Po­li­ciers bles­sés : l’au­teur écroué

Sa­me­di, après une course-pour­suite dans la ville de Flers, un homme de 33 ans a fon­cé sur un vé­hi­cule de po­lice.

L'Orne Combattante (SN) - - La Une -

Le tri­bu­nal d’Ar­gen­tan a condam­né lun­di 7 dé­cembre, un homme de 33 ans de­meu­rant à Cha­nu à 18 mois de pri­son ferme pour avoir no­tam­ment fon­cé sur une voi­ture de po­lice sa­me­di 5 dé­cembre à Flers. L’homme a été re­con­nu coupable de vio­lences vo­lon­taires ag­gra­vées en ré­ci­dive, de conduite sans per­mis, de conduite sous l’em­pire d’un état al­coo­lique, de re­fus d’ob­tem­pé­rer et d’usage de stu­pé­fiants.

Ba­nal contrôle rou­tier

C’est un ba­nal contrôle rou­tier qui a mal tour­né. Sa­me­di 5 dé­cembre à Flers vers 15 h 30, les po­li­ciers, lors d’une pa­trouille, re­marquent que le conduc­teur d’une Re­nault Mégane ne porte pas sa cein­ture.

Afin de pro­cé­der au contrôle de cette voi­ture, les po­li­ciers se portent à sa hau­teur tout en ac­tion­nant le gy­ro­phare et l’aver­tis­seur so­nore. Mais lors­qu’ils sortent de leur voi­ture, l’au­to­mo­bi­liste re­dé­marre et prend la fuite en fran­chis­sant le trot­toir.

Course-pour­suite

La course pour­suite s’en­gage. Les fuyards prennent des risques, grillant no­tam­ment un feu rouge, brû­lant un stop, fran­chis­sant un car­re­four gi­ra­toire sans ra­len­tir. D’autres pa­trouilles sont ap­pe­lées en ren­fort. À hau­teur du quar­tier Saint-Mi­chel, des fonc­tion­naires de po­lice po­si­tionnent leur vé­hi­cule au mi­lieu de la chaus­sée pour bar­rer la route, mais la Re­nault Mégane ne ra­len­tit pas. Les po­li­ciers se ra­battent alors sur leur voie de cir­cu­la­tion mais la voi­ture folle les per­cute. Le pas­sa­ger prend la fuite à pied.

Côtes cas­sées

Le conduc­teur est, quant à lui, som­mé de sor­tir. Il se di­rige éner­vé vers les forces de l’ordre et me­na­çant. Un des fonc­tion­naires qui avait sor­ti son fla­sh­ball est obli­gé de re­pous­ser l’in­di­vi­du avant de lui as­sé­ner un coup sur le crâne au moyen de l’arme. Ce der­nier part alors en cou­rant pour­sui­vi par les po­li­ciers, il est rat­tra­pé un peu plus loin après avoir chu­té sur le sol. Il est aus­si­tôt in­ter­pel­lé. Dans l’ac­ci­dent, deux po­li­ciers sont bles­sés, l’un d’eux souffre d’une frac­ture des côtes.

Al­cool, drogue et pas de per­mis

L’homme n’est pas ti­tu­laire du per­mis de conduire, les dé­pis­tages d’al­coo­lé­mie (1,10 g/l) et de stu­pé­fiants se ré­vèlent po­si­tifs.

De­vant le tri­bu­nal d’Ar­gen­tan, lun­di 7 dé­cembre 2015 lors de sa com­pa­ru­tion, cet ha­bi­tant de Cha­nu âgé de 33 ans, re­con­naît les faits mais ré­fute toute vo­lon­té de per­cu­ter le vé­hi­cule des po­li­ciers : « J’ar­ri­vais vite, au moins à 90, j’ai frei­né ».

In­ter­ro­gé par les ma­gis­trats, le pré­ve­nu dé­clare : « conduire ré­gu­liè­re­ment sans être ti­tu­laire du per­mis. Je ne l’ai ja­mais pas­sé, je ne m’en suis ja­mais oc­cu­pé. » Il ré­pète qu’il « a eu peur. Je n’avais pas conscience du dan­ger. » Il avoue éga­le­ment consom­mer une ving­taine de joints par jour, soit en­vi­ron 20 grammes de ré­sine de can­na­bis par se­maine.

« Je suis de­ve­nu ad­dict »

Sans emploi, il fi­nance, à ses dires, cette consom­ma­tion en ache­tant des voi­tures qu’il dé­monte pour vendre les pièces dé­ta­chées.

Le pré­sident lui si­gni­fie qu’il a eu un com­por­te­ment ex­trê­me­ment dan­ge­reux et rap­pelle ses 22 condam­na­tions de­puis 2000, son état de ré­ci­dive, avant de lui de­man­der s’il a pris conscience des risques consi­dé­rables qu’il a pris.

« J’étais sous al­cool, je n’ai pas ré­flé­chi, je n’ai pas l’ha­bi­tude de boire de l’al­cool » ré­pond le mis en cause.

Me Le­got, re­pré­sen­tant les deux po­li­ciers par­ties ci­viles, n’est pas sûre que le pré­ve­nu ait conscience de la dan­ge­ro­si­té de son com­por­te­ment. Elle rap­pelle que les faits se sont pro­duits un sa­me­di après-mi­di, trois se­maines avant Noël, à son sens : « C’est un mi­racle qu’il n’y ait pas eu plus de vic­times. »

Le par­quet re­pré­sen­té par Yves Cou­roux es­time qu’il est dé­tes­table, in­ad­mis­sible de mettre la vie des per­sonnes en dan­ger, de fon­cer sur une voi­ture de po­lice et de bles­ser des po­li­ciers qui as­surent la sécurité des ci­toyens.

Pour lui, ce com­por­te­ment ne mé­rite au­cune clé­mence. « Un vé­hi­cule est une arme, et ce Mon­sieur était ar­mé ce jour­là, c’est mi­ra­cu­leux que les po­li­ciers n’aient pas per­du la vie » mar­tèle-t-il.

35 à 45 joints par jour !

Le re­pré­sen­tant du Mi­nis­tère pu­blic re­quiert une peine de 4 ans d’em­pri­son­ne­ment avec man­dat de dé­pôt, rap­pe­lant que l’in­té­res­sé a re­con­nu lors de l’en­quête fu­mer 35 à 45 joints par jour.

Me Vaer­newyck pour la dé­fense ad­met que les faits sont graves mais son client n’a fait au­cune dif­fi­cul­té pour les re­con­naître, il n’a pas cher­ché à ma­quiller la vé­ri­té. Elle de­mande que la peine pro­non­cée per­mette à ce der­nier de ré­gler ses pro­blèmes d’ad­dic­tion et qu’elle l’aide à s’in­sé­rer so­cia­le­ment.

Il est condam­né à 3 ans d’em­pri­son­ne­ment dont 18 mois avec sur­sis et une mise à l’épreuve avec obli­ga­tion de tra­vail et de soins.

Un man­dat de dé­pôt est dé­li­vré à son en­contre et il est im­mé­dia­te­ment conduit par l’es­corte de po­lice à la mai­son d’ar­rêt de Cou­laines.

Le syn­di­cat UNSA po­lice avait, de son cô­té, ré­cla­mé des sanc­tions exem­plaires.

La col­li­sion s’est pro­duite dans le quar­tier Saint-Mi­chel après une course-pour­suite en ville.

Des pa­trouilles ont été ap­pe­lées en ren­fort. Le pas­sa­ger du vé­hi­cule a pris la fuite.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.