« L’image et la pro­pre­té de la ville, c’est l’af­faire de tous »

L'Orne Combattante (SN) - - La Ferté Et Son Pays - Mi­chel Mo­ri­ceau

De­puis oc­tobre, la Ville a lan­cé une grande opé­ra­tion au­près de la po­pu­la­tion pour amé­lio­rer le cadre de vie. Les re­marques et sug­ges­tions dé­bouchent au­jourd’hui sur des ac­tions concrètes.

« Em­bel­lir sa ville, en­semble, c’est pos­sible » : tel était le slo­gan de cette opé­ra­tion qui vise à im­pli­quer un maxi­mum d’ha­bi­tants. De­puis quatre mois, les Fer­toises et les Fer­tois ont donc été in­vi­tés à s’ex­pri­mer sur leur res­sen­ti de leur cadre de vie, ce qui va, ce qui ne va pas, et à émettre des sug­ges­tions. « Des per­ma­nences ont eu lieu en mai­rie le jeu­di, jour de mar­ché, et des urnes ont éga­le­ment été ins­tal­lées à l’Hô­tel de ville et à l’Of­fice de tou­risme en guise de boîtes à idées » ex­plique Thé­rèse Le­tin­tu­rier, maire-ad­joint char­gé de la tran­quilli­té pu­blique et de la par­ti­ci­pa­tion ci­toyenne.

« Sur une soixan­taine de ré­ponses, trois su­jets étaient ré­cur­rents : les crottes de chiens, les fientes de pi­geons, et les sacs pou­belles qui ne sont pas dé­po­sés le bon jour et qui traînent dans la rue » rap­porte Ch­ris­tian Le­mée, co­or­don­na­teur au Centre so­sio­cul­tu­rel. Pour mé­moire, le ra­mas­sage des or­dures mé­na­gères a lieu en centre-ville les mar­dis et ven­dre­di ma­tins (les lundis et jeu­di ma­tins pour la Ferté-Ma­cé cam­pagne), et la col­lecte des re­cy­clables, le mer­cre­di ma­tin.

Des ac­tions

En croi­sant les in­for­ma­tions avec celles du SIRTOM* FlersCon­dé, la col­lec­ti­vi­té a re­pé­ré les sec­teurs où les « mau­vais élèves » sont le plus nom­breux. « En avril, des am­bas­sa­deurs du tri du SIRTOM vont se rendre dans les foyers du centre-ville où des sou­cis ont été consta­tés, afin de rap­pe­ler les dif­fé­rentes consignes » an­nonce Ch­ris­tian Le­mée. S’agis­sant des cor­beilles à pa­pier en ville, Thé­rèse Le­tin­tu­rier a re­con­nu « qu’un ef­fort de­vra être fait par la Ville pour qu’elles soient plus nom­breuses. Mais, il s’agit aus­si de sa­voir où les im­plan­ter, à des en­droits stra­té­giques, en fonc­tion des ha­bi­tudes des gens » .

Pour ce qui est des crottes de chiens, là aus­si, une ac­tion a été en­tre­prise. La po­lice mu­ni­ci­pale a pour consigne de rap­pe­ler la bonne conduite à avoir aux pro­prié­taires de tou­tous. « La col­lec­ti­vi­té met à dis­po­si­tion des sacs gra­tuits en mai­rie, à l’of­fice de tou­risme, au Centre so­cio­cul­tu­rel, chez les toi­let­teurs, mais aus­si à la Mai­son de la presse et à la bou­lan­ge­rie Jeanne, in­forme Thé­rèse Le­tin­tu­rier. Mais, à terme, il se­rait sou­hai­table que ce­la de­vienne na­tu­rel pour tout pro­prié­taire de chien d’avoir sur soi un plas­tique pour ra­mas­ser les dé­jec­tions ca­nines » .

Des slo­gans « Ici trot­toir, pas crot­toir » se­ront ap­po­sés à des en­droits ci­blés.

En­fin, pour les pi­geons, les ser­vices tech­niques de la Ville ont pris en charge leur ré­gu­la­tion.

Es­paces verts

Si l’image et la pro­pre­té de la ville est donc bien l’af­faire de tous, la col­lec­ti­vi­té y contri­bue lar­ge­ment, no­tam­ment à tra­vers le ser­vice parcs et jar­dins et ses douze agents sous la di­rec­tion de Jean-Fran­çois Bel­liard. Fleu­ris­se­ment, tonte de pe­louse, taille de haies, net­toyage de mas­sifs, désher­bage : un tra­vail de longue ha­leine sur plu­sieurs hec­tares, y com­pris au plan d’eau, au stade, au Parc Bar­ré-Saint…

C’est à ce ser­vice que re­vient aus­si la ges­tion de la cam­pagne de sté­ri­li­sa­tion des chats er­rants.

Au quar­tier Jacques-Pré­vert, où un pro­jet de re­qua­li­fi­ca­tion est en cours, avec no­tam­ment la dé­mo­li­tion de plu­sieurs HLM et l’im­plan­ta­tion du Foyer des jeunes tra­vailleurs, un pro­jet va être me­né avec les bailleurs so­ciaux et l’as­so­cia­tion L’Etape pour « re­tra­vailler l’en­vi­ron­ne­ment » . « Le but est que la po­pu­la­tion, qui vit dans cet ha­bi­tat vertical, puisse se ré­ap­pro­prier les ex­té­rieurs, ex­plique Ch­ris­tian Le­mée.

On pour­rait ima­gi­ner des jar­dins par­ta­gés, des jeux pour en­fants, des tables de pique-nique, des arbres frui­tiers. L’ob­jec­tif est de re­don­ner de la convi­via­li­té à ces es­paces » .

L’idée étant d’of­frir un cadre de vie meilleur « et le fait que les ha­bi­tants se l’ap­pro­prient li­mite sou­vent les dé­gra­da­tions » conclut-il.

*SIRTOM : Syn­di­cat in­ter­com­mu­nal de ra­mas­sage et trai­te­ment des or­dures mé­na­gères

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.