Une beu­ve­rie qui dé­gé­nère au cou­teau

L'Orne Combattante (SN) - - Entre Bcocage et Suisse normande -

Tin­che­bray. Le ven­dre­di 25 sep­tembre 2015 en fin d’après-mi­di, Mi­ckaël T. 38 ans, frappe son ami qui l’hé­berge de­puis le mois de mai. Ces vio­lences au­raient été dé­clen­chées car l’ami lui au­rait mal par­lé.

Il le frappe au vi­sage alors que tous deux sont al­coo­li­sés. La vic­time, qui est éga­le­ment me­na­cée d’un cou­teau dé­clare lors de l’en­quête : « Il est ar­ri­vé sur moi speed, m’a mis le cou­teau sous la gorge en me ré­pé­tant : « je vais te tuer» ».

Le cer­ti­fi­cat mé­di­cal qui lui ac­cor­de­ra 10 jours d’I.T.T. fait par ailleurs état de traces au ni­veau de la gorge. Le mis en cause lui au­rait éga­le­ment rou­lé la tête dans un ri­deau et au­rait es­sayé de l’étran­gler.

À la barre, le pré­ve­nu, en dé­ten­tion pro­vi­soire de­puis le 28 sep­tembre pour ces faits re­con­naît ce qui lui est re­pro­ché, hor­mis les me­naces ver­bales et l’uti­li­sa­tion du ri­deau.

Il reste sans voix de­vant les pho­to­gra­phies re­pré­sen­tant le vi­sage tu­mé­fié de la vic­time et ad­met qu’il n’a peut-être pas don­né que des claques mais éga­le­ment des coups de poings. Le pré­sident re­late que la vic­time a été rouée de coups, lit­té­ra­le­ment mas­sa­crée tout en pré­ci­sant que les di­verses ver­sions re­cueillies sont contra­dic­toires.

Un té­moin di­ra que le pré­ve­nu avait la haine dans les yeux.

Pour le mi­nis­tère pu­blic Mi­ckaël Tre­hec, qua­li­fié d’im­pul­sif, a fait preuve d’achar­ne­ment. Le pro­cu­reur, qui dé­crit les faits comme graves, met en avant ses ad­dic­tions avant de re­qué­rir 2 ans d’em­pri­son­ne­ment dont 6 mois avec sur­sis et mise à l’épreuve avec l’in­ter­dic­tion de pa­raître à Tin­che­bray et de ren­con­trer la vic­time.

Quant au se­cond pré­ve­nu, il est condam­né à une peine de 3 mois d’em­pri­son­ne­ment as­sor­tie d’un sur­sis avec l’obli­ga­tion d’ef­fec­tuer un Tra­vail d’in­té­rêt gé­né­ral de 140 heures dans un dé­lai de 18 mois.

Me Bar­ry, pour le se­cond pré­ve­nu au ca­sier ju­di­ciaire vierge, in­siste sur le fait que son client n’a fait que se dé­fendre, même s’il n’a pas em­ployé la bonne ma­nière en por­tant le coup de bou­teille. Elle de­mande 850 € de dom­mages et in­té­rêts.

Me Arin, dé­fen­seur de Mi­ckaël Tré­hec dé­crit le par­cours ca­ho­tique de ce der­nier. Pour lui, le dos­sier est né­bu­leux. Il sou­ligne que son client re­con­naît les vio­lences com­mises et qu’il s’at­tend à être condam­né. Il de­mande que la sanc­tion prenne en compte la per­son­na­li­té de l’in­té­res­sé qui sou­haite par ailleurs être in­ter­dit de sé­jour dans le dé­par­te­ment de l’Orne.

Mi­ckaël Tré­hec, au ca­sier ju­di­ciaire sup­por­tant six men­tions est condam­né, con­for­mé­ment aux ré­qui­si­tions, à deux ans d’em­pri­son­ne­ment avec sur­sis as­sor­tis d’une mise l’épreuve de six mois avec des obli­ga­tions de soin et de tra­vail. Il lui est par ailleurs in­ter­dit d’en­trer en con­tact avec la vic­time et de pa­raître à Tin­che­bray.

Quand au se­cond pré­ve­nu, il écope d’une peine de 5 mois d’em­pri­son­ne­ment avec sur­sis avec l’obli­ga­tion d’ef­fec­tuer un T.I.G. de 140 heures dans un dé­lai de 18 mois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.