Un pro­duit lo­cal, made in Nor­man­die, qui s’ex­porte dans le monde en­tier

Le­doux nu­tri­tion ani­male est une en­tre­prise fa­mi­liale ba­sée à Mes­sei qui connaît un cer­tain suc­cès. Dis­crète, elle ex­porte de la fibre nor­mande à l’étran­ger. Elle vient de dé­cro­cher un gros contrat avec l’Al­gé­rie.

L'Orne Combattante (SN) - - Entre Bocage et Suisse Normande - Tho­mas Gourlin

C’est une usine dis­crète ins­tal­lée à Mes­sei, où le nom de l’en­tre­prise n’est pas af­fi­ché en gros. S’il n’y avait pas les al­lées et ve­nues des ca­mions et un peu de fu­mée qui s’échappe d’une che­mi­née, le pas­sant pour­rait presque pen­ser qu’il s’agit d’un site fer­mé. Or cette en­tre­prise très dis­crète est une vé­ri­table suc­cess- sto­ry fa­mi­liale qui ex­porte dans le monde en­tier. L’en­tre­prise Le­doux NA (Nu­tri­tion ani­male) est spé­cia­li­sée dans la fa­bri­ca­tion d’ali­ments pour le bé­tail.

Fibres lo­cales

L’en­tre­prise or­naise com­mer­cia­lise, via sa fi­liale ex­port nom­mée Pro­da­lim concept, de la fibre de Nor­man­die, bap­ti­sée « Inov’fibres » .

« Inov’fibres est une marque et un concept. Ce sont ce qu’on nomme des noyaux fi­breux qui ap­portent des vi­ta­mines, des oli­go-élé­ments, des huiles es­sen­tielles dans l’or­ga­nisme de l’ani­mal » , dé­taille Sté­phane Le­doux, di­ri­geant de Le­doux NA. En ré­su­mé, ce pro­duit est une sorte de com­plé­ment nu­tri­tion­nel que l’éle­veur peut in­cor­po­rer à l’ali­men­ta­tion de ses bêtes pour en ren­for­cer le ca­rac­tère nu­tri­tif.

« Le but, c’est de per­mettre à l’éle­veur de re­cons­ti­tuer une ra­tion sur place. Ça per­met de tra­vailler sur la qua­li­té du lait, de la viande et sur la ren­ta­bi­li­té et la san­té de l’ani­mal » , ajoute Su­zy Le­doux, char­gée du dé­ve­lop­pe­ment et fille de Sté­phane Le­doux.

Après l’Es­pagne, l’Ita­lie, la Bel­gique, la Hol­lande, la Rus­sie, le Ma­roc, la Tu­ni­sie, l’Iran et la Chine, elle vient de dé­cro­cher un gros contrat avec l’Al­gé­rie.

Mer­cre­di 20 jan­vier, quatre conte­neurs, char­gés de 100 tonnes de cette fibre, sont par­tis pour ce pays d’Afrique du Nord. « On tra­vaille de­puis trois ans pour ob­te­nir ce dos­sier-là. 450 tonnes se­ront ex­por­tées dans ce pays au cours du pro­chain tri­mestre » , confie le di­ri­geant avant d’an­non­cer : « Nous avons en­core dix pays en pros­pec­tion » .

Avec 11 sa­la­riés à Mes­sei, 25 sa­la­riés en tout, et une cin­quan­taine de dis­tri­bu­teurs, l’entre- prise tient éga­le­ment un mar­ché consé­quent en France. « On livre 450 éle­veurs en Bre­tagne et en Basse-Nor­man­die » .

En pointe dans son do­maine, cette en­tre­prise a tou­jours cher­ché à di­ver­si­fier son ac­ti­vi­té. C’est, semble-t-il, la re­cette qui a fait de cette en­tre­prise fa­mi­liale une réus­site éco­no­mique. « Ce sont mes pa­rents, Mi­chel et Ma­rie-Hé­lène Le­doux qui ont créé l’en­tre­prise en 1967. J’ai com­men­cé à tra­vailler avec eux en 1991 pour dé­ve­lop­per la pro­duc­tion et on a ra­che­té l’en­tre­prise en 2002 avec ma femme. Quand je suis ar­ri­vé, il y avait deux pé­trins de bou­lan­ger pour mé­lan­ger. Au­jourd’hui, on pro­duit 45 tonnes par an » , se sou­vient le di­ri­geant.

Plu­sieurs PME

Le groupe com­prend plu­sieurs so­cié­tés, des PME spé­cia­li­sées avec cha­cune un mé­tier. Outre Le­doux NA, sa so­cié­té mère, Mhe­le­na qui s’oc­cupe du vo­let re­cherche et dé­ve­lop­pe­ment, est aus­si ins­tal­lée à Mes­sei. « Nous sommes d’ailleurs en train de re­faire un la­bo­ra­toire ici » , an­nonce Sté­phane Le­doux.

Pour ce qui est de la pro­duc­tion, le groupe dis­pose de deux sites, l’un à Mes­sei et l’autre à Ve­soul. La fi­liale Pro­da­lim concept est char­gée de l’ex­port. Une autre fi­liale, nom­mée Mix sys­tem, tra­vaille dans l’in­for­ma­tique. En­fin, le groupe pos­sède aus­si une grai­ne­te­rie à Flers, bap­ti­sée LGR. « C’est, en fait, une so­cié­té de dis­tri­bu­tion de notre gamme de pro­duits pour par­ti­cu­liers et d’amé­na­ge­ment ex­té­rieurs pour pro­fes­sion­nels » , pré­cise Sté­phane Le­doux.

Dans ce contexte plu­tôt por­teur, l’en­tre­prise an­nonce qu’elle cherche à re­cru­ter des com­mer­ciaux : « Nous cher­chons un com­mer­cial pour l’in­ter­na­tio­nal. Il doit pos­sé­der un bon ni­veau d’an­glais et d’es­pa­gnol. Le man­da­rin, c’est un plus. Si­non, nous vou­lons re­cru­ter trois com­mer­ciaux en ré­gio­nal et na­tio­nal » .

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.