Des conseils pour que la bai­gnade ne vire pas au drame

A l’ap­proche des va­cances d’été, le Centre aqua­tique du Pays fer­tois a par­ti­ci­pé dé­but juin aux 9e Jour­nées « Pré­ven­tion noyade ». L’oc­ca­sion d’ini­tia­tions au sau­ve­tage aqua­tique, mais aus­si de rap­pe­ler cer­taines règles à res­pec­ter pour évi­ter les drames.

L'Orne Combattante (FL) - - LA FERTÉ ET SON PAYS - Mi­chel Mo­ri­ceau

Les sta­tis­tiques sont là pour mettre en garde les fu­turs bai­gneurs : chaque an­née en France, en­vi­ron 1 500 noyades ac­ci­den­telles en­traînent des hos­pi­ta­li­sa­tions et plus de 500 décès. Aus­si, comme une soixan­taine de centres aqua­tiques gé­rés par Vert Ma­rine, ce­lui du Pays fer­tois a par­ti­ci­pé à l’opé­ra­tion Pré­ven­tion noyade sou­te­nue par la Fon­da­tion Prin­cesse Char­lène de Mo­na­co. « Nous avons pro­po­sé des séances de sen­si­bi­li­sa­tion en­vers les sco­laires avec nos maîtres-na­geurs. Pour les col­lèges et ly­cées, ce sont les pro­fes­seurs qui as­su­raient l’en­ca­dre­ment, ex­plique le di­rec­teur Da­vid Lam­bert. On a éga­le­ment fait de l’ini­tia­tion au re­mor­quage aqua­tique au­près du grand pu­blic, avec des man­ne­quins ».

S’agis­sant des éco­liers, l’ob­jec­tif des séances était « de faire com­prendre qu’un ac­ci­dent en mi­lieu aqua­tique peut ar­ri­ver très vite. Et, qu’en cas de sou­ci, il faut pré­ve­nir les se­cours. D’où l’uti­li­té de rap­pe­ler les nu­mé­ros d’ur­gence : le 18, le 15, le 17, le 112, mais au­sis le 114 pour les sourds et muets » dé­taille le res­pon­sable. Quel que soit le site (pis­cine, plan d’eau, ri­vière, mer), les re­com­man­da­tions sont connues de tous, mais il est tou­jours utile de les rap­pe­ler. « Pour un en­fant de 8 ans, qui ne sait pas na­ger, il doit être ac­com­pa­gné par ses pa­rents, avec une sur­veillance constante, in­siste Da­vid Lam­bert. Sou­vent, les ac­ci­dents ar­rivent quand l’en­fant a en­core pied, quand il est en confiance. En gé­né­ral, s’il n’a pas pied, il ne s’y aven­ture pas ».

Que l’on soit en­fant, ado, adulte, la bai­gnade né­ces­site quelques pré­cau­tions. « Si on a pas­sé du temps au so­leil, le pas­sage à la douche est in­con­tour­nable avant d’al­ler se je­ter dans l’eau. Il est né­ces­saire de faire re­des­cendre la tem­pé­ra­ture du corps pour évi­ter l’hy­dro­cu­tion ». Bien en­ten­du la cas­quette, la crème so­laire adap­tée à sa peau sont de ri­gueur. « Il faut beau­coup s’hy­dra­ter pour évi­ter le choc ther­mique. La consommation d’al­cool est bien sûr à ban­nir avant d’al­ler se bai­gner pour ne pas se mettre en dan­ger pour rien ». Par­mi les autres conseils : se ren­sei­gner sur les ho­raires de ma­rées, res­pec­ter les cou­leurs des dra­peaux.

Sur­veillance et pré­ven­tion Aler­ter !

En cas de crampes, de ma­laise, « il faut faire en sorte d’aler­ter les per­sonnes au­tour de soi, se mettre sur le dos en main­te­nant la tête hors de l’eau ». Et quand il s’agit d’une per­sonne qui voit un na­geur en dif­fi­cul­té, Da­vid Lam­bert est ca­té­go­rique : « la prio­ri­té est d’aler­ter les per­sonnes com­pé­tentes, comme les pom­piers. Si l’on connaît les gestes de se­cours, que l’on sait na­ger et que l’on se sent ca­pable d’in­ter­ve­nir, il faut le faire, mais dans le cas contraire mieux vaut at­tendre les se­cours pour évi­ter le sur­ac­ci­dent ».

Au­tant de conseils qui pa­raissent par­fois évi­dents, mais qu’il est tou­jours né­ces­saire de ré­pé­ter afin que la bai­gnade reste un plai­sir et ne se trans­forme pas en drame.

Da­vid Lam­bert avec le man­ne­quin qui a ser­vi aux exer­cices de re­mor­quage aqua­tique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.