La chasse aux voi­tures ven­touses

L'Orne Combattante (FL) - - LA UNE - M.T.

Elles font tache dans leur pay­sage ur­bain et dé­rangent les ri­ve­rains. La mai­rie a dé­ci­dé de faire la guerre à ces vé­hi­cules pour la plu­part pou­belles.

Ave­nue du Gé­né­ral de Gaulle, une Peu­geot 205 (rouge ou bor­deaux) a les vitres bri­sées.

Une branche d’arbre ar­rive même à l’in­té­rieur.

Pire en­core, on trouve une té­lé sur le siège ar­rière…

Un peu plus loin près du lo­cal Aux fringues, un vé­hi­cule vert mon­té sur un cric.

Le pro­prié­taire a-t-il chan­gé d’avis au mo­ment de chan­ger sa roue ?

De l’autre cô­té de la Zac, un mo­no­space blanc a l’avant bien abî­mé et les pneus cre­vés.

Dans la Zac du Mes­nil, les voi­tures aban­don­nées semblent être une marque de fa­brique.

Plu­sieurs par­kings sont « pol­lués » par ces vé­hi­cules et ce de­puis plu­sieurs mois.

En tout, se­lon la mai­rie, une di­zaine de voi­tures ven­touses font tache dans l’espace ur­bain de Con­dé-sur-Noi­reau.

Ces vé­hi­cules en état d’aban­don consti­tuent une in­frac­tion, s’agis­sant d’un sta­tion­ne­ment abu­sif (Lire par ailleurs).

« La loi per­met l’en­lè­ve­ment et la mise en four­rière de ces vé­hi­cules, après pres­crip­tion de la gen­dar­me­rie de Con­dé », a in­for­mé Nel­ly Le­duc, maire-ad­jointe de Con­déen-Normandie, lors du con­seil mu­ni­ci­pal de 15 juin.

« Sur les par­kings pri­vés, c’est au pro­prié­taire du par­king de pro­cé­der à la dé­marche. Sur la voie pu­blique, c’est à nous, la mai­rie », pour­suit Nel­ly Le­duc.

Con­dé-en-Normandie lance donc une grande chasse aux voi­tures ven­touses.

Afin de mettre en place la pro­cé­dure, la mai­rie a dé­ci­dé de si­gner une conven­tion avec une so­cié­té de Vire-Normandie qui se char­ge­ra de l’en­lè­ve­ment et de la garde des vé­hi­cules, jus­qu’à res­ti­tu­tion à leur pro­prié­taire ou de leur des­truc­tion.

Des voi­tures qui sont de belles épines dans le pied de la mai­rie.

« Bien sou­vent, on ne connaît pas les pro­prié­taires donc c’est à la mai­rie de Con­dé-en-Normandie de payer les frais. On peut faire ap­pel à un expert pour voir si le vé­hi­cule peut être ven­du.

Faire ré­agir les pro­prié­taires

L’ar­gent nous re­vien­drait alors si­non c’est di­rec­tion la casse. »

Pour in­for­ma­tion, les ta­rifs pra­ti­qués (HT) par la so­cié­té sont les sui­vants : 116,81 € pour l’en­lè­ve­ment d’une voi­ture par­ti­cu­lière, 6,19 € pour la garde jour­na­lière et 61 € pour une éven­tuelle ex­per­tise.

« Avec cette opé­ra­tion, nous vou­lons faire ré­agir les pro­prié­taires », sonne Nel­ly Le­duc.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.