Ils ont par­ti­ci­pé à en­tre­te­nir le pa­tri­moine his­to­rique lo­cal

Du­rant plu­sieurs se­maines, des sta­giaires du Gre­ta de Flers ont rénové les grilles du che­va­le­ment de la mine. Un geste qui ras­sure les an­ciens mi­neurs sou­cieux de pré­ser­ver ce pa­tri­moine in­dus­triel lo­cal.

L'Orne Combattante (SN) - - Flers Et Son Pays - Tho­mas Gourlin

Grâce à leur tra­vail, le pa­tri­moine in­dus­triel et mi­nier, mé­moire du la­beur des hommes dans le sec­teur, a bé­né­fi­cié d’une in­ter­ven­tion per­met­tant de le pré­ser­ver.

Ex­pé­rience en­ri­chis­sante

Ils sont douze, sont sta­giaires du Gre­ta et ont par­ti­ci­pé à la ré­no­va­tion du che­va­le­ment de l’an­cienne mine de Saint-Clairde-Ha­louze.

Du­rant seize se­maines, ces sta­giaires (de­man­deurs d’em­ploi, tra­vailleurs han­di­ca­pés ou dans une dé­marche d’in­té­gra­tion so­ciale et pro­fes­sion­nelle) ont re­fait les grilles et les portes de l’as­cen­seur du che­va­le­ment. En lien avec cette réa­li­sa­tion, les sta­giaires ont aus­si ren­con­tré un an­cien mi­neur, un mé­ca­ni­cien et la fille d’un mi­neur. De cette en­tre­vue est née une vi­déo que les tou­ristes pour­ront consul­ter en vi­si­tant le car­reau de la mine.

« C’est un pro­jet qui leur te­nait à coeur. Ils ont dé­cou­vert le pa­tri­moine mi­nier. Je suis ra­vie qu’ils aient me­né ce pro­jet jus­qu’au bout » , dé­cla­rait Ca­the­rine Ba­lais, co­or­di­na­trice du dis­po­si­tif Elan’s (Es­pace lo­cal d’ac­ti­vi­tés no­va­trices) qui dé­pend du Gre­ta Sud-Nor­man­die de Flers.

Une dé­cou­verte

Lun­di 25 jan­vier, tous les ac­teurs de ce pro­jet qui abou­tit étaient réunis pour une pe­tite inau­gu­ra­tion. Les sta­giaires ont sym­bo­li­que­ment cou­pé un ru­ban au pied du che­va­le­ment en ne ca­chant pas leur fier­té d’avoir pris part à cette for­ma­tion fi­nan­cée par le con­seil ré­gio­nal et Flers ag­glo.

« Grâce à ce dis­po­si­tif, on a dé­cou­vert d’autres mi­lieux. Les tech­niques que nous avons uti­li­sé nous ont ap­por­té des sa­voirs. Nous avons ren­con­tré un sculp­teur, Pé­pi­to, et nous avons sculp­té, sou­dé, meu­lé. Je ne connais­sais pas tout ça. En­suite, on a tra­vaillé notre pro­jet et cha­cun a par­ti­ci­pé. J’ai été très sen­sible au vé­cu des gens et aux condi­tions de vie dif­fi­ciles des mi­neurs. Ils nous ont dit qu’ils ris­quaient leur vie tous les jours » , ex­pli­quait Sev­da­nur On­der, sta­giaire ra­vie de cette ex­pé­rience en­ri­chis­sante à plu­sieurs titres.

De leur cô­té, les an­ciens qui ont tra­vaillé sur ce site ne ca­chaient pas leur sou­la­ge­ment à consta­ter que d’autres se pré­oc­cupent de la con­ser­va­tion de ce pa­tri­moine.

Jo­seph Gal­lier, mi­neur de 1958 à 1966 s’est dit « très heu­reux » et a émis un sou­hait : « Si on pou­vait gar­der cette mé­moire-là pen­dant des gé­né­ra­tions, ce se­rait for­mi­dable ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.