Pein­ture et sculp­ture font bon mé­nage à la Roche d’Oëtre

Deux ar­tistes : Ca­ty Ban­ne­ville (peintre) et Chan­tal Bi­del (sculp­teur) pour une ex­po­si­tion in­ti­tu­lée « Eau près de mon arbre ».

L'Orne Combattante (SN) - - Loisirs - Pra­tique : Es­pace ga­le­rie de La Roche d’Oëtre, à Saint-Phil­bert-sur-Orne, ex­po­si­tion col­lec­tive de Ca­ty Ban­ne­ville et Chan­tal Bi­del, vi­sible du 4 mars au 27 avril. En­trée libre. Ho­raires : du 4 au 26 mars et du 29 au 31 mars : du mar­di au ven­dre­di de 14 h

L’es­pace ga­le­rie de la Roche d’Oëtre rouvre ses portes, le ven­dre­di 4 mars pro­chain. Elle ac­cueille une ex­po­si­tion qui mêle les pein­tures de Ca­ty Ban­ne­ville aux sculp­tures de Chan­tal Bi­del. À dé­cou­vrir jus­qu’au 27 avril.

Pré­sence de l’eau

« Je suis un être di­lué » , di­sait le peintre hol­lan­dais Bram van Velde ( 1895- 1981). Ca­ty Ban­ne­ville pour­rait re­prendre à son compte cette af­fir­ma­tion, tant sa bio­gra­phie et son art ren­voient à la pré­sence de l’élé­ment li­quide. Elle est née dans les ma­rais de Ca­ren­tan et un sé­jour de 3 ans aux îles Mar­quises mar­que­ra un tour­nant ma­jeur dans sa vie : dès lors, elle se consa­cre­ra es­sen­tiel­le­ment à la pein­ture. Entre-temps, elle au­ra ap­pris la tech­nique du tis­sage à l’école des beaux-arts de Caen. D’ailleurs, elle dé­bu­te­ra sa car­rière d’ar­tiste par la ta­pis­se­rie et la sculp­ture tex­tile.

Elle met au point une tech­nique toute per­son­nelle avec pig­ments na­tu­rels (ré­col­tés au cours de ses voyages au Né­pal, au Ma­roc ou en Tur­quie) et encres sé­ri­gra­phiques sur toile de lin. « C’est la ma­tière du tis­su qui m’a d’abord at­ti­rée : ma grand-mère était cou­tu­rière et ma­te­las­sière et ma mère mer­cière. L’idée d’une im­pres­sion sé­ri­gra­phique sur un tis­su de lin m’est ap­pa­rue comme une syn­thèse du temps. Cette forme per­son­nelle, m’a per­mis d’ex­plo­rer l’es­pace de la toile, de l’as­per­ger d’eau pour di­luer les cou­leurs et les faire de nou­veau sur­gir par su­per­po­si­tion. Ver­ser, lais­ser sé­cher, faire dé­can­ter : tous ces termes me rap­prochent en­core de l’ori­gine, de la cou­ture et de la tein­ture, des gestes an­ces­traux » , ré­vèle Ca­ty Ban­ne­ville.

Les oeuvres de Ca­ty Ban­ne­ville sont liées à ce qu’elle res­sent au con­tact de la na­ture. Mais, par­mi tous les élé­ments na­tu­rels, l’eau est ce­lui qui prend la pre­mière place…

Le Bois de l’âme

Chan­tal Bi­del est née en 1949, elle a sui­vi des études aux beaux-arts de Caen, puis est par­tie s’ins­tal­ler en Au­vergne, en 1978. Elle a en­sei­gné les arts plas­tiques du­rant 35 ans. Après avoir long­temps ex­plo­ré la ta­pis­se­rie de hautes lisses et la pein­ture sur corps, elle se consacre ex­clu­si­ve­ment à la sculp­ture. Chan­tal Bi­del pré­sen­te­ra trois ins­tal­la­tions : « le chaos », « le bois de l’âme », « de feuille en feuille » et une pièce sous vi­trine : « sa­cra­li­sa­tion ». L’en­semble des pièces pré­sen­tées est un tra­vail sur la mé­moire, mé­moire de l’his­toire ré­cente, pour l’his­toire à ve­nir. « C’est ma ré­ac­tion par rap­port à notre triste an­née 2015, et il m’a été im­pos­sible de pas­ser à autre chose sans m’être ex­pri­mée sur le su­jet. Quand l’ex­tré­misme s’at­taque à la culture, à la li­ber­té de pen­sée, au pa­tri­moine cultu­rel, c’est fi­na­le­ment contre l’hu­ma­ni­té tout en­tière qu’il s’at­taque. C’est une tra­gé­die pour la mé­moire col­lec­tive. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.