pas d’Em­ma­nuel Ma­cron en tant que pré­sident.

Pour le Front na­tio­nal et la France in­sou­mise, les cartes ont été re­dis­tri­buées de­puis le pre­mier tour de l’élec­tion pré­si­den­tielle. Les élec­teurs de Ma­rine Le Pen ne lui ont sans doute pas par­don­né son at­ti­tude lors du dé­bat té­lé­vi­sé de l’entre-deux tours.

Concer­nant la France in­sou­mise, les dif­fé­rentes dé­cla­ra­tions de Jean-Luc Mé­len­chon de­puis le soir du pre­mier tour pour­raient, là aus­si, ex­pli­quer une dé­mo­bi­li­sa­tion des In­sou­mis. Cer­tains n’ont, par exemple, pas com­pris que ce der­nier ne donne pas de consigne de vote contre Ma­rine Le Pen.

Sus aux abs­ten­tion­nistes

En­fin, il est très pro­bable que l’élec­to­rat se soit glo­ba­le­ment dé­mo­bi­li­sé pour ce scru­tin qui in­ter­vient après une très longue sé­quence po­li­tique qui a, peu­têtre, las­sé quelques Fran­çais.

Pour le se­cond tour, tout l’en­jeu pour Isa­belle Bo­scher et Jé­rôme Nu­ry ré­si­de­ra dans la mo­bi­li­sa­tion de ces élec­teurs dé­mo­bi­li­sés. Il va leur fal­loir convaincre les abs­ten­tion­nistes.

Tho­mas Gour­lin

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.