Me­nace de fer­me­ture du CIO de Flers : le per­son­nel en grève

L'Orne Combattante (SN) - - Entre Bocage et Suisse normande - M. M

Des me­naces de fer­me­tures planent sur le CIO de Flers, le centre d’in­for­ma­tion et d’orien­ta­tion, si­tué rue Hen­ri-La­fo­rest (lire notre pré­cé­dente édi­tion). La ques­tion est à l’ordre du jour du co­mi­té tech­nique aca­dé­mique qui se dé­rou­le­ra ce jeu­di 12 no­vembre, au rec­to­rat de Caen.

Une dé­ci­sion que le per­son­nel de la struc­ture, qui a vo­ca­tion à orien­ter les élèves de l’en­semble du bo­cage or­nais, ne com­prend pas. Il se­ra d’ailleurs en grève, ce jeu­di 12 no­vembre, et un ras­sem­ble­ment, à l’ap­pel du Sgen-CFDT, est pré­vu à 13 h 30, de­vant le rec­to­rat.

La fer­me­ture est en­vi­sa­gée car le con­seil dé­par­te­men­tal sou­haite se désen­ga­ger du CIO. Or, le CIO de Flers a la par­ti­cu­la­ri­té de dé­pendre du fi­nan­ce­ment de cette col­lec­ti­vi­té contrai­re­ment aux autres centres de l’Orne. De son cô­té, le rec­to­rat de Caen, qui au­rait la pos­si­bi­li­té de le re­prendre, a dé­jà at­teint le quo­ta, fixé par le mi­nis­tère, de 11 im­plan­ta­tions de CIO dit d’Etat, sur son ter­ri­toire.

Si la pro­cé­dure de fer­me­ture était en­ga­gée, le CIO pour­rait fer­mer à la ren­trée 2016.

Le per­son­nel se­rait alors ré­par­ti sur d’autres sites.

Pour Mi­chelle Pa­ris, di­rec­trice de la struc­ture, ce­la en­traî­ne­rait un dés­équi­libre sur le ter­ri­toire. « Il y a trois bas­sins de po­pu­la­tion dans l’Orne. Le bo­cage n’au­rait plus de CIO, le bas­sin centre en au­rait deux, à Alen­çon et Ar­gen­tan, et l’Est du dé­par­te­ment aus­si avec l’Aigle et Mor­tagne-auPerche ». Un maillage ter­ri­to­rial qui ne per­met­trait donc pas un égal ac­cès de la po­pu­la­tion or­naise à ce ser­vice pu­blic.

D’au­tant que dans le bo­cage, les be­soins en termes d’orien­ta­tion sont grands, « no­tam­ment pour les fa­milles les plus dé­mu­nies », note Mi­chelle Pa­ris. La di­rec­trice de­mande « une ré­vi­sion de la carte » pro­po­sée par le rec­to­rat de Caen.

Oli­vier Buon, se­cré­taire gé­né­ral du syn­di­cat Sgen-CFDT, parle d’une « dé­ci­sion prise à la hâte. Ce que nous vou­lons, c’est consti­tuer un groupe de tra­vail pour ré­flé­chir à des so­lu­tions ».

Le Sgen-CFDT de­vrait ren­con­trer le rec­teur à ce pro­pos.

Pour le syn­di­ca­liste, si le CIO dis­pa­raît, il n’est pas sûr que des éco­no­mies soient faites avec les frais de dé­pla­ce­ments. « Si tout le monde va à Vire, Flers n’est peut-être pas loin, mais quand il faut al­ler à Dom­front ou Céau­cé, ce n’est pas la même chose ». Sans comp­ter que des fa­milles ne pour­ront pas se dé­pla­cer aus­si loin pour ren­con­trer un conseiller.

« L’er­reur doit être cor­ri­gée », conclut Mi­chelle Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.