La Conf ré­pond au sé­na­teur Le­noir

L'Orne Combattante (SN) - - Entre Bocage et Suisse Normande -

Dans notre der­nière édi­tion, le sé­na­teur de l’Orne JeanC­laude Le­noir ré­pon­dait à la con­fé­dé­ra­tion pay­sanne qui qua­li­fiait le dé­pla­ce­ment du pré­sident du Sé­nat, Gé­rard Lar­cher, d’opé­ra­tion de com­mu­ni­ca­tion la con­fé­dé­ra­tion pay­sanne.

L’élu ornais rap­pe­lait que la con­fé­dé­ra­tion pay­sanne n’avait pas ré­pon­du à ses in­vi­ta­tions lors des tra­vaux d’éla­bo­ra­tion de la loi sur la com­pé­ti­ti­vi­té agri­cole.

Dans un com­mu­ni­qué, la Con­fé­dé­ra­tion Pay­sanne de l’Orne ré­agit par l’in­ter­mé­diaire de son porte- pa­role, Claude Bâcle.

« Le Se­cré­ta­riat na­tio­nal de la Con­fé­dé­ra­tion Pay­sanne a bien ren­con­tré M. Gé­rard Lar­cher au Sé­nat pour lui dire que la pro­po­si­tion de loi sur la com­pé­ti­ti­vi­té ne s’at­ta­quait pas aux causes de la crise. Les éle­veurs de­mandent le re­tour à des prix ré­mu­né­ra­teurs, vous leur pro­po­sez quelques aides à court terme et un vaste plan de li­cen­cie­ment pour que les res­ca­pés soient payés en­core moins cher.

La Con­fé­dé­ra­tion Pay­sanne de l’Orne a de­man­dé et ob­te­nu une ren­contre avec M. Jean-Claude Le­noir à Mor­tagne-au-Perche pour lui te­nir les mêmes pro­pos. La crise est Eu­ro­péenne.

La mise en concur­rence des dif­fé­rentes agri­cul­tures européennes n’est pas une po­li­tique agri­cole com­mune, c’est du li­bé­ra­lisme!

Seule une ré­gu­la­tion et la ré­par­ti­tion des vo­lumes de pro­duc­tion qui adapte l’offre à la de­mande peuvent ap­por­ter un prix ré­mu­né­ra­teur et sau­ver tous les éle­veurs. Il n’y a pas trop d’éle­veurs, juste un peu trop de pro­duc­tion. »

(1) Dans notre der­nière édi­tion, Jean-Claude Le­noir évo­quait un « ou­trage ver­bal » de la part de con­fé­dé­ra­tion pay­sanne. Il fal­lait bien en­ten­du lire : « une ou­trance ver­bale ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.