Un re­lâ­che­ment gé­né­ral

L'Orne Combattante (SN) - - Entre Bocage et Suisse Normande - L.L.

Mar­di, Isa­belle Da­vid, pré­fet de l’Orne, a pré­sen­té les chiffres « ca­tas­tro­phiques « de la sé­cu­ri­té rou­tière sur les routes du dé­par­te­ment en 2015.

Un bi­lan qui s’est ef­fec­tué au len­de­main du week-end noir sur les routes du dé­par­te­ment : outre la ter­rible col­li­sion ayant fait deux morts à Tin­che­bray ven­dre­di der­nier ( Lire ci- des­sous), un jeune mo­tard de 21 ans est mort di­manche soir dans une col­li­sion près d’Ar­gen­tan. A ce­la s’ajoute le dé­cès d’un res­tau­ra­teur alen­çon­nais à la fron­tière dé­par­te­men­tale dans la Sarthe, sa­me­di soir. Une autre sor­tie de route a fait un bles­sé grave à Cou­terne et un jeune homme a été griè­ve­ment bles­sé à Thu­ry-Har­court dans le Cal­va­dos (Lire en page 9).

Hausse de 52 % du nombre de tués

2016 re­part donc mal­heu­reu­se­ment sur les mêmes bases que 2015, une an­née par­ti­cu­liè­re­ment mau­vaises avec une ex­plo­sion du nombre de tués : + 52 % entre 2014 et 2015, avec 32 vic­times. « C’est la plus mau­vaise an­née de­puis 2009 » souffle Fabien Chol­let, di­rec­teur du ca­bi­net et dé­lé­gué sé­cu­ri­té rou­tière de l’Orne. « 32 tués, c’est beau­coup trop » .

Plus de contre­ve­nants

Ce triste constat n’est pas dû qu’à la fa­ta­li­té. « On constate un re­lâ­che­ment gé­né­ral » pour­suit le bras droit du pré­fet.

« Les dé­pis­tages po­si­tifs à l’al­coo­lé­mie ont aug­men­té de 4,5 % sur l’an­née, les conduites sous l’em­prise de stu­pé­fiants de 30 % » 581 au­to­mo­bi­listes ont été contrô­lés sans être ti­tu­laires du per­mis de conduire. Les re­fus d’ob­tem­pé­rer ont éga­le­ment bon­di de 22 % et le non-port de la cein­ture a été consta­té 944 fois dans le dé­par­te­ment. « Il faut se rendre compte que tout le monde peut être tou­ché, en France, une per­sonne sur deux est tou­chée de près ou de loin par les ac­ci­dents sur les routes, le der­nier clip de la sé­cu­ri­té rou­tière le montre hé­las très bien » . L’en­semble des classes d’âge est im­pac­tée par les ac­ci­dents et on constate que le ven­dre­di est un jour à risque, tout comme les fins de jour­née entre 17 h et 20 h où le tra­fic rou­tier s’in­ten­si­fie.

Le pré­fet de l’Orne a d’ores et dé­jà pris des me­sures en ma­tière de sé­cu­ri­té rou­tière en fai­sant no­tam­ment pas­sé 10 ra­dars au­to­ma­tiques à double sens. la pré­fec­ture a par ailleurs de­puis sep­tembre mul­ti­plié les vi­sites mé­di­cales après si­gna­le­ments des forces de l’ordre.

Sur les 26 vi­sites : 10 per­mis ont été sus­pen­dus, 4 conduc­teurs ont été dé­cla­rés aptes, six sont aptes tem­po­rai­re­ment et six sont en at­tente.

D’autres dis­po­si­tifs pour­raient suivre pour faire en sorte que chaque conduc­teur se sente concer­né et pour sur­tout que le nombre de tués ou de bles­sés re­parte à la baisse.

« L’ana­lyse de l’ac­ci­dent, pi­lo­tée par la DDT, de­vra éga­le­ment nous être par­ve­nue dans les quinze jours qui suivent pour prendre des me- sur­es si né­ces­saire » , dé­clare Isa­belle Da­vid.

Par­mi les autres me­sures en­vi­sa­gées en 2016 en terme de sé­cu­ri­té rou­tière, le pré­fet an­nonce aus­si « une ac­cen­tua­tion des contrôles-sanc­tions après chaque ra­dar.

On s’est aper­çu que les gens ra­len­tis­saient sur une zone de 2 km en amont et en aval du ra­dar avant d’ac­cé­lé­rer de nou­veau après. Et bien, nous se­rons là quand ils ré­ac­cé­lé­re­ront. Puisque les ac­tions de pré­ven­tion ne suf­fisent pas, nous al­lons mul­ti­plier les contrôles pour faire peur. Car l’ob­jec­tif prio­ri­taire, en 2016, c’est d’épar­gner des vies sur les routes or­naises » .

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.