Un chêne Rouvre pour fê­ter la laï­ci­té

Afin de cé­lé­brer le 110e an­ni­ver­saire de la loi de sé­pa­ra­tion des Eglises et de l’Etat, un arbre de la laï­ci­té a été plan­té lun­di ma­tin, à proxi­mi­té de l’école Jacques-Pré­vert, en pré­sence de nom­breux in­vi­tés.

L'Orne Combattante (SN) - - La Ferté Et Son Pays - Mi­chel Mo­ri­ceau

Cette ini­tia­tive, qui se veut sym­bo­lique, re­vient aux DDEN (dé­lé­gués dé­par­te­men­taux de l’Edu­ca­tion na­tio­nale). « Ce­la fait 10 ans que nous avons dé­ci­dé de mar­quer le 9 dé­cembre, date an­ni­ver­saire du vote de la loi, en plan­tant un arbre. Nous l’avons dé­jà fait à Flers, Bel­lême, et pour 2015, nous l’avons pro­po­sé à la Ville de La Fer­té-Ma­cé » ex­plique An­dré Viel, vice-pré­sident sur l’Orne.

Le 9 dé­cembre tom­bant cette an­née entre deux tours d’élec­tion, ce qui im­plique un droit de ré­serve pour les re­pré­sen­tants de l’Etat, Jo­sé Col­la­do, maire-ad­joint char­gé des af­faires sco­laires, a dé­ci­dé de dé­ca­ler la cé­ré­mo­nie afin que Pa­trick Fou­reau, ins­pec­teur aca­dé­mique, puisse y par­ti­ci­per.

« Loi de li­ber­té »

Lun­di, à 11 h, la plan­ta­tion d’un chêne Rouvre ou Ses­sile, était donc pré­vu sur un es­pace ga­zon­né du quar­tier Pré­vert, avec la par­ti­ci­pa­tion d’élèves des écoles pu­bliques. Pré­sident du sec­teur, Al­bert Le Mon­nier a rap­pe­lé le rôle d’un DDEN : « c’est un ami de l’école qui sur­veille le bon dé­rou­le­ment de la vie sco­laire, et qui est at­ta­ché aux va­leurs de la Ré­pu­blique : li­ber­té, éga­li­té et fra­ter­ni­té » . L’ora­teur est re­ve­nu en­suite sur l’his­to­rique de la « dé­con­fes­sio­na­li­sa­tion de l’édu­ca­tion » en France, avec les lois Jules Fer­ry de 1882-1883 ren­dant l’école gra­tuite et l’ins­truc­tion obli­ga­toire, et celle du 9 dé­cembre 1905.

« La laï­ci­té n’est pas une loi de l’in­ter­dit, mais de li­ber­té, pour le vivre en­semble. Elle aide à faire la paix en res­pec­tant l’autre et l’éga­li­té des droits » .

Tour à tour, plu­sieurs élèves ont lu la charte de la laï­ci­té qui est dé­sor­mais af­fi­chée dans toutes les écoles en France, et qui met en avant les va­leurs de la Ré­pu­blique laïque et de l’école laïque. « La laï­ci­té est une ou­ver­ture d’es­prit, dans le res­pect des consciences. C’est un texte de fra­ter­ni­té et d’apai­se­ment, a com­plé­té le maire.

L’éga­li­té de tous les ci­toyens de­vant la loi est le fruit de longs com­bats. Ici, cet arbre sym­bo­lise le bien vivre en­semble, le com­bat pour la to­lé­rance, le re­pect de la li­ber­té et de la pen­sée de cha­cun » .

Pacte ré­pu­bli­cain

Jo­sé Col­la­do a re­pla­cé cette cé­ré­mo­nie dans le pro­lon­ge­ment de l’ex­po sur la Fa­brique de la paix pré­sen­tée voi­là quelques se­maines à la salle Rous­seau.

« Parce qu’il ne s’im­pose pas à tous comme une évi­dence, parce qu’il n’est pas ac­quis une fois pour toute, parce qu’il faut le construire tous les jours, notre pacte ré­pu­bli­cain doit être dit et re­dit sans cesse : li­ber­té, éga­li­té, fra­ter­ni­té. La loi de 1905 est une loi de com­pro­mis et d’équi­libre qui re­pose sur trois prin­cipes : la li­ber­té de conscience ; la sé­pa­ra­tion des Eglises et de l’Etat ; l’éga­li­té de tous les ci­toyens quelles que soient leurs croyances et leurs convic­tions. Les évé­ne­ments tra­giques ne nous empêchent pas, bien au contraire, de pour­suivre nos en­ga­ge­ments pour l’édu­ca­tion à la paix et à la laï­ci­té » .

A ce pro­pos, Pa­trick Fou­reau a in­sis­té sur l’am­bi­tion de l’Edu­ca­tion na­tio­nale « de re­mettre l’école au coeur de la pro­mo­tion de l’éga­li­té, de l’ap­pren­tis­sage de la ci­toyen­ne­té » avec un at­ta­che­ment fort à la trans­mis­sion des va­leurs de la Ré­pu­blique, et no­tam­ment du vivre en­semble.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.