La pré­si­dente a don­né un se­cond souffle à l’as­so­cia­tion

L'Orne Combattante (FL) - - CONDÉ ET SON PAYS -

Ber­na­dette Mé­rouze, pré­si­dente du Club de l’Ami­tié de Saint-Ger­main-du-Crioult, dé­voile son par­cours.

Saint-Ger­main-duC­rioult.

Dixième et der­nière en­fant d’une fa­mille très mo­deste, Ber­na­dette est née en 1959 à la Pom­me­raye (14).

Elle est al­lée à l’école com­mu­nale du Bô en­suite au col­lège Ro­ger-Bel­lair de Thu­ry-Har­court, et en­fin au CET de Con­dé-surNoi­reau (ly­cée Charles Tel­lier au­jourd’hui).

« Après avoir sui­vi des études de sté­no­dac­ty­lo­gra­phie et d’em­ployée de bu­reau, j’ai com­men­cé ma car­rière à 17 ans au ser­vice du ca­dastre à l’Hô­tel des Fi­nances de Caen. »

Par la suite, Ber­na­dette épouse Ré­my, et ils sont ve­nus ha­bi­ter rue Vau­baillon à Con­dé­sur-Noi­reau. En 1980, elle quitte son tra­vail pour éle­ver son pre­mier en­fant, et le couple em­mé­nage à Saint-Ger­main­du-Crioult.

Mais deux ans et de­mi plus tard, le couple es­suie un gros coup du des­tin. Ber­na­dette dé­cide alors de se tour­ner vers le so­cial.

« Pour ac­cep­ter cette si­tua­tion et conti­nuer, je me de­vais d’ai­der les autres : les écou­ter, apai­ser leur souf­france, leur ap­por­ter du ré­con­fort. Pour ce faire, je n’avais que de maigres connais­sances dans ce mi­lieu, mais un coeur gros comme ça et une vo­lon­té sans faille », ex­prime Ber­na­dette.

Elle rentre à l’Eh­pad de Con­dé-sur-Noi­reau. Dans cet éta­blis­se­ment, Ber­na­dette tra­vaillait en tant qu’agent des ser­vices hos­pi­ta­liers et conti­nuait avec l’ob­ten­tion de son di­plôme d’aide soi­gnante.

Pré­si­dente du Club de l’ami­tié

Cette as­so­cia­tion est née en 1980 et comp­tait 47 adhé­rents, aî­nés de Saint-Ger­main pour la plu­part, si­non des com­munes voi­sines. Elle fai­sait face à un manque de bé­né­voles plus jeunes pour sa ges­tion, comme beau­coup d’autres com­munes.

« On m’a sol­li­ci­tée pour ren­trer dans le Club en 2014 », dit en sou­riant la pré­si­dente qui a le be­soin de par­ta­ger, d’écou­ter, d’échan­ger, de gar­der le contact.

Elle a dé­mar­ché dans la com­mune pour for­mer un groupe so­lide ayant les mêmes convic­tions, les mêmes envies, à com­men­cer par son époux, à qui elle dit « sans sa pré­sence à mes cô­tés, je n’au­rais peut-être pas fran­chi le pas ».

Ber­na­dette Mé­rouze est élue pré­si­dente en 2015.

À ce jour, le Club compte 80 adhé­rents : 36 femmes et 34 hommes. « Le plus jeune a 52 ans et notre doyenne a 93 ans. »

Pour conclure Ber­na­dette Me­rouze a « une pen­sée par­ti­cu­lière pour toutes les per­sonnes âgées ren­con­trées lors de ma car­rière. Je ne vou­drais pas ou­blier de mettre en avant les membres du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion qui me sou­tiennent et m’épaulent avec dé­voue­ment. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.