Trois sta­giaires par­ti­cu­liè­re­ment im­pli­qués

L'Orne Combattante (FL) - - FLERS ET SON PAYS -

Ma­rie.

Pour cette sta­giaire de 44 ans, cette mis­sion au­ra été une vé­ri­table ré­vé­la­tion. « Je suis ma­man de 5 en­fants et je m’étais ins­crite au Gre­ta pour re­prendre une vie pro­fes­sion­nelle ». Ce­lui qui sou­hai­tait de­ve­nir aide mé­di­co­psy­cho­lo­gique ac­cepte le projet de ré­no­va­tion et mise en va­leur du puits nu­mé­ro1. « Ce­la a été une vraie re­mise en ques­tion. J’étais très ti­mide au dé­but du projet et puis je me suis ré­vé­lée. » Les tra­vaux de dé­brous­saillage lui ont per­mis de trou­ver sa voie. « Je n’avais ja­mais te­nu une dé­brous­sailleuse de ma vie et je me suis ren­du compte que les es­paces verts, ce­la me plai­sait ». Elle a de­puis en­chaî­né avec un stage de 4 mois au sein de la ré­gie de quar­tier de Flers qui s’achè­ve­ra le 31 août et dès le 4 sep­tembre elle en­ta­me­ra au sein d’une Mai­son fa­mi­liale et ru­rale une for­ma­tion pour de­ve­nir pay­sa­giste.

Océane.

La jeune femme de 19 ans, qui se des­tine à de­ve­nir aide-soi­gnante, a par­ti­cu­liè­re­ment ap­pré­cié cette mis­sion. « On a in­ter­viewé des mi­neurs, pour com­prendre ce qui se pas­sait ici. Pour moi, c’est im­por­tant de réa­li­ser ce tra­vail de mé­moire. »

Michel.

À 31ans, il a éga­le­ment trou­vé sa voie grâce à cette mis­sion. Lui qui se voyait mé­ca­ni­cien au­to­mo­bile a pris un grand plai­sir dans cette ré­no­va­tion. « J’ai sui­vi une for­ma­tion de sou­deur avec Ma­nuel Rouelle pro­fes­seur au ly­cée Gué­hen­no pour réa­li­ser la sculp­ture de Simon le mi­neur. Ce pro­fes­seur m’a trans­mis sa pas­sion ». Après 3 à 4 mois de tra­vail pour la sculp­ture, Michel a trou­vé sa voie. En sep­tembre, il dé­bu­te­ra une for­ma­tion de sou­deur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.