Deux lo­giques qui s’af­frontent sur la fu­ture in­ter­com­mu­na­li­té

La nou­velle réunion pu­blique sur le fu­tur re­dé­cou­page in­ter­com­mu­nal a don­né lieu à de vifs échanges le 4 no­vembre. La pré­sence d’une cen­taine de per­sonnes a mon­tré l’in­té­rêt de la po­pu­la­tion pour l’ave­nir du ter­ri­toire.

L'Orne Combattante (SN) - - La Ferté Et Son Pays - Mi­chel Mo­ri­ceau

De­puis que La Fer­té-Ma­cé a ex­pri­mé le sou­hait de re­joindre l’Ag­glo du Pays de Flers au 1er jan­vier 2017 (qui s’est tra­duit dans le pro­jet de sché­ma pré­sen­té le 12 oc­tobre par le pré­fet), le dé­bat fait rage sur les ré­seaux so­ciaux et le site in­ter­net du Col­lec­tif ci­toyen qui s’est créé. Une ten­sion pal­pable lors de la réunion pu­blique du 4 no­vembre.

La soi­rée a dé­bu­té par un ex­po­sé du maire Jacques Dal­mont sur le contexte de la ré­forme ter­ri­to­riale de la loi NOTRe* avec la créa­tion des grandes ré­gions et le re­dé­cou­page in­ter­com­mu­nal. « Chaque com­mune doit se po­si­tion­ner sur la carte pré­sen­tée par le pré­fet avant le 20 dé­cembre, a-t-il rap­pe­lé. C’est lui qui a au­to­ri­té, et ce n’est pas l’ad­di­tion des in­té­rêts in­di­vi­duels qui fe­ra la carte ». Dans cette ré­forme « ce sont les ré­gions et les intercos qui se­ront les pièces maî­tresses, et non les dé­par­te­ments et les com­munes. La Ré­gion s’ap­puie­ra sur les intercos pour contrac­tua­li­ser en terme de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique et d’amé­na­ge­ment de dé­ve­lop­pe­ment du­rable » a no­té Jo­sé Col­la­do, maire-ad­joint.

Jacques Dal­mont a sou­li­gné par ailleurs que, d’ici 2020, les Cdc connaî­tront une mon­tée en puis­sance dans les prises de com­pé­tences « avec une bo­ni­fi­ca­tion des do­ta­tions de l’Etat pour celles qui adop­te­ront la fis­ca­li­té pro­fes­sion­nelle unique, qui mu­tua­li­se­ront les ser­vices mu­ni­ci­paux et com­mu­nau­taires ».

Met­tant en avant la réa­li­té du Pays du bo­cage (Flers, La Fer­té, Dom­front), l’im­pos­si­bi­li­té pour la Cdc la Fer­té/St-Mi­chel de conti­nuer à sup­por­ter seule de nom­breux équi­pe­ments (mé­dia­thèque, pôle de san­té, FJT…) et ses be­soins en terme de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique, les élus fer­tois ont es­ti­mé que « l’adhé­sion à la Com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion du Pays de Flers est une vi­sion d’ave­nir avec une col­lec­ti­vi­té ef­fi­ciente pos­sé­dant de nom­breux ser­vices ». Pour ten­ter de convaincre les op­po­sants à ce ral­lie­ment, Jacques Dal­mont a ex­pli­qué le fonc­tion­ne­ment de la CAPF où « les com­munes res­tent dé­ci­sion­naires des com­pé­tences de proxi­mi­té comme la voi­rie, les écoles, l’ani­ma­tion, la vie as­so­cia­tive. La CAPF ac­com­pagne les pro­jets des com­munes par une as­sis­tance à maî­trise d’ou­vrage ou maî­trise d’oeuvre ».

Un ex­po­sé qui n’a pas convain­cu Jack Mo­rice, por­te­pa­role du Col­lec­tif ci­toyen pour une Cdc Pays d’An­daine-Pays Fer­tois. « Notre pé­ti­tion a re­cueilli 820 si­gna­tures dont 500 Fer­tois. Alors soyez à l’écoute de ces gens-là qui ont aus­si leur mot à dire. Pour nous, il est in­en­vi­sa­geable de par­tir vers Flers et de se re­trou­ver avec un bas­sin de vie écla­té ». Une nou­velle fois, Jack Mo­rice a de­man­dé au maire de re­ve­nir sur la dé­li­bé­ra­tion prise par son con­seil mu­ni­ci­pal et de re­tour­ner voir les maires du bas­sin de vie pour re­dis­cu­ter de la construc­tion d’une in­ter­co entre le Pays d’An­daine, le Pays fer­tois et La Fer­té/St-Mi­chel.

Maire de La Fer­té de 1977 à 1995, et ad­joint de Jacques Dal­mont de 2008 à mai 2013, Yves Le Pape a dit par­ta­ger l’avis du col­lec­tif. « Les ha­bi­tants doivent se pro­non­cer sur l’ave­nir de leur ter­ri­toire à tra­vers un ré­fé­ren­dum » at-il es­ti­mé, en in­vi­tant les élus fer­tois à re­prendre le dia­logue avec les maires voi­sins. « Avec des bud­gets res­pec­tifs de 10 et 8 mil­lions, La Fer­té et Ba­gnoles sont une force éco­no­mique ».

« Co­opé­rer

plu­tôt que su­bir »

Et Jack Mo­rice de po­ser une ques­tion qui fâche : « j’en­tends ici ou là des per­sonnes qui se de­mandent si Flers avait été à droite, ce rap­pro­che­ment au­rait eu lieu ». « Si on ra­mène de la po­li­tique dans l’in­ter­co, c’est mort, a af­fir­mé avec force le maire. Si vous avez fait un rêve, comme vous le dites, moi j’ai vé­cu un cau­che­mar jus­qu’en 2011 que je ne sou­haite pas re­vivre ».

Es­ti­mant « qu’une Cdc est avant tout une Cdc de pro­jet », Jo­sé Col­la­do a rap­pe­lé les dif­fi­cul­tés ren­con­trées pour tra­vailler sur le fond avec les élus voi­sins, ce qui a conduit les élus fer­tois à se tour­ner vers Flers. « La po­li­tique n’a rien à voir. Il faut ces­ser de se re­plier sur soi et po­ser les fon­da­tions de ce que se­ra la fu­ture Cdc dans 5 ans. Mais, pour ce­la, il faut se mettre d’ac­cord avant. Il ne faut pas re­non­cer à ce qui n’a pas pu se faire hier : je pré­fère être à l’in­té­rieur de l’ag­glo et co­opé­rer, plu­tôt qu’à l’ex­té­rieur et su­bir ».

In­ter­rom­pant à plu­sieurs re­prises l’ex­po­sé, Jack Mo­rice a été in­vi­té par le maire à se taire. « Le dé­bat, c’est aus­si la contra­dic­tion » a-t-il lan­cé avant de quit­ter la salle. « En fait, j’ai vite com­pris que je par­lais peut-être trop, mais sur­tout que je par­lais à des per­sonnes qui ne vou­laient rien en­tendre ! » a-t-il confié de­puis sur le site in­ter­net du col­lec­tif.

« Une vi­sion

d’ave­nir » « Soyez à l’écoute ! »

*Nou­velle or­ga­ni­sa­tion ter­ri­to­riale de la Ré­pu­blique

Les élus fer­tois ont ré­af­fir­mé leur sou­hait de ral­lier l’Ag­glo du Pays de Flers. Jack Mo­rice, porte-pa­role du Col­lec­tif ci­toyen, a de­man­dé aux élus fer­tois d’être à l’écoute de la po­pu­la­tion.

Syl­vain Jar­ry s’est ex­pli­qué.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.