Soi­rée évé­ne­ment avec Père Pe­dro, l’ami des pauvres

Le 4 dé­cembre, la so­li­da­ri­té se­ra à l’hon­neur à La Fer­té. Tan­dis que le Té­lé­thon se dé­rou­le­ra par ailleurs, c’est un grand homme qui se­ra ac­cueilli par So­li­dar’Mômes : ami des pauvres à Ma­da­gas­car, le Père Pe­dro ani­me­ra une soi­rée d’échanges à l’église.

L'Orne Combattante (SN) - - La Ferté Et Son Pays - Mi­chel Mo­ri­ceau Ven­dre­di 4 dé­cembre, 20 h, église Notre-Dame. En­trée libre.

« On a tou­jours une bonne rai­son pour faire, on a tou­jours une bonne ex­cuse pour ne rien faire » : telle est la de­vise qui s’af­fiche sur le site in­terte de So­li­dar’Mômes, et qui tra­duit l’état d’es­prit dans le­quel cette as­so­cia­tion, apo­li­tique et non confes­sion­nelle, agit de­puis sa créa­tion en 2007. Son ob­jec­tif : ap­por­ter un sou­tien à l’en­fance vul­né­rable à tra­vers une aide ma­té­rielle et/ou fi­nan­cière aux en­fants les plus dé­fa­vo­ri­sés des pays émer­gents… mais aus­si en France.

Bur­ki­na Fa­so, Ni­ger, Cam­bodge…. chaque an­née, entre quatre et huit contai­ners de 75m3 partent des lo­caux fer­tois de l’as­so­cia­tion. A l’in­té­rieur, du ma­té­riel mé­di­cal, du ma­té­riel in­for­ma­tique, du mo­bi­lier, mais aus­si des four­ni­tures sco­laires, des jouets. « Tout est par­ti d’un constat : d’un cô­té, les be­soins gi­gan­tesques en Afrique et ailleurs ; et de l’autre, le gâ­chis quo­ti­dien, chez nous » rap­pellent Be­noît Ri­chard, pré­sident ho­no­raire et Jacques Ro­mé, pré­sident.

Aka­ma­soa

Au fil du temps, des liens se sont créés avec dif­fé­rentes as­so­cia­tions re­lais dans les dif­fé­rents pays ai­dés. « Nous avons trois grands cri­tères dans le choix des as­so­cia­tions que nous sou­te­nons : leur ef­fi­cience, la trans­pa­rence, la ca­pa­ci­té à rendre compte. Ce qui est lé­gi­time afin que les do­na­teurs qui nous font confiance sachent ce que de­vient la mar­chan­dise ».

C’est ain­si que, voi­là 18 mois, Be­noît Ri­chard, pré­sident de So­li­dar’Mômes à l’époque, a pro­po­sé une aide au Père Pe­dro et à son as­so­cia­tion Aka­ma­soa à Ma­da­gas­car. Pour cette struc­ture, tout a com­men­cé avec la ren­contre des gens de la rue et de la dé­charge en 1989. « En les dé­cou­vrant, il était im­pos­sible de res­ter les bras croi­sés et de se conten­ter de les re­gar­der. Il a fal­lu agir ! » ex­plique ce der­nier. Grâce à la vo­lon­té et au cou­rage de toute une équipe, com­po­sée de 517 col­la­bo­ra­teurs tous mal­gaches, et grâce à la gé­né­ro­si­té de beau­coup d’hommes et de femmes, 18 vil­lages Aka­ma­soa ont pu voir le jour et sau­ver un nombre consi­dé­rable d’en­fants, de pa­rents ou de per­sonnes âgées. En 26 ans, plus de 500 000 in­di­vi­dus sont pas­sés dans ces centres et ont été ai­dés. Au­jourd’hui ce sont en­vi­ron 17 000 per­sonnes qui vivent et ha­bitent dans les centres Aka­ma­soa.

Re­con­nais­sance

Ain­si, en mars der­nier, le Père Pe­dro a ré­cep­tion­né le contai­ner de 75 m3 rem­pli de four­ni­tures et mo­bi­lier sco­laires, de pro­duits d’hy­giène, de ma­té­riel mé­di­cal et pa­ra­mé­di­cal, in­for­ma­tique… par­ti de l’en­tre­pôt fer­tois. Un par­te­na­riat par­ti­cu­liè­re­ment ap­pré­cié par le Père Pe­dro qui ré­com­pen­se­ra donc les bé­né­voles et les do­na­teurs pour ce geste de so­li­da­ri­té à l’oc­ca­sion de sa vi­site dé­but dé­cembre.

« Il pro­fi­te­ra d’un sé­jour en France pour pas­ser nous voir le ven­dre­di 4 dé­cembre afin de ren­con­trer et re­mer­cier de leur sou­tien les membres de l’as­so­cia­tion So­li­dar’Mômes » ex­pliquent les res­pon­sables. Une soi­rée est pré­vue à 20 h en l’église Notre Dame au cours de la­quelle il té­moi­gne­ra, vi­déo à l’ap­pui, de la vie des plus pauvres sur la grande île. « Re­ce­voir un homme de cette di­men­sion est un im­mense hon­neur pour notre ville de La Fer­téMa­cé et l’as­so­cia­tion So­li­dar’Mômes qui veut y voir la re­con­nais­sance de son tra­vail so­li­daire » com­mentent Jacques Ro­mé et Be­noît Ri­chard.

Plu­sieurs fois nom­mé pour le Prix No­bel de la Paix, le Père Pe­dro a ac­com­pli une oeuvre in­ima­gi­nable, qua­li­fiée par cer­tains de mi­ra­cu­leuse, au ser­vice des plus déshé­ri­tés de Ma­da­gas­car.

Né le 29 juin 1948 en Ar­gen­tine, de pa­rents d’ori­gine slo­vène, Pe­dro Pa­blo Ope­ka est or­don­né prêtre en 1975 à Bue­nos Aires et nom­mé cu­ré dans une pa­roisse ru­rale de Ma­da­gas­car. En 1989, il re­joint la ca­pi­tale mal­gache, Ta­na­na­rive où il est cho­qué par les condi­tions hu­maines ré­vol­tantes, dans la rue ou sur des dé­charges d’or­dures et dé­cide de créer l’as­so­cia­tion Aka­ma­soa : « Au to­tal, ce sont plus de 500 000 per­sonnes se­cou­rues pour les­quelles il a su dé­ve­lop­per des tré­sors d’in­gé­nio­si­té afin de leur of­frir abris, nour­ri­ture, tra­vail et édu­ca­tion, ex­pliquent les re­pré­sen­tants de So­li­dar’momes. De nom­breux re­por­tages té­lé­vi­suels se sont fait l’écho du par­cours de cet homme tout à fait ex­cep­tion­nel de­puis son ar­ri­vée il y a 26 ans sur la dé­charge de Ta­na­na­rive. »

De­puis cette an­née, Aka­ma­soa est de­ve­nu un nou­veau des­ti­na­taire de l’aide So­li­dar’Mômes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.