In­ter­dit ban­caire, il émet 44 chèques

L'Orne Combattante (FL) - - ENTRE BOCAGE ET SUISSE NORMANDE -

La Fer­té-Ma­cé.

Un homme de 47 ans a éco­pé de 16 mois de pri­son dont 8 avec sur­sis mar­di de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel d’Ar­gen­tan.

En avril 2015, à la Fer­té-Ma­cé, cet homme sous sur­veillance élec­tro­nique coupe son bra­ce­let. In­ter­pel­lé, il avoue aux gen­darmes qu’il a émis 44 chèques frau­du­leux dans divers com­merces fer­tois pour une somme to­tale de 13 125 €.

Il re­nou­velle ses aveux de­vant le tri­bu­nal pré­ci­sant qu’il était in­ter­dit ban­caire à cette époque et qu’il a agi à cause de son ad­dic­tion aux jeux. Un com­merce de cette com­mune s’est ain­si vu re­mettre plu­sieurs chèques pour un mon­tant de 3 865 € en rè­gle­ment de car­nets de jeux à grat­ter.

Le pré­ve­nu ex­plique qu’il a en­tre­pris en dé­ten­tion des soins en rap­port à sa ma­la­die et qu’il conti­nue en­core ré­gu­liè­re­ment à consul­ter. Il pré­cise qu’il s’est fait in­ter­dire de ca­si­no et de jeux en ligne éga­le­ment, et s’ex­cuse au­près de la par­tie ci­vile pré­sente à l’au­dience.

Le mi­nis­tère pu­blic re­lève que l’in­té­res­sé n’a au­cun jus­ti­fi­ca­tif prou­vant son ad­dic­tion et les soins en­ga­gés. Il sou­ligne que le pré­ve­nu a mis en pé­ril, au vu du mon­tant du pré­ju­dice, des com­merces qui contri­buent à la vie lo­cale. Ajou­tant que le mis en cause n’a en­tre­pris au­cune dé­marche pour rem­bour­ser les vic­times con­trai­re­ment à ses en­ga­ge­ments pris lors de l’en­quête et qu’il était sous sur­veillance élec­tro­nique, une peine mixte as­sor­tie de di­verses obli­ga­tions est re­quise.

Me El­sa Gi­let-Gi­nis­ty pour la dé­fense plaide pour une peine as­sor­tie d’une mise à l’épreuve in­té­grale qui à son sens se­rait plus adap­tée. Elle fait re­mar­quer que son client a tout de suite tout avoué, que les faits datent de 2015 et que de­puis il n’a pas com­mis d’in­frac­tions, ce qui dé­montre qu’il s’est fait soi­gner.

Le Fer­tois est condam­né à 16 mois d’em­pri­son­ne­ment dont 8 mois avec sur­sis et mise à l’épreuve de 24 mois. Il doit se sou­mettre à des obli­ga­tions de soins et de tra­vail, d’in­dem­ni­ser les vic­times et il lui in­ter­dit de fré­quen­ter les éta­blis­se­ments de jeux. Trois mois d’em­pri­son­ne­ment avec sur­sis pro­non­cé en 2015 sont éga­le­ment ré­vo­qués et il doit ver­ser une somme to­tale de 4 565 € de par­ties ci­viles.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.