Eu­gène-Loïc Er­messent can­di­dat

L'Orne Combattante (FL) - - ENTRE BOCAGE ET SUISSE NORMANDE -

Orne. An­cien maire de Car­rouges, ac­tuel­le­ment ad­joint, Eu­gène-Loïc Er­messent a « quelque chose à dire » dans le cadre des élec­tions sé­na­to­riales qui au­ront lieu le di­manche 24 septembre.

L’an­cien conseiller gé­né­ral du can­ton de Car­rouges dé­plore que la com­mune ru­rale soit « mise à mal : ses com­pé­tences et moyens fi­nan­ciers se ré­duisent au pro­fit des pôles ur­bains. C’est pré­ju­di­ciable à l’har­mo­nie du ter­ri­toire ». Et « l’or­ga­ni­sa­tion su­pra-com­mu­nale n’est pas for­cé­ment sou­hai­table : la dé­ci­sion s’éloigne du ci­toyen ».

Passe en­core que les toutes pe­tites com­munes soient réunies (« ce­la re­lève du bon sens ») mais im­po­ser un seuil de 5 000 ou 6 000 ha­bi­tants, ce­la, l’élu ru­ral qui ne vou­lait pas que sa com­mune re­joigne la Com­mu­nau­té ur­baine d’Alen­çon ne com­prend pas.

Donc, « en l’état ac­tuel des choses, je se­rai can­di­dat ». Avec l’éti­quette « Gé­né­ra­tion ci­toyens » dri­vée par le cen­triste Jean-Ma­rie Ca­va­da.

Eu­gène-Loïc Er­messent au­rait pu être can­di­dat aux der­nières lé­gis­la­tives avec l’éti­quette « En marche ». Mais « des choses me gênent un peu ». OK pour « faire confiance » aux nou­veaux gou­ver­nants mais « la mé­thode est-elle la bonne ? Ne faut-il pas por­ter d’autres re­gards ? ». Et de conclure, pour l’heure : « je ne verse pas dans l’op­po­si­tion dure et dé­fi­ni­tive. Mais plu­tôt dans la contes­ta­tion ».

Eu­gène-Loïc Er­messent se pose en dé­fen­seur du monde ru­ral.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.