Vifs échanges entre le maire et un conseiller

L'Orne Combattante (SN) - - Flers Et Son Pays -

Le con­seil mu­ni­ci­pal de Flers s’est réuni lun­di 14 dé­cembre, au len­de­main du se­cond tour des élec­tions ré­gio­nales qui a vu la vic­toire de la liste de l’Union de la droite conduite par l’an­cien mi­nistre Her­vé Mo­rin.

« Dé­plo­rable dans une dé­mo­cra­tie »

A l’heure des ques­tions di­verses, le conseiller d’op­po­si­tion Hu­bert Ro­billard, qui a sou­te­nu le can­di­dat de droite pen­dant la cam­pagne, a te­nu à faire plu­sieurs re­marques re­la­tives à l’af­fi­chage élec­to­ral. « Il y a eu pas mal d’ar­ra­chage et de tags sur les af­fiches ap­po­sées sur des pan­neaux of­fi­ciels. Ce sont des choses dé­plo­rables dans une dé­mo­cra­tie qui ne donnent pas une bonne image de Flers » , a es­ti­mé l’élu.

Hu­bert Ro­billard a consta­té aus­si qu’il y avait eu beau­coup d’af­fi­chage sau­vage dans la ville, no­tam­ment de la part des sou­tiens du can­di­dat de la gauche, Ni­co­las Mayer-Ros­si­gnol. « Ça dé­grade la ville, no­tam­ment en pleine Cop 21 » , es­time l’élu d’op­po­si­tion.

En­fin, l’élu a poin­té que, pen­dant le week- end, des af­fiches du can­di­dat so­cia­liste, vi­sibles de la rue, étaient ap­po­sées au centre Ma­de­lei­neLouain­tier, un bâ­ti­ment pu­blic. « J’ai re­çu des mails, des mes­sages de per­sonnes qui m’ont de­man­dé si ce n’était pas le QG de cam­pagne de Ni­co­las Mayer-Ros­si­gnol » ,a re­gret­té Hu­bert Ro­billard.

« L’af­fi­chage est une vieille cou­tume qui n’est pas au­to­ri­sée par le code élec­to­ral » , a ad­mis Yves Goas­doué. C’est lorsque le dé­pu­té-maire a abor­dé la ques­tion re­la­tive à la salle Louain­tier que le ton est mon­té entre le maire et le conseiller.

« Gar­der un cer­tain ni­veau au dé­bat »

« Vous n’avez pas à me cou­per la pa­role » , a in­sis­té le dé­pu­té- maire, in­vo­quant le rè­gle­ment in­té­rieur. Il a en­suite ex­pli­qué qu’un mee­ting était or­ga­ni­sé, ven­dre­di, par « les sou­tiens de Ni­co­las Mayer-Ros­si­gnol et Laurent Beau­vais à la salle Louain­tier confor­mé­ment à la ré­gle­men­ta­tion et avec un contrat en bonne et due forme » , d’où la pré­sence de ces af­fiches.

Et d’ajou­ter, « les dé­bats lors­qu’ils ne sont pas de na­ture à amé­lio­rer la vie de nos conci­toyens mais de na­ture à dé­clen­cher des po­lé­miques sté­riles, amènent à un cer­tain avi­lis­se­ment de la vie po­li­tique. Je ne veux pas que cet avi­lis­se­ment de la vie po­li­tique, qui n’a plus cours de­puis des an­nées, quelle que soit l’op­po­si- tion, dans notre con­seil mu­ni­ci­pal, soit ré­in­tro­duit par vous. Je crois que nous de­vons gar­der à nos dé­bats un cer­tain ni­veau. Nous le de­vons aux Flé­riens et aux Flé­riennes qui nous ont élus » .

Hu­bert Ro­billard iso­lé

Jean-Marc Le­ver­rier a te­nu à com­men­ter cet échange entre Yves Goas­doué et le conseiller d’op­po­si­tion. « M. Ro­billard parle en son nom et la ma­jeure par­tie de l’op­po­si­tion ne s’y as­so­cie pas, même si on peut re­gret­ter des af­fi­chages sau­vages et des dé­col­le­ments d’af­fiches. Je pense au fond qu’il n’y a pas lieu d’en faire une po­lé­mique, ce soir » , a conclu le lea­der de l’op­po­si­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.