Comment les ex­ploi­tants at­taquent-ils l’au­tomne ?

L'Orne Combattante (FL) - - ENTRE BOCAGE ET SUISSE NORMANDE -

Comment vont les pro­fes­sion­nels de l’agri­cul­ture après cet été ? La mé­téo ca­pri­cieuse des mois de juin, juillet et août a com­pli­qué la ges­tion de cer­taines pro­duc­tions. À ce contexte mé­téo viennent s’ajou­ter une con­jonc­ture éco­no­mique dé­fa­vo­rable et des craintes en lien avec l’ad­mi­nis­tra­tion.

Anne-Ma­rie De­nis, pré­si­dente de la Fé­dé­ra­tion dé­par­te­men­tale des syn­di­cats d’ex­ploi­tants agri­coles, ré­sume avec une phrase : « Un été dif­fi­cile et on at­taque un au­tomne avec des dé­cep­tions ».

Mé­téo et cé­réales

Concer­nant les dif­fé­rentes pro­duc­tions, la pré­si­dente de la FDSEA parle de « des dif­fi­cul­tés dans la col­lecte des cé­réales ». Elle ex­plique que « la mé­téo a com­pli­qué les choses » et dé­ve­loppe son pro­pos : « Les pre­miers blés étaient de qua­li­té sa­tis­fai­sante mais il y a une di­ver­si­té sui­vant le lieu. Par exemple, vous avez des ex­ploi­ta­tions si­tuées dans des zones plus froides, plus hu­mides, qui ont su­bi le gel ». Elle évoque « en moyenne 5 à 10 % de baisse de ren­de­ment ».

Étant don­né que le prix du blé est bas pour la deuxième an­née consé­cu­tive, la pro­fes­sion est un peu dé­rou­tée. « Cette an­née, les prix sont très bas et conti­nuent de bais­ser. Les cé­réa­liers ne sont pas ha­bi­tués à avoir deux an­nées comme ça à la suite », confie Anne-Ma­rie De­nis.

Si les cé­réa­liers se disent in­quiets, les éle­veurs ne semblent pas se­reins non plus. Dans l’éle­vage, et no­tam­ment dans le do­maine de la pro­duc­tion de lait, les prix n’in­citent pas à l’op­ti­misme. « Les éle­veurs pen­saient avoir une re­va­lo­ri­sa­tion au 3e tri­mestre. On es­pé­rait 340 € pour mille litres. On n’est pas sûr de les at­teindre »

« Manque de trans­pa­rence »

En dé­pla­ce­ment au Space, le sa­lon in­ter­na­tio­nal des pro­duc­tions ani­males à Rennes, Anne-Ma­rie De­nis a pu dis­cu­ter avec des re­pré­sen­tants de l’in­dus­trie agroa­li­men­taire. Les in­for­ma­tions qu’elle dit avoir ob­te­nues ne semblent pas la ras­su­rer : « J’ai ren­con­tré Lac­ta­lis et Agrial. Ils an­noncent des baisses de prix en fin d’an­née et on s’in­quiète car on se de­mande si les grandes et moyennes sur­faces ne vont pas suivre le mou­ve­ment en fin d’an­née. On manque de trans­pa­rence pour gé­rer nos en­tre­prises ».

Dans ce contexte, elle at­tend beau­coup de l’État et lance un ap­pel : « Le nou­veau gou­ver­ne­ment et le mi­nistre de l’Agri­cul­ture avaient pro­po­sé de faire des états gé­né­raux de l’ali­men­ta­tion. Il faut qu’ils fassent quelque chose pour per­mettre aux agri­cul­teurs de vivre de leur mé­tier ».

À ce contexte, vient se gref­fer un aga­ce­ment vis-à-vis de l’ad­mi­nis­tra­tion. Anne-Ma­rie De­nis ra­conte : « On nous a ren­du les choses dif­fi­ciles cet été. L’ad­mi­nis­tra­tion nous a de­man­dé des com­plé­ments d’in­for­ma­tions pour nos dos­siers de Po­li­tique agri­cole com­mune (PAC). À la fin de l’été, ils nous ont de­man­dé de ré­per­to­rier nos par­celles, nos haies, nos arbres, nos cours d’eau… Ce­la por­tait sur deux ans. Les agri­cul­teurs ont es­sayé de le faire. Mais l’ad­mi­nis­tra­tion leur a ren­voyé plein de cor­rec­tions. Comme pour les ar­ti­sans ou les chefs d’en­tre­prise, nous avons be­soin de sim­pli­fi­ca­tion ad­mi­nis­tra­tive »

Une réunion pour les an­ciens ex­ploi­tants

En oc­tobre, la FDSEA de l’Orne or­ga­nise l’as­sem­blée gé­né­rale des an­ciens ex­ploi­tants le jeu­di 12 oc­tobre à 9 h 30 au Car­ré du Perche à Mor­tagne-auPerche.

Pour eux aus­si, la si­tua­tion n’est pas pro­pice à la plus grande sé­ré­ni­té. « Nos agri­cul­teurs re­trai­tés at­tendent une re­va­lo­ri­sa­tion de leurs re­traites. Ils sont in­quiets. Et un chan­ge­ment des règles fis­cales an­non­cé vient s’ajou­ter ». Lors de cette réunion, un car­dio­logue in­ter­vien­dra, no­tam­ment, sur la pré­ven­tion des ma­la­dies car­dio­vas­cu­laires.

T.G.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.