Le bel exemple des Vi­kings

L’in­ter­dic­tion des pro­duits phy­to­sa­ni­taires pose de gros sou­cis aux com­munes en ma­tière d’en­tre­tien des es­paces pu­blic. Les ci­toyens se mo­bi­lisent.

L'Orne Combattante (FL) - - ATHIS ET SON PAYS -

Athis-de-l’Orne.

L’en­tre­tien des trot­toirs et l’en­semble des es­paces pu­blics est de plus en plus com­pli­qué du fait de l’in­ter­dic­tion de l’uti­li­sa­tion des pro­duits phy­to­sa­ni­taires. Des so­lu­tions existent. Les ha­bi­tants du quar­tier des Vi­kings l’ont peut-être trou­vée.

La sup­pres­sion to­tale des pro­duits phy­to­sa­ni­taires sans so­lu­tion al­ter­na­tive ef­fi­cace ne per­met plus au ser­vice des es­paces verts des com­munes de faire face à la sur­charge de tra­vail qui en dé­coule. Pas ques­tion pour les mu­ni­ci­pa­li­tés d’em­bau­cher du per­son­nel à hau­teur des be­soins pour quelques se­maines par an. La di­mi­nu­tion im­por­tante des aides de l’État, la sta­bi­li­sa­tion de la charge des im­pôts sou­hai­tée par les élus, im­plique de trou­ver des so­lu­tions no­va­trices pour mi­ni­mi­ser l’im­pact de ce chan­ge­ment pour en­tre­te­nir les es­paces verts.

Une com­mune agréable à vivre

Ce­pen­dant, pas ques­tion de lais­ser la na­ture en­va­hir le ter­rain au risque de don­ner une mau­vaise image d’une com­mune mal­propre. Une so­lu­tion, que cha­cun, dans la me­sure du pos­sible, se prenne en charge et net­toie l’es­pace pu­blique de­vant son do­mi­cile.

Il y a peu de temps en­core, il était d’usage pour les ha­bi­tants d’en­tre­te­nir le pé­ri­mètre au­tour de leur pro­prié­té. Cette pra­tique tend à dis­pa­raître pro­gres­si­ve­ment au pro­fit des agents de la com­mune. Plu­sieurs mu­ni­ci­pa­li­tés ont pré­fé­ré im­po­ser et faire un ar­rê­té à des­ti­na­tion des ha­bi­tants pour étendre leurs obli­ga­tions de net­toyage, au désher­bage, au ba­layage des feuilles, en com­plé­ment du dé­nei­ge­ment des trot­toirs.

D’autres font ap­pel au vo­lon­ta­riat pour fa­ci­li­ter le bon en­tre­tien des com­munes. À no­ter que cer­taines pe­tites com­munes montrent l’exemple en or­ga­ni­sant des jour­nées ci­toyennes pour par­ti­ci­per à des tra­vaux com­mu­naux, le plus fré­quent étant le net­toyage et le désher­bage des ci­me­tières. Der­niè­re­ment, les ha­bi­tants du quar­tier des Vi­kings ont re­trous­sé leurs manches et ont pris leurs ou­tils à l’oc­ca­sion d’une jour­née de net­toyage de leur quar­tier. Qu’ils soient re­trai­tés ou en ac­ti­vi­té, ils se sont mo­bi­li­sés, mar­di 13 juin, avec bi­nettes, râ­teaux, ba­lais et dé­brous­sailleuses pour re­trou­ver, en l’es­pace d’une jour­née, le plai­sir d’avoir un quar­tier propre et désher­bé.

Un exemple que le maire, Alain Lange, en­cou­rage à suivre dans les autres quar­tiers de la com­mune où ce­la est pos­sible.

« Au re­gard de toutes ces contraintes et de tous ces chan­ge­ments, pour la pé­riode es­ti­vale, j’in­vite les ha­bi­tants à par­ti­ci­per en fonc­tion de leurs pos­si­bi­li­tés et de leurs dis­po­ni­bi­li­tés à désher­ber les abords de leur pro­prié­té. Tous en­semble, contri­buons à faire de notre com­mune, une com­mune propre et agréable à vivre ! »

Une poi­gnée de vo­lon­taires du quar­tier des Vi­kings, ont re­trous­sé leurs manches pour net­toyer leur quar­tier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.