Der­rière chaque cli­ché, il y a une his­toire

L'Orne Combattante (SN) - - Loisirs - L’ex­po­si­tion iti­né­rante

De­puis le 26 fé­vrier jus­qu’au 30 juin pro­chain, 32 ex­po­si­tions sont vi­sibles dans 14 com­munes. Pour la sei­zième an­née, l’as­so­cia­tion « Mois de la Pho­to­gra­phie en Bo­cage Nor­mand » ex­pose les plus grands pho­to­graphes du mo­ment. La Mé­di@ tech Syl­via & Hu­bert Bas­sot et la Mai­son de Pays ac­cueillent Gilles Ri­gou­let. Dans le même temps, un pho­to­graphe tin­che­brayen, Pa­trice Dé­sert ex­pose son tra­vail « Jar­di­niers dans la ville » à par­tir du 4 avril à Vire.

Très at­ta­ché à la pho­to­gra­phie hu­ma­niste en noir et blanc qui ré­vèle la poé­sie des êtres et des choses, il reste fi­dèle au pré­cepte de son père, ar­tiste peintre « sa­voir re­gar­der est l’une des ri­chesses de la vie »

La ge­nèse de ce pro­jet re­monte à 2014 « c’est un ami pho­to­graphe au jar­din par­ta­gé qui m’en avait par­lé. Au prin­temps 2015, le pro­jet à dé­bu­té, dy­na­mi­sé par la CAF, qui ayant vu les pho­tos avait été en­thou­sias­mée » .

Des mois de tra­vail

Pa­trice Dé­sert s’est ren­du pen­dant des mois dans les jar­dins de la ville de Vire, en par­ti­cu­lier les jar­dins col­lec­tifs par­ta­gés. Pen­dant des heures, il a ren­con­tré les jar­di­niers ano­nymes. Peu à peu, la confiance s’est ins­tal­lée, cha­cun ayant ap­pri­voi­sé le re­gard de l’autre « ce ne sont pas de simples prises, il y a un tra­vail der­rière, une re­cherche, une com­pli­ci­té, ce­la va au-de­là du re­por­tage » . Le pho­to­graphe a dé­li­bé­ré­ment choi­si le noir et blanc pour ces por­traits en si­tua­tion « j’ai ob­ser­vé trois sous thèmes : les actes ou ac­tions du jar­din, le tra­vail au quo­ti­dien de ces hommes, leurs gestes per­pé­tués de­puis tou­jours, la pause puis en­suite la pause sym­pa­thique » .

L’ar­tiste a ain­si ren­con­tré et im­mor­ta­li­sé une cin­quan­taine de jar­di­niers « ce­la m’en­chan­tait d’al­ler voir les gens, de par­ta­ger et d’échan­ger. Ce­la n’a été pos­sible que par­ce­qu’il s’agis­sait de jar­dins col­lec­tifs, par­ta­gés, il me sem­blait plus fa­cile d’al­ler à leur ren­contre. Mon tra­vail n’au­rait pas été jus­ti­fié ou com­pris si je m’étais adres­sé à des jar­di­niers de jar­dins pri­va­tifs. Ils au­raient pu prendre ma dé­marche comme in­tru­sive et dé­pla­cée »

Tous les jar­di­niers ren­con­trés ont mon­tré de l’in­té­rêt à ce pro­jet pho­to­gra­phique « ce sont tous des pas­sion­nés qui ap­pré­cient de par­ta­ger leur sa­voir, leur pas­sion »

« Cette ex­po­si­tion reste dans l’hu­main, je connais cha­cun des jar­di­niers, toute son his­toire, j’ai dé­cou­vert des per­son­na­li­tés, des per­son­nages. Il fau­drait que ces cli­chés puissent par­ler ! Der­rière cha­cune de ces pho­tos, il y a une his­toire. J’aime quand le ren­du pa­raît simple voire sim­pliste, mais ça ne l’est pas ! Les gens ne se laissent pas prendre en pho­to comme ce­la, il faut d’abord éta­blir un rap­port de confiance ! »

L’ex­po­si­tion de Pa­trice Dé­sert est iti­né­rante, elle se­ra vi­sible jus­qu’au 30 sep­tembre « j’aime cette idée que mes pho­to­gra­phies se dé­placent, qu’elles aillent à la ren­contre des gens, j’aime ce lien so­cial créé avec la pho­to » .

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.