Des cours d’in­for­ma­tique pour Gé­né­ra­tions mou­ve­ment

L'Orne Combattante (SN) - - Flers Et Son Pays -

Quoi de neuf au club de l’ami­tié de Ban­vou ? Jeu­di 3 mars, la salle des fêtes de Ban­vou a ac­cueilli l’as­sem­blée gé­né­rale de cette as­so­cia­tion, en pré­sence du maire, Joël Jour­dain.

Le bu­reau a été ré­élu même si la pré­si­dente, Jac­que­line Le­tis­sier, ne cache pas qu’elle sou­haite pas­ser la main de­puis quelque temps.

Au pro­gramme

Deux jeu­dis par mois, le club se réunit pour les jeux de so­cié­té (be­lote, dominos, scrabble).

En de­hors de ce ren­dez-vous bi­men­suel, le club par­ti­cipe à « la ren­contre men­suelle qui se dé­roule dans une des com­munes du canton avec marche et jeux en in­té­rieur » , comme le pré­cise la se­cré­taire, Re­née Ples­sis.

En­fin, en 2015, vu le suc­cès de la poule au blanc, cette ma­ni­fes­ta­tion se­ra re­con­duite le di­manche 2 oc­tobre.

L’as­so­cia­tion Gé­ne­ra­tions mou­ve­ment de l’an­cien canton de Mes­sei or­ga­nise des cours in­for­ma­tiques pro­po­sés par An­tho­ny Ra­got fon­da­teur de l’en­tre­prise Open Pixel.

An­tho­ny avait dé­jà col­la­bo­ré dans l’as­so­cia­tion il y a quelques an­nées. Les cours ont re­pris en jan­vier.

Leur but est de dé­mo­cra­ti­ser l’in­for­ma­tique au­près du plus grand nombre de per­sonnes. Il n’y a pas de li­mite d’âge. Les groupes sont consti­tués sur une base de ni­veau de fa­çon à avoir des groupes ho­mo­gènes avec au maxi­mum de sept à huit per­sonnes.

Des or­di­na­teurs sont mis à la dis­po­si­tion des ceux qui n’ont pas d’or­di­na­teur por­table.

Les cours ont lieu dans une salle ( an­cien­ne­ment salle pa­rois­siale) près de la mai­rie de La Fer­rière-aux-Étangs, le lun­di de 14 h à 15 h 30 puis de 15 h 45 à 17 h 15.

Le ta­rif est fonc­tion du nombre de par­ti­ci­pants. Pour ce tri­mestre 7,50 € pour un cours d’une du­rée de 1 h 30. Ce­ci en plus de la carte d’adhé­sion an­nuelle de 17 € pour les com­munes du canton.

« Les thé­ma­tiques abor- dées sont nom­breuses et sont choi­sies par le groupe. Je ne suis pas là pour im­po­ser des thèmes. Je pré­fère que les par­ti­ci­pants soient les ac­teurs de leur ap­pren­tis­sage. J’uti­lise ex­clu­si­ve­ment des lo­gi­ciels libres ou gra­tuits lors des for­ma­tions » , pré­cise An­tho­ny Ra­got.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.