La com­mune nou­velle c’est une ca­pa­ci­té fi­nan­cière ren­for­cée

Mi­chel De­nis, maire, a adres­sé ses voeux à la po­pu­la­tion, di­manche 24 jan­vier, à l’oc­ca­sion du par­tage de la ga­lette des Rois.

L'Orne Combattante (SN) - - Athis Et Son Pays -

Ce der­nier di­manche du mois de jan­vier, l’as­so­cia­tion cultu­relle et pa­tri­mo­niale de La Car­neille or­ga­ni­sait un après mi­di théâtre. L’ob­jec­tif de cette ani­ma­tion était des­ti­née à ré­col­ter des fonds pour sau­ve­gar­der le pa­tri­moine car­neillais et plus par­ti­cu­liè­re­ment l’église SaintPierre.

Cette pièce écrite par JeanLuc Tabard, jouée par les membres du club théâtre de La Fer­rière-aux-Étangs, s’in­ti­tule : ’’Vous re­pren­drez bien un peu de hag­gis’’.

Confor­ta­ble­ment ins­tal­lés dans la salle des fêtes, 90 spec­ta­teurs se sont re­trou­vés pour par­ta­ger les aven­tures de Berthe et Émile Ra­tel, un couple nor­mand des an­nées 60 dont leur fille sou­haite se ma­rier avec un Écos­sais.

Pour ce­la, ils doivent ren­con­trer les pa­rents de leur fu­tur gendre, fils de Lord Gor­don Dam­lay, des­cen­dant de Ma­rie Stuart, et de son épouse De­bo­rah en Écosse.

Une ’’grande aven­ture’’ en vé­ri­té qui a fait rire les spec­ta­teurs.

Le mois de jan­vier est ce­lui de la pé­riode des voeux. Mi­chel De­nis, le maire de la com­mune n’a pas failli à la tra­di­tion en ce dé­but d’an­née 2016 ou Taille­bois a in­té­gré, de­puis le 1er jan­vier, la com­mune nou­velle AthisVal-de-Rouvre aux cô­tés de sept autres com­munes du sec­teur. Le maire de Taille­bois est ain­si de­ve­nu maire dé­lé­gué.

Au su­jet de cette nou­velle com­mune, Mi­chel De­nis es­time que la rai­son d’être de celle-ci c’est : « d’abord faire fonc­tion­ner les ser­vices pu­blics, les ser­vices à la po­pu­la­tion, être por­teur de pro­jets avec de l’in­ves­tis­se­ment en mu­tua­li­sant au maxi­mum pour une ca­pa­ci­té fi­nan­cière ren­for­cée avec l’ad­di­tion des bud­gets. »

Dette al­lé­gée

Au­pa­ra­vant, le maire a dres­sé le bi­lan de l’an­née 2015 au sein de sa com­mune après avoir eu une pen­sée pour les vic­times des at­ten­tats meur­triers qui ont at­teint des in­no­cents et vi­sés la France en jan­vier et en no­vembre.

« En 2015, nous avons pris la dé­ci­sion d’al­lé­ger notre dette de 20 000 € par pré­lè­ve­ment sur fonds libres. La dette, c’est l’em­prunt des tra­vaux de la salle com­mu­nale. Notre si­tua­tion fi­nan­cière est bonne avec une marge d’au­to­fi­nan­ce­ment de 16 % soit plus de 12 000 € d’ex­cé­dent sur l’exer­cice. »

Les tra­vaux réa­li­sés au sein de la com­mune ont concer­né le por­tail cô­té che­min de ran- don­née au ci­me­tière, rem­pla­cé par des bé­né­voles, la plan­ta­tion d’une haie par des conseillers mu­ni­ci­paux, une stèle ins­tal­lée dans le jar­din du sou­ve­nir. Autre dé­ci­sion prise par le con­seil mu­ni­ci­pal, la non-re­con­duc­tion du contrat d’en­tre­tien des es­paces verts qui est ar­ri­vé à son terme. Les pou­belles du Chant- des­cailloux ont été sup­pri­mées. Un pan­neau se­ra pro­chai­ne­ment ins­tal­lé pour de­man­der aux vi­si­teurs d’em­por­ter leurs dé­chets.

« On pro­duit des dé­chets, on les em­porte ! » a sou­li­gné Mi­chel De­nis.

Pour 2016, quelques pro­jets ont été lan­cés avec le concours de la com­mu­nau­té de com­munes du Bo­cage athi­sien (achat de pan­neaux de vil­lages, de li­mi­ta­tion de vi­tesse à 30 km/h pour deux lieux-dits : le Ha­mel et le Gué ; le rem­pla­ce­ment des bornes in­cen­die dé­fec­tueuses).

La ré­vi­sion de la pé­rio­di­ci­té du ra­mas­sage des or­dures mé­na­gères a été évo­quée suite à une loi vo­tée par l’État cet été.

Un pro­jet de par­te­na­riat se­ra mon­té avec le Sirtom Flers/ Con­dé.

Un rem­part contre l’iso­le­ment

« Si on est ver­tueux et sobre dans l’uti­li­sa­tion du ser­vice, l’ef­fort du tri pour­ra être ré­com­pen­sé à termes par un coût moindre pour les mé­nages. »

À la fin de ses voeux, Mi­chel De­nis a sa­lué le tra­vail des as­so­cia­tions lo­cales dont l’une des clés de leur réus­site c’est leur vo­ca­tion grand pu­blic à l’exemple de la plus ré­cente : Fe­nêtre sur Rouvre qui pro­pose des séances de ci­né­ma à proxi­mi­té (salle Mar­cel-Ro­bine à Sé­grie-Fon­taine l’hi­ver et à la Roche-d’Oëtre l’été).

« L’ac­tion cultu­relle au sens large lorsque ça marche est un fort vec­teur de lien, de co­hé­sions so­ciale et un rem­part contre l’iso­le­ment. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.