Res­tau­rant at­ta­qué, ha­bi­tants en co­lère

Dans la nuit de jeu­di à ven­dre­di, les trois vitres et la porte d’en­trée d’un ke­bab à Athis ont été bri­sées. Un acte qui pro­voque la co­lère des ha­bi­tants.

L'Orne Combattante (FL) - - LA UNE -

Les faits se sont dé­rou­lés vers mi­nuit, dans la nuit de jeu­di à ven­dre­di, rue des Dé­por­tés à Athis-de-l’Orne. Un ri­ve­rain au­rait mis le ou les au­teurs en fuite. Les trois vitres d’Ada­na Ke­bab et la porte d’en­trée ont été bri­sées.

Pour Se­dat Ogur, le pro­prié­taire c’est l’in­com­pré­hen­sion. Ja­mais dans les autres éta­blis­se­ments qu’il gère à Dom­front, Las­say-les-Cha­teaux (53) ou la Fer­rière-aux-Etangs, il n’a ren­con­tré ce type d’actes : « Je ne com­prends pas, ce­la fonc­tionne bien. »

Pour­tant, cou­rant sep­tembre, sa vi­trine à Athis-de-l’Orne avait dé­jà été pris pour cible. Dans la nuit de sa­me­di 23 au di­manche 24 sep­tembre, la vi­trine du ke­bab de la rue des Dé­por­tés a fait l’ob­jet d’un choc. Se­lon les pre­mières consta­ta­tions, il ne s’agis­sait pas d’une ten­ta­tive de cam­brio­lage. Le pro­prié­taire de l’éta­blis­se­ment, Se­dat Go­rur, avait tou­te­fois dé­po­sé plainte contre X.

Cette fois, au­cun doute pos­sible, sur la vo­lon­té de nuire au res­tau­ra­teur. Si l’éta­blis­se­ment est res­té fer­mé ven­dre­di mi­di, le ser­vice a bel et bien été as­su­ré à comp­ter de ven­dre­di soir : « Ce­la me mo­tive en­core plus ».

De leurs cô­tés, les ha­bi­tants sont sous le choc, à l’image d’une voi­sine : « Tout le monde est content avec ce com­merce. Je ne com­prends pas qu’on s’at­taque à des jeunes qui veulent en­tre­prendre. Ce­la me mo­tive en­core plus, la vi­trine se­ra chan­gée cet après-mi­di. »

Bê­tise hu­maine pour le maire

« Ce com­mer­çant bé­né­fi­cie d’une ex­cel­lente ré­pu­ta­tion et rien ne jus­ti­fie de tels agis­se­ments. C’est la 2ème fois que la vi­trine est vi­sée, ce sont des com­por­te­ments in­ac­cep­tables que je tiens à dé­non­cer. Nous bé­né­fi­cions de­puis quelques an­nées d’une si­tua­tion apai­sée sur notre com­mune, la vio­lence de ces per­sonnes est de la « bê­tise hu­maine » que les athi­siens ne peuvent ac­cep­ter. On ne de­mande pas à tout le monde d’ai­mer le Ke­bab, mais la ri­chesse d’une com­mune est d’avoir une di­ver­si­té de choix pour cha­cun d’entre nous. »

Les gen­darmes de la com­pa­gnie de gen­dar­me­rie de Dom­front ont ou­vert une en­quête.

L.L.

La porte et les vitres du res­tau­rant ont été vo­lon­tai­re­ment bri­sées.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.