« Un vrai dé­fi d’en­traî­ner l’équipe d’Is­lande »

L'Orne Combattante (SN) - - Loisirs - Sa­me­di 26 dé­cembre, au centre aqua­tique Cap­fl’O, de 16 h à 17 h 30, séance d’en­traî­ne­ment ou­verte au pu­blic. Gra­tuit. M.T.

Des na­geurs in­ter­na­tio­naux de l’équipe d’Is­lande s’en­traî­ne­ront à Flers, au centre aqua­tique Cap­fl’O, sa­me­di 26 dé­cembre. Le di­rec­teur tech­nique na­tio­nal (DTN) de la na­ta­tion is­lan­daise est le Flé­rien Ja­cky Pel­le­rin.

Quel est votre par­cours dans la na­ta­tion ?

J’ai été membre du club nau­tique flé­rien (CNF) de la fin des an­nées 70 au dé­but des an­nées 80 avec no­tam­ment Ja­cky Cal­zi. Puis je suis al­lé dans le sud de la France à Nar­bonne puis à Tou­lon entre 1983 et 1988. J’ai en­suite été en­traî­neur en équipe de France jus­qu’en 1999.

Vous avez éga­le­ment en­traî­né de grands noms…

Oui comme Franck Es­po­si­to, cham­pion d’Eu­rope sur 200 m pa­pillon, au­teur du pre­mier re­cord du monde en pe­tit bas­sin sur 200 m pa­pillon et sur­tout mé­daillé de bronze olym­pique à Bar­ce­lone en 1992. Entre 1992 et 2000, j’ai for­mé et en­traî­né Fré­dé­rick Bous­quet à Ca­net 66 na­ta­tion. J’ai ac­com­pa­gné des na­geurs sur 14 cham­pion­nats d’Eu­rope, 8 cham­pion­nats du monde et aux Jeux olym­piques de Bar­ce­lone (1992), Pé­kin (2008) et Londres (2012).

De­puis 2007, votre car­rière a pris un tour­nant…

Oui, j’ai été contac­té par la fé­dé­ra­tion Is­lan­daise pour de­ve­nir DTN. Tout s’est fait ra­pi­de­ment. Les en­traî­neurs fran­çais sont re­con­nus pour leur sa­voir-faire.

De­puis que vous y êtes, quel est votre re­gard sur la na­ta­tion is­lan­daise ?

Le bi­lan est plus que po­si­tif. Nous fai­sons du bon tra­vail avec la fé­dé­ra­tion. C’est un pays riche avec dif­fé­rentes cultures. Il y a 1500 na­geurs ré­per­to­riés et 22 na­geurs dans l’équipe na­tio­nale. Aux der­niers JO, nous avions 7 qua­li­fiés. Le ni­veau monte. C’est un vrai dé­fi d’en­traî­ner cette équipe.

Il y a des chances de vous re­voir en­traî­ner en France ?

Je n’ai pas en­vie pour le mo­ment de ren­trer en France. Je suis bien ici. Il y a beau­coup moins de stress. C’est un peu dif­fi­cile car ma famille est en France. Mes pa­rents ha­bitent tou­jours à Flers.

Com­ment va se pas­ser la séance de sa­me­di ?

Il y au­ra six na­geurs, trois gar­çons et trois filles dont Ey­glo Osk Gus­taf­dot­tir, mé­daillée de bronze sur 200 m dos aux cham­pion­nats d’Eu­rope 2015 en pe­tit bas­sin à Ne­ta­nya, 8e aux cham­pion­nats du monde 2015 à Ka­zan, et In­ga Elin Cryer, sé­lec­tion­née aux cham­pion­nats du monde à Ka­zan et d’Eu­rope à Ne­ta­nya. Je sou­haite par­ta­ger un en­traî­ne­ment avec mes an­ciens co­équi­piers mais éga­le­ment trans­mettre aux jeunes. L’an­née n’est pas ter­mi­née pour vous…

Nous al­lons par­ti­ci­per au mee­ting du Bout de l’an les 27 et 28 dé­cembre à Saint-Lô. C’est la troi­sième fois qu’on y va.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.