Les maires in­vi­tés à la vi­gi­lance

Ven­dre­di 20 no­vembre, Isa­belle Da­vid, pré­fet de l’Orne a réuni les élus du dé­par­te­ment pour les in­for­mer des me­sures dé­cou­lant de l’état d’ur­gence.

L'Orne Combattante (SN) - - Entre Bocage et Suisse normande -

264 élus -maires et par­le­men­tai­resde l’Orne ont par­ti­ci­pé ven­dre­di 20 no­vembre à Alen­çon, à la réunion or­ga­ni­sée par Isa­belle Da­vid, pré­fet de l’Orne concer­nant les consé­quences de l’état d’ur­gence et les me­sures de sécurité qui en dé­coulent.

Après avoir rap­pe­lé le ca­rac­tère très ex­cep­tion­nel de l’état d’ur­gence, ins­tau­ré pour trois mois en France, Isa­belle Da­vid a fait le point sur les me­sures im­mé­diates qui ont été prises ven­dre­di der­nier : « Trois me­sures ont été prises dans le cadre de l’état d’ur­gence en vi­gueur. Hier à Alen­çon, une as­si­gna­tion à ré­si­dence dé­ci­dée par le mi­nistre de l’In­té­rieur a été no­ti­fiée. Le lo­ge­ment et le vé­hi­cule de l’in­té­res­sé ont été per­qui­si­tion­nés. Ce ma­tin, à La Fer­té-Ma­cé, sur la base de ren­sei­gne­ments recueillis par la gen­dar­me­rie, des armes ont été sai­sies dans le cadre d’une per­qui­si­tion ad­mi­nis­tra­tive. Les suites ju­di­ciaires se­ront don­nées par M. le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique d’Ar­gen­tan », dé­taille la re­pré­sen­tante de l’Etat (lire ci-des­sus).

L’état d’ur­gence per­met aux pré­fets : d’in­ter­dire le sé­jour, dans tout ou par­tie du dé­par­te­ment, à toute per­sonne cher­chant à en­tra­ver de quelque ma­nière que ce soit l’ac­tion des pou­voirs pu­blics, d’in­ter­dire la cir­cu­la­tion des per­sonnes ou des vé­hi­cules dans les lieux et aux heures fixés par ar­rê­té. Cette com­pé­tence per­met d’ins­tau­rer des couvre-feux dans les par­ties du dé­par­te­ment qui nous pa­raissent ex­po­sées à des risques im­por­tants de trouble à l’ordre pu­blic, d’ins­ti­tuer, par ar­rê­té, des zones de pro­tec­tion ou de sécurité où le sé­jour est ré­gle­men­té no­tam­ment au­tour de cer­tains bâ­ti­ments pu­blics.

« Nous sommes en guerre. Nous al­lons la me­ner à l’in­té­rieur et à l’ex­té­rieur du pays », a pour­sui­vi Isa­belle Da­vid, re­pre­nant les pro­pos de Fran­çois Hol­lande, pré­sident de la Ré­pu­blique. Et d’ajou­ter, « nous ne de­vons pas vivre dans la peur, nous de­vons conti­nuer à vivre … »

Se­lon le pré­fet, « il n’y a pas de me­nace iden­ti­fiée au­jourd’hui pour le dé­par­te­ment de l’Orne. Mais la pru­dence doit être de mise »

Pas d’in­ter­dic­tion gé­né­ra­li­sée

L’in­ter­dic­tion gé­né­ra­li­sée des ma­ni­fes­ta­tions n’est donc pas jus­ti­fiée.

Mais les me­sures de sécurité doivent être ren­for­cées lors de chaque évé­ne­ment pu­blic. Sécurité ren­for­cée aus­si sur les trois sites clas­sés « Se­ve­so » du dé­par­te­ment, dans les centres com­mer­ciaux, dans les gares SNCF…

Isa­belle Da­vid a en­suite ré­pon­du aux ques­tions des élus et les a in­vi­tés à « faire re­mon­ter, sans dé­lais, les in­for­ma­tions dont vous dis­po­sez, les com­por­te­ments si­gna­lés sus­pects, etc. Il faut un front uni pour vaincre la bar­ba­rie »

Une mi­nute de si­lence a été ob­ser­vée par l’as­sem­blée en hommages aux vic­times des at­ten­tats du 13 no­vembre à Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.