Af­fa­mé, il vole sand­wich, confi­se­rie… et deux consoles de jeux

L'Orne Combattante (FL) - - BOCAGE ET SUISSE NORMANDE - B.M.

Un homme de 22 ans a com­pa­ru mar­di de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Caen (Cal­va­dos) pour une sé­rie de vols com­mis à Con­dé-en-Normandie (Cal­va­dos). Ju­gé en com­pa­ru­tion im­mé­diate, il a été condam­né à quatre mois de pri­son ferme et pla­cé sous man­dat de dé­pôt

Con­dé-en-Normandie.

« J’étais per­du, dans la ga­lère. » De­bout dans le box des pré­ve­nus, il as­sume les faits. Sa­me­di der­nier, le ca­riste au chô­mage a été in­ter­pel­lé après plu­sieurs vols com­mis chez In­ter­mar­ché. Il plaide la né­ces­si­té. Mis à la porte par sa com­pagne la veille, le jeune homme se re­trouve sans ar­gent, carte bleue ou ché­quier. La jeune femme ne lui a lais­sé qu’une va­lise de vê­te­ments, « lan­cée par la fe­nêtre », ajoute le pré­ve­nu.

« Af­fa­mé », le père de famille dé­cide alors d’al­ler se ser­vir dans les rayons du su­per­mar­ché. Il dé­robe un sand­wich et une barre de cho­co­lat. En guise de des­sert, deux consoles et un jeu, dont il ar­rache les an­ti­vols. « Dif­fi­cile de plai­der la faim » constate le pro­cu­reur de la ré­pu­blique. La tête bais­sée, l’homme se jus­ti­fie. « J’étais sans ar­gent, je dor­mais dans ma voi­ture », sou­ligne-t-il.

Seule­ment voi­là, l’homme est un ha­bi­tué des lieux. Il est « très connu » des em­ployés, re­marque son avo­cate qui dé­plore une « fâ­cheuse idée ». Le pré­sident du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel s’in­ter­roge. Pour­quoi n’a-t-il pas sol­li­ci­té l’aide d’amis ?

Le pré­ve­nu sou­pire. À Con­dé­sur-Noi­reau, « les amis, il faut mieux les évi­ter. Ils sont tous dans la drogue ». An­cien toxi­co­mane, il ex­plique avoir peur de re­plon­ger.

Sans em­ploi de­puis quelques se­maines, le pré­ve­nu as­sure qu’il compte re­lan­cer ses recherches. Il pro­met de rem­bour­ser le su­per­mar­ché. Le pro­cu­reur est scep­tique. Condam­né à quinze re­prises, l’homme n’en est pas à son coup d’es­sai.

Sur­tout, « il re­jette la faute sur sa com­pagne, c’est pra­tique », conclut le ma­gis­trat, qui re­quiert deux mois de pri­son et la ré­vo­ca­tion d’une pré­cé­dente condam­na­tion à deux mois d’em­pri­son­ne­ment.

Pour son avo­cate, la pri­son est la der­nière des so­lu­tions.

Une in­car­cé­ra­tion le pri­ve­rait de ses al­lo­ca­tions-chô­mage et l’em­pê­che­rait de rem­bour­ser la vic­time.

Après en avoir dé­li­bé­ré, le tri­bu­nal dé­cide que le ca­riste a trop sou­vent bé­né­fi­cié de la clé­mence de la jus­tice. Il part di­rec­te­ment en dé­ten­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.