Les haies sont dé­sor­mais pro­té­gées dans le pays de Briouze

La CDC du pays de Briouze a réa­li­sé un in­ven­taire bo­ca­ger avec une iden­ti­fi­ca­tion des haies qui ne pour­ront pas être sup­pri­mées sans au­to­ri­sa­tion. Un do­cu­ment unique dans l’Orne. Les ex­pli­ca­tions avec Gilles De­lau­nay, élu com­mu­nau­taire.

L'Orne Combattante (SN) - - Entre Bocage Et Suisse Normande Entre Et - Maxime Tur­ber­ville

Com­ment cette idée ?

C’est une ini­tia­tive per­son­nelle ap­puyée par la CDC du pays de Briouze. Sur notre ter­ri­toire, ces haies sont un bien com­mun. Il faut les pro­té­ger. L’in­ven­taire a com­men­cé en avril-mai 2015. Un tech­ni­cien bo­cage, Xa­vier Le Roux, a ré­per­to­rié et car­to­gra­phié toutes les haies des 12 com­munes de la CDC.

a

ger­mé

Com­ment se cet in­ven­taire ?

Il a été ache­vé fin 2015 et pré-

pré­sente sen­té aux élus. Il y a des cartes dé­taillées des haies pour chaque com­mune avec une mé­tho­do­lo­gie pour les dé­fi­nir. Par exemple : haies che­mins de ran­don­nées ou haies bor­dant les par­celles agri­coles.

Pré­ser­ver le pay­sage

Quel est son ob­jec­tif ?

Pré­ser­ver le pay­sage du pays de Briouze : main­te­nir un cadre de vie agréable pour les ha­bi­tants et tou­ristes, par­ti­ci­per au main­tien du bo­cage, pré­ser­ver la qua­li­té des res­sources : eau, sol et bio­di­ver­si­té. Ce do­cu­ment in­ter­dit éga­le­ment toute ex­ploi­ta­tion, en­tre­tien, mo­di­fi­ca­tion et sup­pres­sion sans au­to­ri­sa­tion de la CDC. Une com­mis­sion bo­cage va être créée pour sta­tuer sur les de­mandes. Il se­ra com­po­sé d’élus, agri­cul­teurs, syn­di­cats d’eau, as­so­cia­tions, so­cié­tés de pêche et de chasse. Des sanc­tions pos­sibles ?

Oui. Le maire a le pou­voir de po­lice. La contra­ven­tion pré­voit entre 1 200 à 300 000 € d’amende et obli­ga­tion de re­mettre en état ini­tial.

sont-elles

Quels rôles ont les haies ?

80 % des haies ont un rôle. Elles luttent contre l’éro­sion et fa­vo­risent la pré­ser­va­tion de la qua­li­té de l’eau. En zone inon­dable, les haies per­pen­di­cu­laires au sens de l’écou­le­ment de la ri­vière vont exer­cer un rôle de ré­ten­tion d’eau lors des crues. Les haies pro­tègent éga­le­ment les cultures.

Brise vent

Les agri­cul­teurs ne voient pas ce­la d’un bon oeil…

Oui l’in­ven­taire n’a pas été par­ti­cu­liè­re­ment bien per­çu par le mi­lieu. Je suis moi-même agri- culteur mais il y a de l’abus.

Nous vou­lons évi­ter le dé­bo­ca­ge­ment au­tour des par­celles de plus de 6 ha.

Une étude dit que l’op­ti­mum de la taille d’une par­celle cultu­rale est entre 4 et 6 ha, tout en pro­fi­tant des bé­né­fices de la haie

(brise-vent, rendement…).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.