Laurent Vi­cialle, 13e du concours na­tio­nal de la­bour

Laurent Vi­ciale, 23 ans, a par­ti­ci­pé à son pre­mier concours na­tio­nal de la­bour où il a ter­mi­né 13e. Pour le dé­dom­ma­ger, le Cré­dit Agri­cole lui a re­mis un chèque.

L'Orne Combattante (SN) - - En Bocage Et Suisse Normande -

Do­mi­ci­lié à La Lande-Saint-Si­méon, Laurent Vi­cialle, est sa­la­rié agri­cole de­puis un an dans la ferme de Jean-Fran­çois Hébert, à Mes­sei, après avoir ob­te­nu son bac pro CGEA (conduite et ges­tion de l’ex­ploi­ta­tion agri­cole), un BTS ACSE (ana­lyse et conduite de sys­tèmes d’ex­ploi­ta­tion) et une for­ma­tion CS lait (cer­ti­fi­cat de spé­cia­li­sa­tion).

Cette an­née, il a par­ti­ci­pé, à Metz, en Lor­raine, à son pre­mier concours na­tio­nal de la­bour or­ga­ni­sé par la sec­tion na­tio­nale des Jeunes agri­cul­teurs qui prend en charge la par­ti­ci­pa­tion des concur­rents qui sont âgés de 35 ans maxi­mum.

C’est à l’âge de 15 ans que le jeune Lan­dais a fait son pre­mier concours de la­bour au ni­veau can­to­nal avec une char­rue 5 socles avec la­quelle il a ter­mi­né 5e.

Rude concur­rence

De­puis ses 17 ans, il par­ti­cipe tous les ans à ce concours can­to­nal mais cette fois avec une char­rue 2 socles adap­tée à ce type de com­pé­ti­tion, avec son trac­teur Re­nault 651 avec roues étroites.

C’est avec ce même ma­té­riel qu’il s’est ren­du à Metz cette an­née. Vain­queur au ni­veau can­to­nal cet été, 2e en 2014, il a ga­gné le concours ré­gio­nal, dé­but août, à Vire, dé­cro­chant ain­si sa qua­li­fi­ca­tion pour le na­tio­nal.

« Ce fut une très belle ex­pé­rience avec un grand mo­ment, di­manche ma­tin. Ce­lui de la bé­né­dic­tion des trac­teurs de­vant la ca­thé­drale de Metz avant le dé­fi­lé en ville.

Au ni­veau du concours, je me classe 13e sur 15, mais il était dif­fi­cile de faire mieux.

Les dix pre­miers sont des gar­çons qui pos­sèdent du ma­té­riel bien plus so­phis­ti­qué que le mien. On voit bien que cer­tains viennent vrai­ment pour ga­gner ! »

Pour ce concours, Laurent Vi­cialle a sé­jour­né quatre jours sur place et a dû or­ga­ni­ser le trans­port de son ma­té­riel pour un coût glo­bal de 1.600 € al­ler et re­tour.

C’est pour le dé­dom­ma­ger d’une par­tie de ses frais, que la caisse lo­cale du Cré­dit Agri­cole d’Athis lui a of­fert une somme de 200 €.

C’est Isa­belle Hal­bout, pré­si­dente du con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion, en­tou­rée des membres de ce der­nier et du di­rec­teur de l’agence, Ch­ris­tian Il­land, qui a re­mis le chèque au jeune homme.

2 h maxi­mum

Une somme que Laurent Vi­cialle compte in­ves­tir dans l’amé­lio­ra­tion de sa char­rue avec l’ajout de quelques vé­rins afin d’ob­te­nir de meilleurs résultats dans les concours en 2016.

Pour in­fo : chaque concur­rent d’un concours de la­bour doit tra­vailler sur une pièce tra­pé­zoï­dale de 100 m de long et de 18 x 12 m en lar­geur. La com­pé­ti­tion dure 2 heures et des pé­na­li­tés sont in­fli­gées en cas de dé­pas­se­ment.

« C’est lar­ge­ment suf­fi­sant, je n’ai ja­mais mis plus de 2 heures dans cha­cun de mes concours » sou­ligne le jeune homme qui es­père de nou­veau se qua­li­fier pour la fi­nale na­tio­nale 2016 qui se dis­pu­te­ra en Ven­dée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.