Le pa­tron du centre Leclerc « lâche le manche »

Claude Gaul­tier, le pa­tron du centre Leclerc de Flers, a fê­té son dé­part sa­me­di der­nier de­vant plus de 500 in­vi­tés à Ba­gnoles-del’Orne. Après 22 ans pas­sés à Flers, ce grand pa­tron a pas­sé la main à son fils Mi­ckaël.

L'Orne Combattante (SN) - - Entre Bocage et Suisse Normande -

Vous quit­tez la tête du centre Leclerc de Flers, com­ment a dé­bu­té votre car­rière ?

J’étais pro­fes­seur de comp­ta­bi­li­té éco­no­mique et po­li­tique dans un col­lège tech­nique près de Nantes, je cher­chais une vo­ca­tion que je n’ai pas trou­vée. Et puis j’ai ren­con­tré un homme, An­dré Ja­rot, créa­teur des centres Leclerc de Flers et La­val. En 1969, il m’a pro­po­sé un chal­lenge au Mans, créer la So­ca­maine, une cen­trale d’achat. Je l’ai sui­vi.

Quelques an­nées plus tard, il m’a dit « tu montes ta propre boîte » . J’avais une ré­gion à pros­pec­ter Chartres, Dreux… et j’ai trou­vé un maire ré­cep­tif à Saint- Lu­bin- des- Joncherets, près de Dreux où j’ai créé un centre Leclerc. Quand êtes-vous ar­ri­vé à Flers ?

An­dré Ja­rot, tou­jours lui, m’a in­for­mé que M. Ca­dor qui di­ri­geait le Leclerc de Flers vou­lait par­tir. Le centre Leclerc de Flers était le fleu­ron de la So­ca­maine. Il m’a ai­dé à ra­che­ter le ma­ga­sin. Flers avait été ou­vert en 1972, pro­té­gé par les CRS. Son ou­ver­ture était même pas­sée dans 5 co­lonnes à la une.

Ma mis­sion a été de faire fruc­ti­fier ce ma­ga­sin.

je l’ai agran­di trois fois, op­ti­mi­sé, comme avec le par­king su­ré­le­vé. Au­jourd’hui, d’autres en­seignes sont nées dans le pays de Flers.

Nous avons le Jar­di Leclerc, le drive et la sta­tion-ser­vice et le point de re­trait et sta­tion-ser­vice de Saint-Pierre-du-Re­gard et un tas de pro­jets dans les car­tons. Un nou­vel hy­per­mar­ché pour­rait être construit à Flers ?

Oui, il a be­soin d’être re­fait. Nous n’avons pas as­sez de par­king et il faut op­ti­mi­ser nos ré­serves. Nous sommes au stade des ac­qui­si­tions (NDLR : dans la zone de la Blan­char­dière). Cet hy­per­mar­ché se­ra ac­com­pa­gné d’un re­tail park. Même si je quitte la di­rec­tion, j’ai­de­rai à ce pro­jet qui de­vrait être ter­mi­né dans 5-6 ans.

Saint-Pier­re­du-Re­gard se fe­ra, c’est une ques­tion éco­no­mique

Et le su­per­mar­ché de SaintPierre-du-Re­gard ?

Il se fe­ra, c’est une ques­tion éco­no­mique. Nous sommes au­jourd’hui en at­tente du ju­ge­ment de la cour d’ap­pel de Nantes que nous avons sai­sie pour contes­ter le re­fus de la com­mis­sion na­tio­nale des amé­na­ge­ments com­mer­ciaux. Nous avons bon es­poir. Nous re­dé­po­se­rons en­suite une de­mande au­près de la CNAC et dé­po­se­rons un nou­veau per­mis de construire. Que re­te­nez-vous de votre aven­ture flé­rienne ?

C’est une très belle aven­ture dans une ville où je me suis plu, où il y a la place pour la grande dis­tri­bu­tion et les com­merces. Les uns ne vont pas sans les autres. Il faut conti­nuer comme ce­la.

Je re­tiens éga­le­ment les nom­breux amis que j’ai pu ren­con­trer. Vous êtes un grand pa­tron. La ma­jo­ri­té de vos sa­la­riés sa­luent pour­tant votre proxi­mi­té.

« J’ai une fibre re­la­ti­ve­ment so­ciale (Sou­rire). Chez nous, on ne laisse pas les gens avec leurs pro­blèmes, quelle que soit leur na­ture. Il faut qu’il nous ex­plique et on voit ce qu’on peut faire. C’est na­tu­rel. C’est votre fils qui vous suc­cède, avez-vous des conseils à lui don­ner ?

Je vou­drais lui dire comme pour moi, d’ap­prendre à s’as­seoir… Je lui sou­haite de réus­sir, ce tra­vail est une drogue, il faut bien s’en­tou­rer pour pou­voir consa­crer un peu de temps à sa fa­mille. Quels étaient vos rap­ports avec Édouard Leclerc et quels sont ceux que vous en­tre­te­nez avec Mi­chelE­douard Leclerc ?

J’ai un grand res­pect pour les Leclerc. J’ai beau­coup ap­pris au con­tact d’Edouard. Mi­chelE­douard est un homme d’une ex­trême sim­pli­ci­té. Qu’al­lez-vous faire ?

Je reste en Nor­man­die mais je pars pour une autre aven­ture pro­fes­sion­nelle dans un tout autre do­maine. Et puis, je vais pou­voir jouer au golf, ou par­ti­ci­per à des ral­lyes de vieilles voi­tures ou bien en­core prendre le temps de lire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.