Amé­rique, nous voi­là !

L'Orne Combattante (SN) - - Putanges Et Son Pays -

À l’is­sue du cours de tennis, mar­di 19 jan­vier, au gym­nase de Pu­tanges, JeanF­ran­çois Prin et Joël Pous­sier, re­pré­sen­tant le Co­mi­té de l’Orne, ont of­fert une ra­quette aux 7 en­fants de 5 à 7 ans.

Les en­fants sont ini­tiés au tennis par Sté­phane Ro­cher, di­plô­mé d’Etat. Sté­phane Ga- coin, tré­so­rier du club, sou­ligne que « l’an­née der­nière, trois en­fants ont re­çu une ra­quette du Co­mi­té de l’Orne, et ils sont tou­jours à l’école de tennis. »

Mael Guil­min, Jade Kunst, Ga­bin Maine, El­len Adams, Ca­mille Gi­rot, Ethan Le­chap et Jas­per Adams, étaient très fiers de re­ce­voir leur pre­mière ra­quette.

Comme des en­fants qui at­tendent le Père Noël, les 26 élèves de ter­mi­nale des ly­cées pro­fes­sion­nels ont les étoiles du dra­peau amé­ri­cain plein les yeux. Ils sont im­pa­tients de prendre l’avion qui les mè­ne­ra à Los An­geles.

Ce voyage est ou­vert à tous les élèves de ter­mi­nales Bac pro, avec un libre choix pour eux mais, comme tout se mé­rite dans la vie, il y a des règles à res­pec­ter. Ne sont re­te­nus que les élèves mé­ri­tants de par leur com­por­te­ment qui se doit d’être exem­plaire au quo­ti­dien.

Des ac­tions pour fi­nan­cer

Deuxième condi­tion, le tra­vail four­ni pen­dant les deux an­nées de pré­pa­ra­tion. En­fin, il y a le cô­té fi­nan­cier qui n’est pas à né­gli­ger car, si l’Amé­rique fait rê­ver, le voyage n’est pas gra­tuit. La to­ta­li­té du sé­jour (al­ler-re­tour, hébergement, nour­ri­ture, dif­fé­rentes vi­sites sur place, lo­ca­tion de vans de 15 places pour les dé­pla­ce­ments) est d’un coût de 1 150 € par per­sonne.

Pour que les fa­milles n’aient pas à sup­por­ter la charge de ces frais, il est de­man­dé à chaque élève de faire des ac­tions pour au­to­fi­nan­cer le voyage (la­vages de voi­tures, fa­bri­ca­tion et vente de crêpes, vente de cho­co­lats à Noël et Pâques avec pour­cen­tage sur les ventes, garde d’en­fants et autres ac­tions). Ophé­lie est la seule à avoir fi­nan­cé son sé­jour à 100 %. Eli­sa­beth et Vincent sont à 50 % et les autres pour un tiers.

Pas ques­tion de s’y ins­tal­ler

Quand on dia­logue avec les fu­turs « Amé­ri­cains » sur la rai­son pour la­quelle iles partent, les ré­ponses fusent : « pour vivre le rêve amé­ri­cain ! » , « Las Ve­gas, les paillettes, l’ar­gent » , « Voir les belles mai­sons, les grosses voi­tures, la dé­me­sure, le so­leil ! » , « Voir si les Amé- ri­caines sont aus­si belles que les Fran­çaises ! » , « Vé­ri­fier si l’an­glais ap­pris est ac­quis ! » , « Voir si sur place on peut co­ha­bi­ter ! Par­ta­ger un mo­ment en­semble ! » , « Voir des en­droits que l’on ne re­ver­ra pro­ba­ble­ment ja­mais ! » .

Mais quand on leur pose la ques­tion de sa­voir si, dans leur vie fu­ture, ils au­raient l’in­ten­tion où l’en­vie de vivre là-bas, la seule ré­ponse est un « non » franc et mas­sif. Au­ront-ils tou­jours la même ré­ponse à leur re­tour ?…

Le voyage est pro­gram­mé du 29 fé­vrier au 11 mars. De­puis 2008 que ces voyages existent, l’in­ves­tis­se­ment d’An­nie Szu­bert, pro­fes­seur d’an­glais, et d’Alain Pou­li­quen, pro­fes­seur de ges­tion, ne fai­blit pas.

L’or­ga­ni­sa­tion est im­por­tante car il ne faut rien lais­ser au ha­sard : le choix des 2 autres pro­fes­seurs ac­com­pa­gnants, Sté­phane Bouillard, pro­fes­seur de mé­ca­nique parcs et jar­dins, et Ro­main Roul­lier, pro­fes­seur de mé­ca­nique au­to, le gîte pour cette an­née, deux ap­par­te­ments de 15 places, les vans de 15 places pour les dé­pla­ce­ments, la nour­ri­ture que les élèves se char­ge­ront de concoc­ter, les vi­sites di­verses, les sor­ties d’agré­ment et tout le cô­té ad­mi­nis­tra­tif.

On ne peut leur sou­hai­ter qu’un agréable voyage, un bon sé­jour.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.