Ren­contres sur les métiers de la sé­cu­ri­té et de la dé­fense

Le 2 mars pro­chain, le Centre so­cio­cul­tu­rel ac­cueille une nou­velle édi­tion des ren­contres sur les car­rières et for­ma­tions des métiers de la dé­fense et de la sé­cu­ri­té. L’oc­ca­sion pour les jeunes de s’in­for­mer au­près de pro­fes­sion­nels.

L'Orne Combattante (SN) - - La Ferté Et Son Pays -

Lan­cées en 2012 au PIJ (Point in­for­ma­tion jeu­nesse), quand il était en­core rue Saint-De­nis, ces ren­contres ont pris un nou­veau dé­part l’an der­nier, en étant or­ga­ni­sées au Centre so­cio­cul­tu­rel. Pour l’édi­tion 2016, qui se­ra donc la 5e, Ch­ris­tian Le­mée, or­ga­ni­sa­teur de la ma­ni­fes­ta­tion, an­nonce la ve­nue de six in­ter­ve­nants re­pré­sen­tant les trois corps d’ar­mée (ar­mée de terre, ar­mée de l’air, ma­rine), la gen­dar­me­rie, la po­lice mu­ni­ci­pale et, nou­veau­té, le SDIS (ser­vice dé­par­te­men­tal d’in­cen­die et de se­cours).

« Les mois de fé­vrier et mars cor­res­pondent à une pé­riode d’orien­ta­tion pour les jeunes, ob­serve le res­pon­sable. Cette ac­tion s’adresse aux 1525 ans, avec trois cibles : les ly­céens qui suivent le cur­sus tra­di­tion­nel ; les élèves en fi­lières pro­fes­sion­nelles ; mais aus­si les cher­cheurs d’em­ploi, à tra­vers la Mis­sion lo­cale et Pôle em­ploi » . Ces ren­contres viennent s’ajou­ter aux in­ter­ven­tions qui ont dé­jà lieu en mi­lieu sco­laire. « La seule dif­fé­rence est qu’ici, c’est le jeune qui fait la dé­marche de ve­nir » note Ch­ris­tian Le­mée.

En deux temps

Pour in­for­mer les jeunes de cet évé­ne­ment, l’or­ga­ni­sa­teur est en lien étroit avec les éta­blis­se­ments sco­laires pu­blics et pri­vés, et no­tam­ment les CPE qui font le re­lais au­près des élèves po­ten­tiel­le­ment in­té­res­sés.

L’après-mi­di, qui se dé­rou­le­ra de 14 h 30 à 17 h 30, dé­bu­te­ra par une in­ter­ven­tion de 10 mi­nutes de chaque pro­fes­sion­nel, qui pré­sen­te­ra son mé­tier. « En­suite, pen­dant deux heures, au­ront lieu des ren­contres in­di­vi­duelles du­rant les­quelles les par­ti­ci­pants pour­ront de­man­der plus de pré­ci­sions. Il ne s’agit pas ce jour-là de re­cru­te­ment. Ces en­tre­tiens ont pour ob­jec­tif de per­mettre aux jeunes de confir­mer ou non leur choix. On leur donne du temps pour la ré­flexion afin de sa­voir à quoi ils s’en­gagent » .

La réa­li­té du ter­rain

Pour Ch­ris­tian Le­mée, ce genre d’opé­ra­tion est aus­si l’oc­ca­sion « de ra­me­ner les pieds sur terre, entre ce que l’on peut voir à la té­lé­vi­sion et la réa­li­té du ter­rain. C’est le cas no­tam­ment avec la po­lice scien­ti­fique : dans les feuille­tons, une af­faire est ré­so­lue en une heure, mais c’est loin d’être le cas dans la vraie vie » . Au-de­là du pres­tige de l’uni­forme, ces ren­contres per­mettent d’évo­quer la réa­li­té de la pro­fes­sion avec ses bons cô­tés, mais aus­si ses contraintes, les

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.