Dans les cou­lisses du ci­né­ma

Les 4-Vi­kings, le ci­né­ma de Flers, a ou­vert ses portes à une ving­taine de cu­rieux, dans le cadre des Ren­dez-vous de l’été. Ils ont pu vi­si­ter l’en­vers du dé­cor.

L'Orne Combattante (FL) - - FLERS ET SON PAYS - M. M.

Com­ment fonc­tionne un ci­né­ma ? C’est ce qu’une ving­taine de per­sonnes a pu dé­cou­vrir, jeu­di 3 août, au ci­né­ma les 4-Vi­kings, à Flers, dans le cadre des jeu­dis cu­rieux, pro­po­sés cet été par l’of­fice de tou­risme.

Ste­phen Gille­ron, em­ployé des 4-Vi­kings, a ani­mé cette vi­site in­so­lite. Le com­plexe compte quatre salles dont trois sont équi­pées de la tech­no­lo­gie 3D. Il a te­nu à com­men­cer la vi­site par la salle 1. « C’est la plus grande de l’Orne », a sou­li­gné le pro­fes­sion­nel. Elle peut ac­cueillir jus­qu’à 489 spec­ta­teurs. « En ce mo­ment, nous y pro­je­tons La pla­nète

des singes et Cars 3 ». Deux pro­duc­tions qui de­vraient faire un car­ton cet été !

Le nu­mé­rique a rem­pla­cé la bo­bine

Ste­phen Gille­ron a ex­pli­qué com­ment lan­cer un film. Eh oui, on ne le re­marque peut-être pas mais rien n’est lais­sé au ha­sard au mo­ment où dé­marre le film. La mu­sique s’éteint puis la lu­mière avant quelques se­condes de noir to­tal. Tout est pro­gram­mé sur un or­di­na­teur. Un écran de contrôle per­met de sa­voir ce qu’il se passe dans la salle.

Au ci­né­ma les 4-Vi­kings, tous les films sont pro­je­tés en nu­mé­rique. Le mé­tier de pro­jec­tion­niste « a bien chan­gé », comme le confirme l’ani­ma­teur de la vi­site. Il ne res­te­rait qu’une quin­zaine de salles en France équi­pées de pro­jec­teurs pour les pel­li­cules. Les bo­bines se font de plus en plus rares. « Le film Dunkerque est pro­je­té en pel­li­cule dans cer­tains ci­né­mas », sou­ligne tou­te­fois le pro­fes­sion­nel.

Par groupe, il a fait vi­si­ter une salle de pro­jec­tion. L’énorme ma­chine est re­liée à un or­di­na­teur. Il y a deux fa­çons de re­ce­voir un film. « Il y a un for­mat phy­sique, c’est une sorte de gros disque dur, un DCP (Di­gi­tal Ci­ne­ma Pa­ckage, NDLR) », in­forme le pro­jec­tion­niste. Si­non, le pro­jec­teur connec­té à In­ter­net, dis­pose d’une bi­blio­thèque « qui s’ac­tua­lise deux à trois fois par se­maine ». Pour lire le film, le ci­né­ma doit de­man­der un KDM, Key De­li­ve­ry Mes­sage. Ce fi­chier, qui se té­lé­charge sur une simple clé, est né­ces­saire pour dé­chif­frer le film.

Ste­phen Gille­ron a ex­pli­qué aus­si que par­fois les dis­tri­bu­teurs ap­pe­laient pour connaître la fré­quen­ta­tion qu’a connue un film. « C’est en gé­né­ral à la séance de 14 heures ou en fin d’après-mi­di, le mer­cre­di. C’est ar­ri­vé der­niè­re­ment pour Dunkerque et Les As de la Jungle ». Les vi­si­teurs ont pu aus­si vi­sion­ner des bandes-an­nonces de film en 3 D. En­fin, Ste­phen Gille­ron leur a fait une belle sur­prise : cha­cun est re­par­ti avec un bout de pel­li­cule. Un pe­tit clin d’oeil au pas­sé !

Le pro­jec­tion­niste es­père que cette vi­site leur au­ra don­né en­core plus l’en­vie de ve­nir dans les salles obs­cures. Ses films coup de coeur ces pro­chaines se­maines sont « Dunkerque et Baby Driver ».

Des films fa­mi­liaux sont éga­le­ment à l’af­fiche comme Cars 3.

La pro­gram­ma­tion du ci­né­ma les 4-Vi­kings à Flers est dis­po­nible sur le site In­ter­net d’Al­lo­ci­né.

Ste­phen Gille­ron a fait vi­si­ter une salle de pro­jec­tion.

Une ving­taine de cu­rieux a as­sis­té à la vi­site du ci­né­ma.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.