2 chances lo­cales

Le tra­di­tion­nel Prix d’Amé­rique, ’’Le’’ grand ren­dez-vous in­ter­na­tio­nal des tur­fistes, se dis­pu­te­ra, di­manche 31 jan­vier, sur le pres­ti­gieux hip­po­drome de Pa­ris-Vin­cennes. Franck Ni­vard ins­tal­lé près de la Ferté-Ma­cé et Bold Eagle sont fa­vo­ris.

L'Orne Combattante (SN) - - La Une - E.M.

Épreuve phare de chaque mee­ting d’hi­ver, le Prix d’Amé­rique est l’épreuve reine, la course la plus convoi­tée par les pro­fes­sion­nels du trot, tant à l’in­té­rieur de l’Hexa­gone que par les étran­gers. C’est la course à la­quelle tout un cha­cun rêve de par­ti­ci­per et de rem­por­ter au moins une fois dans sa vie. Cette an­née, cette pres­ti­gieuse épreuve fe­ra une nou­velle fois le plein en qua­li­té et les dix-huit concur­rents en dé­cou­dront tout au long des 2 700 m de la grande piste de l’hip­po­drome de Pa­risVin­cennes. Quelques mi­nutes de com­bat pour des mois et des mois de pré­pa­ra­tion et une seule consé­cra­tion. La place dans la ra­quette de dé­part, les aléas du tra­fic, le dé­rou­le­ment de course, les tac­tiques de cha­cun font que rien n’est cou­ru d’avance, mais que la beau­té du spec­tacle et de la com­pé­ti­tion de­vraient en­core être au ren­dez-vous.

Un jeune pro­dige âgé de 5 ans

Cette an­née, le jeune pro­dige de 5 ans, Bold Eagle, fils du cham­pion Rea­dy Cash, de­vrait l’em­por­ter sans in­ci­dent et ain­si ins­crire son nom au pal­ma­rès comme l’a fait son père en 2011 et 2012. Ti­tu­laire de vingt suc­cès en 23 sor­ties, il vient de faire mordre la pous­sière à ses aî­nés à l’oc­ca­sion du Prix de Bel­gique où il les af­fron­tait pour la pre­mière fois. Le che­val de Pierre Pi­lars­ki, très bien fa­bri­qué par Jean- Étienne Dubois lors­qu’il était jeune, de­vrait per­mettre à l’en­traî­neur Sé­bas­tien Gua­ra­to d’at­teindre le graal pour la pre­mière fois. La nou­velle co­que­luche de Vin­cennes se­ra as­so­ciée à Franck Ni­vard qu’on ne pré­sente plus au plus haut ni­veau.

Ré­cem­ment ins­tal­lé à Magny-le-Dé­sert, près de La Fer­téMa­cé, ce­lui que l’on sur­nomme « Fran­cky la main froide » en rai­son d’un sang-froid à toute épreuve en com­pé­ti­tion, va ten­ter de pas­ser le po­teau en tête pour la qua­trième fois dans cette épreuve.

« Bold Eagle peut tout faire »

Franck Ni­vard : « Bold Eagle peut tout faire. Il est très ma­niable, il peut au­tant al­ler de­vant ou ve­nir de der­rière. Il n’y a pas de tactique à mettre en place. Il est meilleur que son père, Rea­dy Cash, au même âge. Dans le Prix de Bel­gique, je vou­lais me le mettre en mains et prendre la tem­pé­ra­ture face à ses aî­nés. Je suis res­té vo­lon­tai­re­ment der­rière pour le faire fi­nir et voir son com­por­te­ment. Je suis très se­rein car j’es­time pos­sé­der une pre­mière chance. J’es­père que tout va bien se pas­ser avec un par­cours sans aléas. S’il ne lui ar­rive rien, il a tous les atouts pour ga­gner plu­sieurs Prix d’Amé­rique. Il n’a que cinq ans et l’ave­nir de­vant lui. C’est un crack tout sim­ple­ment. Je me mé­fie d’Up and Quick pré­pa­ré pour cet ob­jec­tif et de Lio­nel, que je connais très bien, mais qui me semble tout de même un tout pe­tit peu en des­sous du mien » .

Ses prin­ci­paux ad­ver­saires pas­sés au crible

Le te­nant du titre, Up and Quick, en­traî­né par Franck Le­blanc et dri­vé par le dri­ver nu­mé­ro un, Jean-Mi­chel Ba­zire, ten­te­ra le dou­blé. Pour ce­la, il fau­dra qu’il se montre plus com­ba­tif que dans le Prix de Bel­gique où il n’était pas, il est vrai, dé­fer­ré des quatre pieds et mu­ni d’ar­ti­fices. À ne pas condam­ner trop vite.

Ti­mo­ko lui aus­si est un crack. Ré­cent vain­queur du Prix de Bourgogne, le pro­té­gé de Ri­chard Wes­te­rink de­vrait faire par­ler la poudre avec l’aide de son dri­ver Björn Goop. Il se­ra très en vue dans la Triple cou­ronne.

Ar­ri­vé se­cond l’an der­nier, Vol­ti­geur de Myrt ne fe­ra pas non plus de la fi­gu­ra­tion. Se­cond du Prix de Bel­gique, il a mon­tré tout son po­ten­tiel et sa forme est in­dis­cu­table.

Oa­sis Bi (Pierre Ver­cruysse) et Bird Par­ker (Yoann Le­bour­geois) mé­ritent éga­le­ment d’être ci­tés pour les ac­ces­sits.

Du cô­té des ré­gio­naux

Comme prin­ci­paux ad­ver­saires, Bold Eagle pour­ra comp­ter éga­le­ment sur les deux re­pré­sen­tants de Franck Sou­loy, l’homme du Ha­ras de Gi­nai, ins­tal­lé près du Ha­ras du Pin. Un Mec d’Hé­ri­pré se­ra confié à Ro­ber­to An­dre­ghet­ti et Lio­nel à Or­jan Kihl­ström. Ve­nant de ter­mi­ner res­pec­ti­ve­ment qua­trième et hui­tième du Prix de Bel­gique, ils de­vraient faire plai­sir à leur met­teur au point en lut­tant pour les pre­mières places.

Franck Anne, ins­tal­lé à Bazoches-au-Houlme, entre Fa­laise et Pu­tanges, re­pré­sente la force tran­quille, sa­chant gé­rer au mieux son en­tre­prise et ti­rer la quin­tes­sence de cha­cun de ses élèves. « J’ai dé­jà eu la chance de par­ti­ci­per à cette pres­ti­gieuse épreuve par deux fois, en 2013 et 2014, avec Va­ni­ka du Ruel, une ju­ment pré­coce et très cou­ra­geuse. Cette an­née, je vais m’ins­tal­ler au sul­ky d’Akim du Cap Vert, un che­val de six ans beau­coup plus mûr, plus en­dur­ci, plus aguer­ri pour ri­va­li­ser avec ses ad­ver­saires. Il a une classe su­pé­rieure à celle de Va­ni­ka. Mon pen­sion­naire vient de rem­por­ter le Prix de Bre­tagne et il n’a pas par­ti­ci­pé vo­lon­tai­re­ment au Prix de Bel­gique pour jouer la carte de la fraî­cheur. Il aime ve­nir de der­rière et pos­sède une ex­cel­lente pointe de vi­tesse pour fi­nir après avoir cou­ru ca­ché. En théo­rie, l’idéal pour moi se­rait de bien par­tir, de prendre un bon dos et d’at­teindre la ligne d’ar­ri­vée en cinq, sixième po­si­tion. Suivre Bold Eagle, Ti­mo­ko ou Up and Quick, les trois che­vaux de la course se­lon moi se­rait le meilleur dé­rou­le­ment de course. Un Mec d’Hé­ri­pré, Vol­ti­geur de Myrt et Lio­nel ne de­vront pas non plus être sous es­ti­més pour les places » .

Franck Ni­vard et Bold Eagle (pho­to : JLL-LeTROT).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.