Le haut po­ten­tiel et le trouble du dé­fi­cit de l’at­ten­tion en ques­tions

L'Orne Combattante (SN) - - Flers Et Son Pays - Plus d’in­for­ma­tions sur le site In­ter­net de Sé­bas­tien Vau­mo­ron : sebastien.vau­mo­ron.com

Une confé­rence sur le haut po­ten­tiel in­tel­lec­tuel, le trouble du dé­fi­cit de l’at­ten­tion et le syn­drome d’As­per­ger était or­ga­ni­sée, ven­dre­di 22 jan­vier, à l’am­phi­théâtre du ly­cée Jean-Gué­hen­no, à Flers. Ren­contre avec le psy­cho­logue pra­ti­cien Sé­bas­tien Vau­mo­ron qui a ex­pli­qué com­ment re­con­naître et ré­agir face à ces dif­fé­rents cas ren­con­trés chez les per­sonnes.

Est-ce que le haut po­ten­tiel in­tel­lec­tuel et le trouble du dé­fi­cit de l’at­ten­tion sont fré­quents ?

En moyenne, deux en­fants par classe pré­sentent un haut po­ten­tiel in­tel­lec­tuel (HPI) et un trouble du dé­fi­cit de l’at­ten­tion (TDA) avec ou sans hy­per­ac­ti­vi­té. En­vi­ron 40 % des per­sonnes ayant un TDA sont sou­mises à une hy­per­ac­ti­vi­té. Le cas est fré­quem­ment gé­né­tique et hé­ré­di­taire. Com­ment re­con­naître ces cas ?

Le HPI chez l’en­fant ap­pe­lé au­tre­fois « En­fant pré­coce puis sur­doué » se ma­ni­feste par une grande cu­rio­si­té de ce qui l’en­toure et une ca­pa­ci­té à ré­soudre des pro­blèmes. Il pré­sente un mode de pen­sée dif­fé­rent avec une hy­per­sen­si­bi­li­té et une émo­ti­vi­té an­crées la plu­part du temps chez lui. Cer­tains d’entre eux ont du mal à se sen­tir bien avec ceux de leur âge. Ils se re­trouvent mieux en pré­sence d’adultes ou en­core en jouant le rôle du plus grand avec des pe­tits. En ce qui concerne le TDA, ce­la se tra­duit par des fautes d’étour­de­rie avec des per­sonnes qui sont sou­vent dis­traites mais aus­si im­pul­sives et/ou hy­per­ac­tives. Cette rup­ture de l’at­ten­tion peut éga­le­ment en­gen­drer un manque de confiance, d’an­xié­té et d’es­time de soi. Que faut-il faire face à ces com­por­te­ments ?

Sur la po­pu­la­tion cli­nique, un ac­com­pa­gne­ment psy­cho­lo­gique suf­fit au ni­veau des per­sonnes pré­sen­tant un HPI. Pour ceux qui pré­sentent un TDA, nous sa­vons le diag­nos­ti­quer et le prendre en charge. Plu­sieurs mé­thodes ont fait leur preuve pour faire face à ce cas à sa­voir un pro­gramme de thé­ra­pie com­por­te­men­tale ap­pe­lé « Pro­gramme Bark­ley ». Ce der­nier per­met de mieux connaître le fonc­tion­ne­ment du TDA avec hy­per­ac­ti­vi­té afin de mieux gé­rer les symp­tômes des en­fants au quo­ti­dien à la mai­son avec des mé­thodes et conseils pré­cis. La re­mé­dia­tion cog­ni­tive en mé­moire de tra­vail, l’at­ten­tion au­di- tive et vi­suelle sont éga­le­ment né­ces­saires car ces fonc­tions sont très gé­né­ra­le­ment tou­chées dans le TDA avec hy­per­ac­ti­vi­té. La re­mé­dia­tion cog­ni­tive peut s’ap­pli­quer par une sé­lec­tion de jeux adap­tés aux fonc­tions at­ten­tion­nelles et exé­cu­tives à tra­vailler. En­fin, il existe trois types de mé­di­ca­ments qui per­mettent de mieux se concen­trer et d’être moins im­pul­sifs. Vous par­lez éga­le­ment du syn­drome d’As­per­ger. Pou­vez-vous nous en dire plus ?

Le syn­drome d’As­per­ger est un trouble au­tis­tique qui se tra­duit par des dif­fi­cul­tés au ni­veau social, as­so­ciées à des in­té­rêts res­treints et/ ou des com­por­te­ments ré­pé­ti­tifs. Il n’y a pas de re­tard dans l’ap­pa­ri­tion du lan­gage, ni de dé­fi­cit in­tel­lec­tuel. Il peut être pré­sent chez les per­sonnes du HPI et du TDA. D’ailleurs, une per­sonne sur deux at­teinte de ce syn­drome pré­sente un trouble dé­fi­ci­taire de l’at­ten­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.