Ac­cueil de ré­fu­giés, FJT, Bar de la plage : le maire fait le point

Lun­di ma­tin, le maire Jacques Dal­mont nous a ac­cor­dé un en­tre­tien du­rant le­quel il a fait le point sur trois dos­siers lo­caux qui font ou vont faire l’ac­tua­li­té : l’ac­cueil de ré­fu­giés, le FJT (foyer des jeunes tra­vailleurs) et le Bar de la plage.

L'Orne Combattante (SN) - - La Ferté Et Son Pays - Mi­chel Mo­ri­ceau

S’agis­sant de l’ac­cueil de ré­fu­giés, qui avait dé­jà fait l’ac­tua­li­té l’au­tomne der­nier, la Cdc est tou­jours dans l’at­tente.

« Des fa­milles ont dé­jà été ac­cueillies dans l’Orne comme à Alen­çon, Flers, mais, avec les at­ten­tats de no­vembre, on peut com­prendre que les contrôles soient plus stricts afin que l’ac­cueil se fasse dans les meilleures condi­tions. C’est pour­quoi ce dos­sier a pris du re­tard pour La Ferté, mais nous sommes prêts » af­firme Jacques Dal­mont, qui est re­ve­nu sur le choix de la col­lec­ti­vi­té : « il y a une réa­li­té qui est là et on ne peut pas fer­mer les yeux, faire l’au­truche. Les murs ne servent à rien et on le voit ces der­niers temps à Ca­lais. L’ac­cueil de ré­fu­giés doit être or­ga­ni­sé, c’est notre rôle en tant qu’élu, et ce­la n’au­ra pas de ré­per­cus­sions sur l’aide lo­cale que nous ap­por­tons ré­gu­liè­re­ment à des per­sonnes en dé­tresse » .

Par­mi les lo­ge­ments qu’elle pos­sède, la Cdc a re­cen­sé un F4 et 2 F3, « et nous sommes en re­la­tion avec les bailleurs so­ciaux qui sont en ca­pa­ci­té de pro­po­ser d’autres lo­ge­ments si ce n’est pas suf­fi­sant » .

Au-de­là de l’hébergement, la col­lec­ti­vi­té a éga­le­ment co­or­don­né les dif­fé­rentes ini­tia­tives au ni­veau des as­so­cia­tions, de la pa­roisse, de par­ti­cu­liers. « Grâce à tous les dons, nous avons tout ce qui faut en terme de mo­bi­lier, vais­selle, c’est le pe­tit élec­tro­mé­na­ger qui manque le plus » sou­ligne le pré­sident. Des contacts ont été pris avec les écoles, pour la sco­la­ri­sa­tion des en­fants, et des struc­tures pour l’ap­pren­tis­sage du fran­çais.

« Les per­sonnes que nous ac­cueille­rons en lien avec l’OFPRA* au­ront le sta­tut de ré­fu­gié. Un fi­nan­ce­ment de l’Etat est pré­vu » .

FJT : le chan­tier dé­bute en mars

Après avoir été blo­qué plu­sieurs an­nées par les que­relles entre La Ferté et la Cdc du Pays fer­tois, le dos­sier du Foyer de jeunes tra­vailleurs a connu un nou­veau dé­part et un coup d’ac­cé­lé­ra­teur en 2012.

Le pro­jet rue d’Haut­vie a été aban­don­né, et, dans le cadre de la ré­ha­bi­li­ta­tion du quar­tier Jacques-Pré­vert, la Cdc Ferté/ St-Mi­chel a dé­ci­dé de le réa­li­ser dans la tour 16, à proxi­mi­té du Centre so­cio­cul­tu­rel. « Après avoir été en co-pro­prié­té avec la SA­GIM, nous avons pas­sé avec elle un bail em­phy­téo­tique pour l’en­semble du bâ­ti­ment, ex­plique Jacques Dal­mont. Le FJT oc­cu­pe­ra les trois ni­veaux su­pé­rieurs. Le rez-de-chaus­sée et le 1er étage se­ront oc­cu­pés par le ser­vice social du Con­seil dé­par­te­men­tal, et le sous-sol se­ront des lo­caux as­so­cia­tifs » .

Maître- d’oeuvre, le ca­bi­net JSA ar­chi­tecte a conçu un pro­jet de 24 lo­ge­ments pour 30 places. « La ges­tion se­ra confiée à l’as­so­cia­tion Al­thea qui gère d’autres struc­tures si­mi­laires dans l’Orne. Un ani­ma­teur se­ra pré­sent du lun­di au ven­dre­di, ce qui est une sé­cu­ri­té pour les fa­milles car les jeunes ne se­ront pas li­vrés à eux-mêmes » . L’ac­cueil se­ra pos­sible à par­tir de 16 ans. « Cette struc­ture va ré­pondre à l’at­tente des en­tre­prises qui ont des ap­pren­tis, des sta­giaires. Nous avons d’ailleurs pas­sé des conven­tions avec Pro­fes­sions Bois, le club hô­te­lier de Ba­gnoles, les Thermes, les jeunes agri­cul­teurs » .

Li­vrai­son en 2018

La to­ta­li­té des tra­vaux avoi­sine les 3 M € dont 1,9 M € pour le FJT. « Le dos­sier a pris un peu de re­tard afin que l’on puisse bé­né­fi­cier d’une aide de la Caisse des dé­pôts et consi­gna­tions au titre du sou­tien à l’ap­pren­tis­sage, qui est de 480 000 €. Il faut y ajou­ter les 680 000 € de la Ré­gion et les 24 000 € du Con­seil dé­par­te­men­tal » .

Le chan­tier doit dé­mar­rer en mars, pour une li­vrai­son dé­but 2018. En pa­ral­lèle, après la « Ba­nane » en avril 2014 avec la SA­GIM, un bâ­ti­ment d’Orne Ha­bi­tat se­ra dé­mo­li rue Pas­teur du­rant le pre­mier se­mestre, et un autre rue Es­nault Pel­trie fin 2016. « Nous pour­rons alors tra­vailler sur la voi­rie du nou­vel ac­cès sur le quar­tier par l’Ave­nue Le­meu­nier de la Raillère » .

Un nou­veau gé­rant à choi­sir

Pro­prié­té de la col­lec­ti­vi­té, le Bar de la plage, au plan d’eau, n’a plus de gé­rant de­puis fin sep­tembre.

Après un ap­pel, cinq can­di­da­tures ont été re­çues. « Nous sommes en train de re­ce­voir les dif­fé­rents can­di­dats à la re­prise, et notre sou­hait est de pou­voir dé­mar­rer la sai­son en avril, in­dique l’élu. Ce genre d’éta­blis­se­ment a un fonc­tion­ne­ment par­ti­cu­lier car l’ac­ti­vi­té est très aléa­toire : elle dé­pend beau­coup de la mé­téo. La gé­rer en di­rect n’est pas l’idéal car ce n’est pas notre coeur de mé­tier, le sta­tut de notre per­son­nel ne cor­res­pond pas » .

Es­ti­mant que l’ac­ti­vi­té en pé­riode hi­ver­nale n’était pas pro­pice, la Cdc a éta­bli un nou­veau ca­hier des charges avec un fonc­tion­ne­ment qui se li­mite à la pé­riode d’avril à oc­tobre, avec bar et pe­tite res­tau­ra­tion. « Pour que cet éta­blis­se­ment soit viable, il faut une per­sonne qui ait dé­jà une bonne as­sise fi­nan­cière et une ex­pé­rience dans ce do­maine » .

Si le mi­ni-golf reste sous la res­pon­sa­bi­li­té du bar, la col­lec­ti­vi­té a dé­ci­dé cette an­née, de confier la lo­ca­tion-gé­rance des Ro­sa­lies et du ma­té­riel nau­tique à l’as­so­cia­tion JFB. Cô­té tra­vaux, la sur­face pour les jeux de plage va être amé­lio­rée « et nous comp­tons aus­si ache­ver la ré­fec­tion du che­min pié­ton­nier au­tour du plan d’eau » conclut Jacques Dal­mont.

*OFPRA : Of­fice fran­çais de pro­tec­tion des ré­fu­giés et apa­trides

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.